La F1 se sent capable de captiver les fans sans revenir aux V8

Derrière l'incessante revendication d'une majorité de fans de F1 pour un retour à des moteurs V8, les dirigeants de la catégorie reine voient une équation qui peut se résoudre autrement en améliorant l'actuelle réglementation.

Le travail et les discussions se poursuivent entre les acteurs de la Formule 1 pour déterminer le chemin à prendre en matière de motorisation pour l'après 2020. Alors que les V6 turbo hybrides ont fait l'objet de nombreuses critiques depuis leur introduction en 2014, notamment en raison du manque de bruit, l'avenir ne passera pas par un retour aux V8 atmosphériques.

La direction la plus probable irait vers un V6 hybride biturbo et débarrassé de MGU-H, bien que de nombreux fans rêvent d'un retour à des V8 voire des V10 plus extrêmes. Une voie qui ne sera pas exploitée et en laquelle ne croient pas Ross Brawn ni Toto Wolff, tous les deux convaincus qu'une amélioration notable des motorisations actuelles pourrait contenter à la fois les constructeurs et les fans de Formule 1, surtout si la problématique du bruit est abordée et traitée. 

"Je crois fermement que la F1 représente la haute technologie et l'innovation, la performance", clame Toto Wolff, directeur de Mercedes. "Si l'on essaie de remonter le temps vers les fameuses années 80 et 90, simplement parce que l'on aimait tellement ça, c'est la mauvaise stratégie. Les discussions que nous avons sont vraiment bonnes, dans la mesure où nous voyons ce que nous voulons conserver du règlement actuel."

"Il y a eu un cadrage pour les différentes bases que le nouveau moteur doit avoir : les coûts du développement doivent être sous contrôle, il doit être high-tech, il doit être hybride, le ratio poids-puissance doit être meilleur qu'actuellement, et nous devons désormais étudier la qualité du bruit. Nous examinons les variables quant à la manière d'accomplir cela, et dans la mesure où tout le monde a été à peu près sur le même chemin, je crois que d'ici la fin de l'année, nous pouvons aboutir à quelque chose et dire ce que nous voulons faire en 2021."

Des compromis pour satisfaire tout le monde

Les objectifs énoncés par Toto Wolff ainsi que la tendance générale trouvent leur écho dans les propos d'Andy Cowell, directeur général de Mercedes-AMG High Performance Powertrains, département moteur de Mercedes.

"Il y a eu deux réunions très constructives à Paris, présidées par la FIA mais en présence de Ross Brawn et de son équipe, avec les motoristes actuels et d'autres qui pourraient être intéressés pour venir, ainsi que des motoristes indépendants et des fournisseurs de composants", rappelle-t-il. "Tout le monde a exprimé son opinion sur ce que devrait apporter 2021. Nous devons nous assurer que la technologie qui sera introduite en Formule 1 en 2021 devance le monde automobile de 2021, et imite peut-être ce qui sera dans les salons en 2026."

"C'est l'idée directrice, mais il y a tout un tas d'autres choses qui doivent être discutées, et la conclusion de la seconde réunion a été que nous devions travailler davantage. Nous devons diviser les groupes d'experts, et ce n'est pas nécessairement nous, ce sont des gens extérieurs à la F1 qui comprennent le bruit des moteurs et comment cela apporte du plaisir aux gens quand ils les entendent, la musicalité."

"Ensuite, il y a des études plus scientifiques qui seront impliquées, comme retirer le MGU-H, avoir un seul turbo ou deux turbos. La FIA va organiser plusieurs réunions, plusieurs groupes de travail pendant l'été sur cette question, puis en septembre, tout le monde va se rassembler et essayer de condenser ça en un package global. Comme toujours, il y aura des compromis, mais je pense que si nous aboutissons au meilleur package possible pour la Formule 1, pour les motoristes, pour les fans, pour les pilotes, pour les équipes qui s'occupent du châssis, etc, alors ce sera un bon pas de franchi."

Générer à nouveau de l'enthousiasme

Manager sportif de la Formule 1 depuis l'arrivée de Liberty Media à la tête de la catégorie reine, Ross Brawn répond aux requêtes des fans pour un retour aux V8 en se penchant sur les raisons de ces demandes. Un argumentaire qui va lui aussi dans le sens d'une évolution conséquente du modèle actuel en conservant les points positifs et indiscutables tout en apportant les ingrédients nécessaires pour redonner de l'enthousiasme.

"Nous avons beaucoup de fans qui disent : 'Nous voulons revenir aux moteurs atmosphériques traditionnels'. Mais il faut poser la question suivante : pourquoi ?", s'interroge Ross Brawn. "C'est parce que cela crée plus d'émotion avec le bruit et les montées en régime." 

"Pouvons-nous créer un moteur hybride qui fait ce bruit, qui a ces montées en régime et qui est attrayant ? Je pense que les constructeurs impliqués en F1 savent que c'est un élément clé. Ils ont besoin d'une F1 couronnée de succès. Il n'y a pas d'intérêt à avoir un exercice d'ingénierie qui démontre votre technologie si personne ne la regarde. Les constructeurs savent qu'il doit y avoir un équilibre avec de la pertinence, mais en engageant toujours la passion des fans."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités