Symonds : La F1 n'est "nulle part" sur les réseaux sociaux

partages
commentaires
Symonds : La F1 n'est
Par : James Newbold
Co-auteur: Lawrence Barretto
19 janv. 2018 à 08:01

Pour Pat Symonds, la Formule 1 a encore beaucoup de travail à faire pour consolider sa présence sur les réseaux sociaux après de nombreuses années passées à les sous-exploiter.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, utilise son téléphone en conférence de presse
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, utilise son téléphone sur scène
Ted Kravitz, Sky TV et Pat Symonds, Sky TV
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32, prend une photo avec son téléphone
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing s'amuse avec le téléphone de Lewis Hamilton sur le podium
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1

La semaine passée, la Formule 1 a fait état d'un total de 11,9 millions d'abonnés ou de followers sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube, représentant une hausse de 54,9% par rapport à 2016. Depuis plusieurs années et surtout depuis la prise en main par Liberty Media, la discipline a accentué l'effort qui est fait pour mettre en avant et remplir de contenus ses plateformes numériques et réseaux sociaux.

En début de saison 2017, les restrictions liées à l'utilisation de vidéos prises dans le paddock ont été quelques peu relâchées afin de permettre aux écuries, notamment, de pouvoir disposer d'images mettant en valeur la F1. Globalement, la quantité de vidéos disponibles sur les plateformes de la discipline a sensiblement augmenté.

Même si le temps total en minutes passé sur Facebook a augmenté de 1600% et que 64 millions de vues ont été comptabilisées sur les vidéos Twitter, soit une hausse de 165% par rapport à 2016, l'ancien directeur technique de Williams, Pat Symonds, qui fait désormais partie de l'équipe de spécialistes qui travaillent sous la direction de Ross Brawn pour définir l'avenir de la F1, a déclaré qu'il y avait encore beaucoup à faire.

"Quand vous lisez [les résultats], ça semble être une bonne nouvelle, mais en réalité nous sommes nulle part. Nous sommes très loin derrière. Si vous regardez juste Facebook, Mercedes y a plus de 10 millions [d'abonnés] contre 95,5 millions pour le FC Barcelone."

"Nous sommes nulle part en F1. C'est la même chose avec les pilotes, Lewis [Hamilton] a quatre millions d'abonnés sur Facebook alors que [Cristiano] Ronaldo en a 11,8 millions. Nous avons donc beaucoup à faire dans ces domaines. Au moins, désormais, nous en sommes conscients. Avant la reprise par Liberty, je ne pense pas que cela ait traversé l'esprit de Bernie."

Les dirigeants de la discipline évaluent actuellement les options possibles pour l'année qui vient, afin d'améliorer sa présence sur les réseaux sociaux.

Avec James Newbold et Lawrence Barretto

Prochain article Formule 1
1981 - Jacques Laffite et Gilles Villeneuve s’illustrent au Canada

Article précédent

1981 - Jacques Laffite et Gilles Villeneuve s’illustrent au Canada

Article suivant

Vandoorne a eu son "premier feeling" avec la nouvelle McLaren

Vandoorne a eu son "premier feeling" avec la nouvelle McLaren
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur James Newbold
Type d'article Actualités