Aucune pression commerciale pour débuter le GP de Belgique, selon la F1

Le PDG de la Formule 1, Stefano Domenicali, a démenti que des pressions d'ordre commercial aient pu être prises en compte pour entériner les résultats du Grand Prix de Belgique.

Aucune pression commerciale pour débuter le GP de Belgique, selon la F1

Après trois heures d'attente sous la pluie au Grand Prix de Belgique, la direction de course a fait le choix à 18h17 de lancer les monoplaces sous Safety Car, démarrant ainsi officiellement l'épreuve. Après deux tours, la course a été interrompue, les voitures sont rentrées aux stands et finalement le GP a été définitivement arrêté.

Réglementairement, ces deux tours ainsi que le déclenchement d'un troisième tour quand les monoplaces ont passé la ligne de chronométrage dans les stands ont suffi à entériner les résultats de la course, en dépit de l'absence de course à proprement parler. Le top 10 a ainsi inscrit la moitié des points, comme le veut le règlement quand 75% de la distance de course, au minimum, n'est pas couvert.

Un certain nombre d'observateurs mais également d'acteurs ont laissé entendre voire ont clairement dit que cette situation avait simplement pour but d'assurer que les obligations commerciales de la discipline soient remplies, notamment envers le circuit de Spa mais aussi les diffuseurs TV. Interrogé par Motorsport.com sur le sujet après la course, Stefano Domenicali, le PDG de la Formule 1, a démenti cela.

"Non, non, en fin de compte", a-t-il déclaré. "C'est pourquoi, lorsque j'entends dire qu'il y avait une question commerciale derrière cela, c'est totalement faux, parce que lorsque nous parlons de course, il y a une responsabilité, un processus clair, et ces choses ne sont pas du tout liées."

Quand il lui est demandé si la F1 aurait reçu l'intégralité des frais payés par Spa même sans course, il a ajouté : "Absolument. C'est pourquoi j'ai dit que c'était une erreur de considérer cela comme étant lié à une implication commerciale."

Lire aussi :

Domenicali soutient en tout cas les décisions prises par le directeur de course de la FIA, Michael Masi, dans l'attente d'une fenêtre météorologique pour faire démarrer l'épreuve et au niveau des interruptions qui ont suivi. "Pour les gens, bien sûr, c'est dommage, parce que c'est quelque chose que tout le monde veut voir, une vraie course. Mais je pense que les décisions prises par la direction de course sont absolument correctes."

"Il y avait le souhait et la volonté de faire la course. Et dès qu'il y a eu des informations – je suivais la situation là-bas –, il y avait une fenêtre d'amélioration possible de la météo pour essayer de courir. Ensuite, dès qu'ils ont redémarré, les commentaires étaient assez clairs, et d'un autre côté, [au vu d']une autre prévision météorologique reçue, [ce n'était] pas possible. Malgré la déception pour tout le monde, je pense qu'en termes de gestion, c'était la bonne chose à faire."

Sur la question de l'éventuel remboursement

À la question de savoir s'il avait un message pour les fans qui ont payé des billets pour assister à ce triste spectacle, il a répondu : "Le message est clair : malheureusement nous ne contrôlons pas le temps. Deux tours ou pas, la dépense [pour que la course se tienne] a été faite."

"Donc, ce n'est pas un problème de tours. C'était le fait d'essayer de faire la course. Je pense que sur ce point, la direction de course a essayé de faire le maximum. Comme je l'ai dit, ce n'est pas un problème de tours ou pas de tours, ce sont vraiment des conditions malheureuses."

"Vous devez prendre en compte la sécurité de tout le monde, et c'est très, très important. Comme je l'ai dit, le premier à être déçu, c'est moi, parce que j'aime la course, mais il y a toujours des conditions où vous ne pouvez pas la faire."

Alors que d'aucuns, parmi lesquels Lewis Hamilton, ont appelé au remboursement des billets pour les spectateurs présents, Domenicali se refuse à soutenir de tels appels mais n'exclut pas toute compensation : "C'est quelque chose dont [nous pouvons discuter] avec l'organisateur. Nous ne sommes pas ceux qui distribuent les billets. C'est quelque chose qui pourrait être fait, comme signe de considération, par rapport à ce qui serait une bonne compensation dans ce cas."

"Malheureusement, la course n'a pas eu lieu. Vous pouvez payer le billet et que ça se passe comme ça. En fin de compte, il est certain que l'organisateur, avec nous, va prendre en compte les fans et leur accorder le maximum d'attention, c'est certain. Je pense qu'il y a des idées auxquelles ils réfléchissent déjà, au vu de ce qui s'est passé cette année."

Domenicali a également confirmé qu'il aurait été impossible de disputer la course ce lundi : "Pas pour des raisons logistiques. Pour beaucoup de raisons, vous ne pouvez pas programmer la course le lendemain à cause de beaucoup de choses, liées à la disponibilité des commissaires, à la disponibilité d'autres choses."

"Cela a été envisagé, bien sûr, mais ce n'est pas possible. Avec les promoteurs, tout est très serré, ils ont suivi le processus de décision, donc ils ne sont pas en dehors de ça."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
Alonso : "Choquant" que les points ont été donnés "gratuitement"

Article précédent

Alonso : "Choquant" que les points ont été donnés "gratuitement"

Article suivant

Les 10 Grands Prix de F1 les plus courts de l'Histoire

Les 10 Grands Prix de F1 les plus courts de l'Histoire
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021