La F1 rattrapée par le COVID-19 : "Un rappel brutal"

À l'occasion de son quatrième Grand Prix de la saison, la Formule 1 affronte pour la première fois un scénario redouté en ces temps de pandémie : voir l'un de ses pilotes testé positif au COVID-19.

La F1 rattrapée par le COVID-19 : "Un rappel brutal"

Malgré une reprise exemplaire avec la mise en place d'un protocole sanitaire draconien, la Formule 1 a été rattrapée par le coronavirus ce week-end à Silverstone. Alors que deux cas de COVID-19 avaient déjà été identifiés dans le paddock à Budapest, le fait que la maladie touche cette fois un pilote, en l'occurrence Sergio Pérez, braque inévitablement un peu plus le feu des projecteurs. Testé positif jeudi, le Mexicain a dû déclarer forfait pour le week-end, bien qu'il soit asymptomatique et en bonne santé, cédant sa place chez Racing Point à Nico Hülkenberg.

Lire aussi :

Avant ce rendez-vous britannique, Michael Masi avait rappelé au nom de la FIA à quel point la F1, dont il est le directeur de course, ne pouvait se permettre aucun relâchement et aucune complaisance face à la pandémie. Ses propos quasi prémonitoires sont aujourd'hui illustrés par une situation qui, tôt ou tard, risquait de se présenter, et pourrait évidemment se renouveler. La F1 le savait, elle s'y était préparée. 

"C'est un rappel brutal", estime aujourd'hui Christian Horner, directeur de Red Bull Racing. "Parfois en Formule 1, nous avons l'impression d'être un peu isolés et de tous vivre dans notre bulle. Mais je pense que lorsque ça arrive à quelqu'un comme Pérez, lorsqu'un pilote est touché, c'est un rappel brutal du pourquoi de la mise en place de ces procédures."

"Les procédures que nous avons au niveau de l'équipe et collectivement en Formule 1 sont là pour que nous puissions nous assurer d'avoir le moins de contacts inutiles possible sur les Grands Prix, en dehors ou à l'usine. C'est très difficile, mais c'est un rappel brutal qui nous dit que ce truc [le virus, ndlr] est toujours là. Nous allons voyager dans des pays où il y a une seconde vague et des pics qui émergent encore. Nous devons conserver cette discipline avec toutes les procédures en place. Je pense que nous gérons bien les choses, c'est très bien fait de la part de la FIA comme de l'équipe."

Si le cas de Sergio Pérez agit en effet comme une violente piqûre de rappel, il n'est pas question néanmoins de pointer du doigt le Mexicain plus qu'un autre. Le risque zéro n'existe pas, seulement les événements démontrent que la F1 ne peut pas baisser la garde. Le Mexicain est la première victime de cette situation, privé d'au moins un Grand Prix alors qu'il dispose cette année d'une monoplace compétitive. Confiant sa tristesse devant cette situation, il a expliqué avoir voyagé au Mexique entre le Grand Prix de Hongrie et celui de Grande-Bretagne. Des propos raisonnant comme une justification alors qu'il n'y devrait pas y être contraint, qu'il n'est pas le seul à avoir voyagé sur cette période et qu'il n'a rien fait de répréhensible.

"Le code [de conduite de la FIA], tel qu'il est écrit aujourd'hui, dit qu'entre les Grands Prix d'Autriche et de Hongrie nous ne devions laisser personne sortir, ce que nous avons fait avec nos pilotes comme avec notre personnel", rappelle Otmar Szafnauer, directeur de Racing Point. "Par exemple il y avait une règle, une fois en Hongrie, disant que personne ne pouvait quitter l'hôtel s'il n'avait pas un passeport membre de l'espace Schengen. Nous avons traité tout le monde de la même manière, y compris les pilotes. Mais entre la Hongrie [et Silverstone], puisqu'il y avait un week-end de repos, je crois que tout le monde est rentré voir sa famille. Les équipes italiennes sont retournées en Italie, l'équipe suisse est probablement rentrée en Suisse, Pirelli a renvoyé du monde en Italie, et les pilotes sont rentrés chez eux."

"Avec le recul, c'est toujours plus simple. Peut-être que nous devrions étudier ça, changer le code et dire que tout au long de la saison, il faut rester dans sa bulle ? Je ne sais pas, mais c'est une question pour la FIA. J'ai lu le code plusieurs fois, c'est un document qui évolue. Je crois que Checo n'a rien fait de mal en allant voir sa famille. Il a pris toutes les précautions. Je ne crois pas que ce soit différent de Ferrari qui rentre en Italie, par exemple."

partages
commentaires
EL2 - Stroll se joue de la chaleur, Albon finit dans le mur

Article précédent

EL2 - Stroll se joue de la chaleur, Albon finit dans le mur

Article suivant

Hülkenberg : La Racing Point a "un potentiel énorme"

Hülkenberg : La Racing Point a "un potentiel énorme"
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021