Fabrice Lom fait le point sur la situation de Red Bull

Fabrice, que pensez-vous de la domination des McLaren en Principauté ?FL : Je crois que cette piste est tellement spécifique qu’il faut se garder de toute interprétation en vue des courses à venir

Fabrice, que pensez-vous de la domination des McLaren en Principauté ?
FL :
Je crois que cette piste est tellement spécifique qu’il faut se garder de toute interprétation en vue des courses à venir. McLaren est traditionnellement très forte à Monaco. L’année dernière, alors que sa voiture n’était pas dans le coup sur les pistes traditionnelles, elle aurait pu prétendre à la victoire sur ce circuit atypique. Il faut donc attendre un peu pour savoir si les performances du week-end dernier marquaient un réel retour un premier plan.

Les Red Bull étaient-elles loin derrière les meilleurs ?
FL : Non, et c’est ce qui est encourageant. Alors que le circuit de Monaco ne favorisait pas les caractéristiques de la RB3 -en théorie-, les deux voitures ont été très compétitives. Elles sont entrées dans le top10 en qualifications. Malheureusement, David Coulthard a été déclassé par la suite.

Quel est votre sentiment sur ce dernier week-end ?
FL : Le mot qui vient spontanément à l’esprit, c’est gâchis. Nous aurions pu réaliser une très bonne course et nous rentrons sans un point. Mark Webber a connu des soucis de coupure moteur qui ont endommagé sa boîte de vitesse et l’ont finalement contraint à l’abandon. David Coulthard, quant à lui, ne pouvait pas espérer briller car il partait de très loin sur la grille. On l’a encore vu cette année, il est impossible de remonter au classement en Principauté, même avec une excellente voiture.

Où en étaient les pilotes dans leur séquence d’utilisation du moteur ?
FL : Mark utilisait un moteur neuf, tandis que le V8 de David disputait son deuxième Grand Prix.

Avec l’abandon de Webber, le règlement vous autorise à utiliser un moteur frais pour Montréal…
FL : Oui, mais il n’est pas certain que nous choisissions de changer son V8. En effet, les problèmes que le RS27 a connus à Monaco étaient certainement d’ordre électrique : la mécanique interne n’a probablement pas souffert. Ce moteur a 200 km dans les pistons et s’il boucle le Grand Prix du Canada, il terminera à 800 km, c’est à dire en pleine forme. Si nous optons pour un moteur neuf à Montréal, nous devrons alors disputer Indianapolis dans la foulée. Or, l’association de ces deux pistes dans un cycle de vie n’est pas des plus faciles côté fiabilité.

Côté fiabilité, justement, où en est Red Bull Racing ?
FL : L’équipe progresse. Vous savez, il est toujours préférable de fiabiliser une voiture rapide que de traquer la performance sur une voiture fiable. Les programmes sont en cours et nous avons de bonnes raisons de croire que ces soucis seront bientôt derrière nous. Nous sommes optimistes.

Source : ING Renault F1 Team

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , David Coulthard
Équipes Red Bull Racing , McLaren
Type d'article Actualités