Fabrice Lom revient sur la tourn?e Nord-Am?ricaine de Red Bull

Fabrice, que retenez-vous des Grands Prix du Canada et des Etats-Unis ?FL : Du point de vue du moteur, nous n’avons rencontré aucun problème sur ces deux courses, ce qui est toujours appréciable

Fabrice, que retenez-vous des Grands Prix du Canada et des Etats-Unis ?
FL :
Du point de vue du moteur, nous n’avons rencontré aucun problème sur ces deux courses, ce qui est toujours appréciable. Ces tracés étaient très exigeants pour les V8, nous avons dû adapter notre utilisation mais tout s’est bien passé. Pour résumer la situation après 7 courses, je pense que l’équipe Red Bull Racing est meilleure que ses rivaux directs, qui sont Toyota et Williams. La fiabilité, de plus, pose moins de problèmes. Et nous ne rentrons pas bredouilles de ces Grands Prix outre-Atlantique. Il y a encore du travail, bien sûr, mais nous progressons bien.

Que de chemin parcouru depuis l’hiver dernier…
FL : C’est vrai. Avant le premier Grand Prix, nous n’étions ni fiables, ni rapides. L’équipe a alors réalisé un énorme travail pour redresser la barre. Aujourd’hui, nous plaçons systématiquement une voiture dans le Top10 en qualifications, nous sommes toujours en position de marquer des points en course si la voiture termine, et nous ne sommes pas loin des équipes qui se battent pour la 4ème place. Que du positif…

A ce niveau de la grille, de plus, la lutte est féroce !
FL : Oui. Renault et BMW sont clairement devant nous et décrocheront sûrement les 3ème et 4ème positions finales. Mais, derrière, dans la bataille pour la 5ème place, le moindre point marqué aura son importance.

Pensez-vous que, d’ici la fin de la saison, vous pourrez vous mêler à la lutte qui oppose BMW et Renault ?
FL : C’est jouable. Sur certains tracés, déjà, nous montrons le bout du museau : à Barcelone, par exemple, nous étions proches des BMW. A quelques occasions, nous pourrions devenir la troisième force du plateau. Mais il nous manque encore la constance, la capacité à conserver ce niveau d’un Grand Prix à l’autre.

Le rendez-vous à Magny-Cours, en fin de semaine prochaine, sera-t-il considéré comme une course à domicile pour Red Bull Racing ?
FL : J’y compte bien. Il y a quelques années, cette équipe était très « British » : ses rapports avec les Français étaient donc un peu conflictuels ! Tout cela est oublié depuis que Red Bull Racing collabore avec Renault. Nous nous apprécions mutuellement et nous aurons à cœur de réaliser une performance de premier plan à Magny-Cours. Cela ne ferait pas plaisir qu’aux motoristes Renault, mais à toute l’équipe.

Source : ING Renault F1 Team

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Williams
Type d'article Actualités