Alonso : L'idée selon laquelle j'avais du mal n'était "pas juste"

Auteur de son meilleur résultat depuis son retour en F1 au Grand Prix d'Azerbaïdjan, Fernando Alonso juge que l'opinion générale selon laquelle ses difficultés étaient importantes en début de saison était injuste.

Alonso : L'idée selon laquelle j'avais du mal n'était "pas juste"
Charger le lecteur audio

Sixième du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Fernando Alonso y a signé son meilleur résultat chez Alpine. L'Espagnol, bien aidé par le départ arrêté pour les deux derniers tours lors duquel son agressivité a fait mouche, évoquait à Bakou le travail fourni chez Alpine pour redresser la barre après une manche monégasque terne.

"Nous avons travaillé sur la voiture entre Monaco et [Bakou] pour comprendre nos problèmes, pour analyser pourquoi nous n'avions pas réussi à mettre les pneus en condition à Monaco. Nous avons beaucoup travaillé avec les ingénieurs, j'ai eu beaucoup de réunions entre Monaco et Bakou, des réunions en ligne quand j'étais à la maison, quand nous travaillions sur le simulateur. Donc, oui, nous travaillons dur, vous savez, dans les semaines entre les courses. [En Azerbaïdjan], nous avons immédiatement vu en EL1 que nous n'étions pas à l'aise."

Lire aussi :

Dans le même temps, le double Champion du monde regrette l'analyse faite par certains observateurs sur son début de saison. Même si, aux points, Alonso figure devant son équipier, il a globalement été moins performant en qualifications et en course. Dès lors, d'aucuns ont estimé qu'il avait des difficultés, mais pour l'Espagnol ce n'est pas le cas.

"Je n'étais pas trop mécontent lors d'autres courses qui, selon l'opinion générale, étaient très mauvaises. Et je ne pense pas qu'elles étaient si mauvaises. Vous savez, à Barcelone, évidemment, nous étions sur un arrêt. Et nous n'avons pas réussi, mais j'étais plus ou moins dans le rythme d'Esteban [Ocon]."

"À Monaco, je crois que j'ai fini deux secondes derrière lui. Et ces choses se reproduisaient à chaque week-end, mais l'opinion était que j'avais beaucoup de mal, même par rapport à d'autres pilotes qui ont changé d'équipe cette année, comme Daniel [Ricciardo] ou autre."

"Et je crois que ce n'était pas juste car, par rapport à ma situation, il y a une très grande différence vis-à-vis de ceux qui ont eu du mal. Je n'étais pas inquiet concernant la préparation des pneus, je savais que c'était simplement une question de temps. [...] Il y a plus à venir, je ne suis pas inquiet pour ma performance."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull
Article précédent

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Article suivant

Une bonne nouvelle pour le GP de Mexico

Une bonne nouvelle pour le GP de Mexico
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021