Fernando Alonso, rival "le plus coriace" de Sebastian Vettel

Au fil de sa carrière, Sebastian Vettel a affronté de nombreux grands pilotes. Fernando Alonso est d'après lui "le plus coriace de tous".

Fernando Alonso, rival "le plus coriace" de Sebastian Vettel
Charger le lecteur audio

Quadruple Champion du monde, Sebastian Vettel a joué le titre à sept reprises lors de sa longue carrière en Formule 1, commencée en 2007 et achevée au récent Grand Prix d'Abu Dhabi. C'est avec des pilotes tels que Jenson Button, Mark Webber, Lewis Hamilton que Vettel s'est disputé de nombreuses couronnes, s'imposant de 2010 à 2013. Et par deux reprises, c'est Fernando Alonso qui lui a opposé une sérieuse concurrence.

En 2010, Alonso était leader du championnat avant le dernier Grand Prix, lors duquel Webber, Vettel et Hamilton restaient en lice pour le titre. Le jeune Allemand a mené dès le début de la course à Abu Dhabi, avec Alonso quatrième et Webber cinquième, ce qui faisait du pilote Ferrari le champion virtuel avec 258 points devant Vettel (256) et Webber (248). Ce dernier a été appelé au stand par Red Bull pour tenter de faire l'undercut à Alonso, la Scuderia a fait de même pour contrer cette menace… mais ils se sont retrouvés coincés derrière la Renault de Vitaly Petrov ; Alonso n'a jamais trouvé l'ouverture et a fini septième devant Webber, Vettel remportant finalement son premier titre haut-la-main.

Deux ans plus tard, au volant d'une Ferrari nettement en deçà de la Red Bull, Alonso est parvenu à maintenir le suspense jusqu'au dernier Grand Prix. Bien que Vettel ait été victime d'un accrochage qui a failli tout gâcher au premier tour, il est méthodiquement remonté et a décroché la couronne pour trois petits points.

Lire aussi :

Désormais, au moment de faire le bilan de sa carrière, celui qui vient de prendre sa retraite est élogieux quant au double Champion du monde de six ans son aîné, qui reste toutefois en Formule 1 pour l'heure. "Je l'admire en tant que compétiteur", déclare Vettel dans le podcast Beyond The Grid. "Il a probablement été le plus coriace de tous, surtout les premières années. Nous avons eu des batailles très serrées en fin de saison, à la fois en 2010 et en 2012 en particulier. Cela reste probablement l'un de mes moments favoris, l'un de mes souvenirs favoris, cette tension en arrivant au Grand Prix du Brésil 2012, ce matin-là. Pour moi c'était très intense, et je crois que nous étions tous deux très nerveux."

Sebastian Vettel, Red Bull Racing celebrates his pole position and Fernando Alonso, Ferrari

Sebastian Vettel et Fernando Alonso en 2010

"J'ai beaucoup d'estime pour Fernando en tant que pilote : je pense qu'il a énormément de talent naturel, une détermination incroyable, un grand instinct de la course. Et tout ça, il ne l'a pas perdu. On voit qu'il adore la course, il est très passionné. Il est un grand compétiteur, probablement l'un des plus coriaces que j'aie jamais eus, car il est toujours présent, il ne recule jamais, mais il est très respectueux dans les batailles roue contre roue, et j'y ai pris beaucoup de plaisir."

En revanche, les deux hommes n'entretiennent pas des liens étroits. "En tant que personne, je ne le connais pas", confie Vettel. "Je ne dirais pas qu'on ne s'entend pas, je dirais que nous nous respectons, mais nous n'avons jamais eu l'occasion de faire connaissance, de passer du temps ensemble, de vraiment discuter en dehors des courses. Peut-être que nous n'avons pas eu de moment comme celui que j'ai eu avec Lewis, qui nous a rapprochés."

Lire aussi :

"C'est comme à l'école ou au travail, il y a un collègue que l'on respecte mais que l'on ne connaît pas vraiment. L'alchimie n'est pas forcément… Je m'entends avec Lewis, nous avons des choses dont nous discutons, nous partageons des nouvelles. Avec Fernando, je pourrais avoir ça également, mais nous n'avons jamais eu l'alchimie pour cela. Bien que nous ayons la même grande passion, nous sommes deux personnes très différentes."

Au fil de leurs carrières respectives, Vettel et Alonso ont partagé le podium pas moins de 26 fois – exclusivement entre 2010 et 2013.

partages
commentaires

Voir aussi :

Le dernier Grand Prix de F1 sans Halo

Danica Patrick : Trois GP aux États-Unis, "c'est légitime"