Ferrari : La très bonne gestion des pneus n'est pas due à la voiture

Pour son directeur Mattia Binotto, la très bonne gestion des pneus de Ferrari lors des derniers Grands Prix est le fait du travail des pilotes et pas d'une des rares qualités de la SF1000.

Ferrari : La très bonne gestion des pneus n'est pas due à la voiture

Lors du Grand Prix d'Espagne 2020 de F1, Sebastian Vettel a dû mener à bien, de façon quelque peu improvisée, une stratégie à un seul arrêt et réaliser un relais final de 36 tours en pneus tendres, sur l'exigeant tracé de Barcelona-Catalunya, pour accrocher une septième place en maintenant son avantage sur un certain nombre de pilotes qui ont fait deux passages par les stands. 

Lire aussi :

Cette performance est intervenue une semaine après la quatrième place accrochée au GP du 70e Anniversaire par Charles Leclerc grâce, là aussi, à un seul arrêt durant une épreuve où l'usure pneumatique préoccupait particulièrement après les différentes crevaisons intervenues en fin de course au GP de Grande-Bretagne.

La Scuderia Ferrari est en souffrance depuis le début de saison avec une SF1000 qui semble être à la fois peu rapide (a priori en raison des limitations imposées sur le moteur suite à l'accord aux termes secret entre l'écurie et la FIA) mais également subir un important problème de traînée aérodynamique. Maranello n'est qu'en cinquième place du classement constructeurs après six épreuves.

Et pour Mattia Binotto, la bonne gestion des pneus vue en Angleterre et en Espagne n'est même pas à mettre au crédit de l'auto italienne. "Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une force de la voiture. Si c'est une force, c'est en premier lieu une force des pilotes, de gérer tous les pneus, et du groupe d'ingénierie qui gère toutes les données. Je crois que c'est tout."

Lire aussi :

Lui aussi lancé sur une stratégie à un seul arrêt à Barcelone avant d'être rattrapé par un problème électrique qui a entraîné son abandon, Leclerc estime justement avoir fait des progrès dans ce domaine pour sa seconde saison en rouge. "Je crois que j'ai pas mal progressé par rapport à l'an passé en termes de gestion des pneus."

"Que la voiture soit meilleure pour cela [la préservation des pneus] ou non, je pense qu'elle est probablement plus facile à gérer lors des relais de course. L'objectif principal désormais est d'améliorer le rythme global de la monoplace."

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen refuse d'être comparé à Schumacher ou à un autre

Article précédent

Verstappen refuse d'être comparé à Schumacher ou à un autre

Article suivant

Steiner confirme : l'avenir de Haas en F1 est assuré

Steiner confirme : l'avenir de Haas en F1 est assuré
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021