Pour Ferrari, le duo Leclerc-Sainz procure un "avantage significatif"

Ferrari estime que son duo de pilotes formé par Carlos Sainz et Charles Leclerc est un véritable "point fort" pour ses ambitions de retour au sommet.

Pour Ferrari, le duo Leclerc-Sainz procure un "avantage significatif"

Arrivé cette année chez Ferrari, Carlos Sainz s'est rapidement fondu dans le moule de sa nouvelle écurie, où il a largement contribué à redresser des résultats qui, en 2020, avaient fait chuter la Scuderia au sixième rang du championnat constructeurs. Recruté chez McLaren, le pilote espagnol a signé pas moins de quatre podiums et s'est payé le luxe de devancer son coéquipier Charles Leclerc au championnat.

Entre les deux hommes, la collaboration s'est avérée idéale, en piste comme en dehors, et l'écurie italienne ne regrette pas d'avoir fait le choix du renouvellement en sacrifiant Sebastian Vettel. Pour ses ingénieurs, travailler avec les deux pilotes est aujourd'hui très apprécié, en dépit de leur âge qui en fait l'un des duos les plus jeunes de la grille. Directeur de la compétition, Laurent Mekies salue leur motivation, leur envie d'apprendre et leur "retour d'information de très haute qualité".

"Nous pensons que c'est l'un de nos points forts maintenant, non seulement parce qu'ils décrivent ce qu'ils ressentent, mais aussi parce qu'ils ont la volonté et la motivation de revenir en arrière et de travailler avec nous pour trouver des solutions", a expliqué le Français lors d'une rencontre avec la presse à Abu Dhabi, à laquelle assistait Motorsport.com. "Ils le font avec des mots différents, ainsi nous pouvons assembler les choses. Ils ne sont pas toujours d'accord, ce qui nous donne l'occasion de voir les choses de manière élargie. Pour faire court, je pense que la réponse est oui, nous pensons que ça fonctionne bien. Il y a toujours plus à venir. Mais la manière dont Carlos et Charles se complètent est pour le moment aussi bonne qu'elle peut l'être."

Carlos Sainz et Charles Leclerc ont également développé des relations amicales qui favorisent la bonne ambiance dans l'écurie. Et pour Laurent Mekies, l'entente entre les deux pilotes va même au-delà.

"Le niveau de respect, d'envie de travailler ensemble, de confiance en leur caractère et en leur capacités techniques, est énorme", insiste-t-il. "Ils partagent tous les deux la même envie d'aider l'équipe à se redresser. Si l'on prend l'exemple de l'Arabie saoudite, le vendredi soir nous n'étions pas très bons. Nous ne voulions pas nous contenter de ça. Nous ne voulons jamais nous en contenter, mais il y avait cet état d'esprit, alors que c'était l'avant-dernière course, de trouver quelque chose en plus. Nous savions qu'il y avait plus à trouver avec la voiture, que nous n'arrivions pas à saisir."

"Après, les circonstances de course ont été ce qu'elles étaient, mais si l'on prend le premier relais avant le drapeau rouge, Charles était facilement quatrième, Pérez était derrière. Donc au final, un bon rythme de course en est ressorti. Pour faire court, je pense que ces deux gars, dans la façon dont ils travaillent avec nous, dont nous les avons intégrés, et dont ils apportent leur contribution, constituent un avantage compétitif significatif. Nous ne voulons pas nous arrêter là. Nous voulons développer ça, car nous pensons qu'il y a plus à venir également. Mais c'est certainement l'un des points forts que nous avons."

Propos recueillis par Luke Smith

Lire aussi :

partages
commentaires
Toto Wolff explique le silence de Lewis Hamilton
Article précédent

Toto Wolff explique le silence de Lewis Hamilton

Article suivant

Bilan 2021 - Pierre Gasly, sans fausse note

Bilan 2021 - Pierre Gasly, sans fausse note
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021