Ferrari ne pense pas gagner avant 2022

Consciente de ses faiblesses, la Scuderia Ferrari sait qu'il lui sera compliqué de retrouver la victoire avant l'arrivée de la nouvelle réglementation technique en Formule 1.

Ferrari ne pense pas gagner avant 2022

La Ferrari SF1000 pilotée par Sebastian Vettel et Charles Leclerc est en difficulté sur tous les plans en cette saison 2020, aussi bien du côté aérodynamique qu'au niveau de l'unité de puissance. La Scuderia pointe à la cinquième place du championnat au terme des trois premiers Grands Prix avec 27 points au compteur – son pire début de saison depuis 2009 – et se trouve jusqu'à présent entre la troisième et la sixième place de la hiérarchie en qualifications, toujours devancée par Mercedes et parfois par Racing Point, Red Bull, McLaren, Renault ou encore AlphaTauri.

Lire aussi :

Or, de nombreuses mesures de réduction des coûts ont été prises pour faire face à la crise du coronavirus, notamment un gel définitif des monoplaces 2020 pour 2021 à partir du 30 septembre prochain, à l'exception de deux jetons de développement pouvant être utilisés par chaque équipe. De surcroît, le plafond budgétaire en vigueur dès l'an prochain empêchera Ferrari de profiter de son avantage financier à l'approche de la nouvelle réglementation 2022.

John Elkann, président de Ferrari, est donc conscient que le retour aux avant-postes prendra un certain temps. "L'écurie traverse sans aucun doute une période difficile qui remonte à loin", déclare Elkann dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. "Nous n'avons pas remporté le titre mondial des constructeurs depuis 2008 ni celui des pilotes depuis 2007. Il y a eu le cycle victorieux de Red Bull grâce à ses capacités aérodynamiques puis celui de Mercedes avec ses excellentes compétences dans la technologie du moteur hybride."

"Cette année, nous ne sommes pas compétitifs, en raison d'erreurs de conception. Nous avons un certain nombre de faiblesses structurelles qui existent depuis un certain temps dans l'aérodynamique et la dynamique du véhicule. Nous avons également perdu en puissance moteur. La réalité est que notre voiture n'est pas compétitive. On l'a vu en piste et on le verra à nouveau. Aujourd'hui, nous posons les bases pour être compétitifs et retrouver la victoire quand la réglementation changera en 2022. J'en suis convaincu."

Elkann, président de FIAT

Elkann ne cache pas que Ferrari va être pénalisé par le gel des monoplaces. "Beaucoup, étant donné que nous avons mal commencé", confirme-t-il. "Il nous faut être réalistes et conscients des faiblesses structurelles avec lesquelles nous composons depuis une décennie et qu'a soulignées la transition à l'hybride. Nous avons donné notre feu vert à la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en 2022, car nous estimons juste qu'il y ait davantage de compétitivité en F1."

"Nous ne voyons pas le plafond budgétaire comme quelque chose qui va rendre la victoire plus difficile à atteindre pour nous. Nous voyons ça comme un défi. Nos ingénieurs, nos mécaniciens et nos pilotes vont trouver la force et la créativité nécessaires pour faire revenir Ferrari au sommet, malgré ces contraintes. Personnellement, je n'ai jamais vu une telle cohésion dans les dix dernières années."

Elkann renouvelle par ailleurs sa confiance aux dirigeants de la Scuderia, notamment le directeur d'équipe Mattia Binotto, moins d'une semaine après une restructuration mineure de son département technique.

Lire aussi :

"Je leur fais pleinement confiance", insiste l'Italien. "Notamment car Mattia Binotto, qui est à la tête de la Scuderia depuis un an, a toutes les compétences et caractéristiques nécessaires pour lancer un nouveau cycle victorieux. Il était chez Ferrari avec Todt et Schumi, il sait comment gagner, et à partir de l'an prochain, il travaillera avec deux pilotes jeunes et ambitieux comme nous."

Enfin, Elkann demande aux tifosi de faire preuve de patience, rappelant que les difficultés des années 1980 et 1990 ont été suivies par les plus grands succès de la Scuderia : "Les fans souffrent autant que nous, mais nous savons qu'ils restent proches. C'est pourquoi il est important d'être clair et honnête avec eux. La route va être longue. Quand Jean Todt a lancé ce cycle historique en 2000, nous sortions d'une période de vache maigre qui avait duré plus de 20 ans, depuis 1979. Cela a pris du temps pour que Ferrari retrouve le succès, depuis l'arrivée [de Todt] à Maranello en 1993. L'important, comme à l'époque, est de travailler en piste et en dehors dans la cohésion, de construire pas à pas la Scuderia que nous voulons."

partages
commentaires

Voir aussi :

McLaren officialise son nouveau partenariat avec Gulf

Article précédent

McLaren officialise son nouveau partenariat avec Gulf

Article suivant

McLaren critique la faille dans le gel des voitures pour 2021

McLaren critique la faille dans le gel des voitures pour 2021
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021