Ferrari ne s'enflamme pas malgré la performance de Monaco

Ne vous attendez pas à voir Ferrari jouer la victoire lors des prochaines courses, avertit la Scuderia.

Ferrari ne s'enflamme pas malgré la performance de Monaco

Au Grand Prix de Monaco, la Scuderia Ferrari a connu son meilleur week-end depuis 2019 en matière de performance. À l'exception des EL1, où Charles Leclerc a connu un problème technique, les deux SF21 étaient dans le top 5 de toutes les séances d'essais libres et phases des qualifications. Leclerc n'a pu prendre le départ de la course, victime des dégâts consécutifs à son accident en Q3, mais Carlos Sainz a profité des mésaventures de son coéquipier et de Valtteri Bottas pour se hisser sur la deuxième marche du podium.

Lire aussi :

D'après l'Espagnol, qui a signé le deuxième chrono des trois séances d'essais libres, la forme de Ferrari le week-end dernier est liée non seulement aux performances de la SF21 dans les virages lents mais aussi aux réglages trouvés lors des premiers tours de roue en Principauté.

"Je pense que c'est une combinaison de facteurs", analyse Sainz. "Je pense qu'il faut prendre en compte les particularités du circuit. Nous avions une voiture qui était très performante dans les virages lents avant de venir ici, mais pas aussi performante que ce que nous avons tous vu jeudi. Dès que je suis sorti du garage jeudi, j'ai senti beaucoup de confiance avec la voiture. L'équipe est parvenue à trouver les réglages parfaits jeudi, et cela m'a donné beaucoup de confiance. De plus, je crois que quand Charles a sauté dans la voiture en EL2, il était au niveau d'emblée [Leclerc a signé le meilleur temps de la séance, ndlr], ce qui est un signe très positif."

Lire aussi :

"Nous sommes très bien arrivés à faire fonctionner les pneus, donc le département pneus a aussi fait du bon travail. Et nous sommes parvenus à générer de l'appui sur un circuit où il en faut énormément, et nous étions aussi relativement compétitifs dans les petites lignes droites qu'il y a ici. C'est donc une combinaison de facteurs qui ont été rassemblés pour avoir des performances si solides et pour se battre pour la pole position et la victoire tout le week-end. Je pense que toute l'équipe doit en être fière, et il faut tirer de ce week-end de la confiance en soi, savoir que tout le monde travaille dans la bonne direction, que tout le monde fait des efforts et que nous progressons tous en équipe."

Carlos Sainz Jr., Ferrari, 2ᵉ, avec son trophée et du vin pétillant

Par conséquent, à quoi peut-on s'attendre pour la suite des événements ? Où est-ce que Ferrari va signer son prochain podium ? "Je pense que la réponse est très simple : regardez les caractéristiques du circuit de Monaco et essayez de voir lequel en est le plus proche, vous n'en trouverez pas beaucoup et les circuits auxquels je suis sûr que vous pensez ne seront même pas les mêmes que moi", répond un Sainz prudent.

"[Cette performance] ne signifie pas que nous allons nous battre pour la pole ou pour le podium face à Mercedes et Red Bull. J'estime qu'ils ont encore un avantage sur nous et il sera très compliqué de nous retrouver en bataille contre eux pour une pole position et pour une victoire. C'est pourquoi ce week-end, [ne pas avoir gagné] est un peu dur à avaler, car on ne sait pas quand viendra la prochaine opportunité, mais nous devons être fiers du pas en avant que nous avons fait et de la compétitivité qu'a eue la voiture ce week-end. Il n'est pas facile d'être rapide à Monaco, et le fait que Charles et moi ayons été si rapides, c'est aussi grâce aux bonnes performances de l'équipe et à la manière dont tout a fonctionné ce week-end."

Le son de cloche est similaire du côté du directeur d'équipe Mattia Binotto, lorsqu'il lui est demandé si le sinueux Hungaroring représentera la meilleure opportunité de bon résultat pour Ferrari. "Oui, il va y avoir des circuits avec des virages lents où nous pourrions être à nouveau compétitifs, mais ce n'est pas acquis", insiste l'Italien. "Je pense que de notre côté, au lieu de nous demander sur quel circuit nous serons compétitifs, nous sommes déjà concentrés sur Bakou, qui est le prochain, puis nous serons concentrés sur le suivant, car nous pouvons encore mieux exploiter la voiture."

"Il y a des développements qui vont arriver – pas beaucoup, mais ils arrivent quand même, et il est important qu'ils fonctionnent comme il faut. Bref, nous y allons pas à pas. Je pense que l'important est que nous continuions à travailler sur le développement dans la bonne direction et à progresser en équipe. Même les week-ends comme celui-ci, avec une défaillance, je pense que nous en tirons beaucoup de leçons, et celles-ci font partie des plus importantes."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Le manque de rythme d'Alonso et Ricciardo a handicapé Russell

Article précédent

Le manque de rythme d'Alonso et Ricciardo a handicapé Russell

Article suivant

McLaren ne s'attendait pas à avoir le rythme pour un podium à Monaco

McLaren ne s'attendait pas à avoir le rythme pour un podium à Monaco
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021