Ferrari poursuit les essais Pirelli des pneus pluie à Fiorano

La Scuderia Ferrari connaît ce mardi et ce mercredi ses deux dernières journées de roulage de la saison dans le cadre des tests de pneus pluie menés par Pirelli en vue de la saison prochaine.

1/4

Photo de: Ferrari

2/4

Photo de: Ferrari

3/4

Photo de: Ferrari

4/4

Photo de: Ferrari

Charger le lecteur audio

Alors que la saison 2022 de Formule 1 s'est achevée il y a déjà plus de deux semaines, le travail n'arrête pas pour préparer la campagne 2023. C'est évidemment le cas dans les rangs de Pirelli : le manufacturier met encore à contribution les écuries et les voitures de l'année afin de récolter des données et de pouvoir affiner ses produits en vue de la saison à venir.

Cette semaine, c'est la Scuderia Ferrari qui se prête au jeu. L'écurie de Maranello utilise en effet sa piste de Fiorano pour effectuer ses deux journées d'essais de pneus pluie. Pour l'occasion, la piste est artificiellement mouillée via un système automatisé qui permet de répandre sur le tracé la quantité d'eau souhaitée.

Carlos Sainz est le premier pilote à rouler ce mardi, avant de céder le baquet de la F1-75 à son équipier Charles Leclerc ce mercredi. Le début de la journée s'est fait sur un tracé humidifié naturellement par la nuit, ce qui a permis aux techniciens de Pirelli d'entamer le roulage directement avec les pneus intermédiaires. La fenêtre de passage aux pneus slicks a ainsi pu être étudiée. Une fois la piste sèche, le système d'arrosage est amené à jouer son rôle afin de procéder au test des pneus pluie.

 

Ce roulage sur piste humide est le second en quelques jours pour les équipes du manufacturier de Milan puisque ce week-end, c'est une autre structure en partie italienne, Alfa Romeo, qui a été sollicitée. L'écurie gérée par Sauber a pu profiter des installations du Circuit Paul Ricard, dans le Var, et mettre Robert Kubica à l'ouvrage au volant de la C42 lors des journées de samedi et dimanche.

Une partie du travail mené par Pirelli consiste à avancer sur la question de la mise en température des pneus, et notamment dans le cadre d'une absence de couvertures chauffantes. L'objectif est toujours en effet de pouvoir se passer totalement de tels dispositifs à l'horizon 2024.

Toutefois l'utilisation de gommes pour piste humide très tendres qui n'auraient pas besoin d'être pré-chauffées pourrait également être envisagée dès 2023 si jamais les tests étaient concluants et si un accord pour une dérogation était trouvé. Il s'agirait d'une première étape avant l'entrée en vigueur de cette mesure pour les pneus slicks également en 2024.

Ces deux journées à Fiorano ne seront pas les dernières de l'année pour Pirelli puisqu'une session de deux jours est également prévue avec AlphaTauri du côté de Portimão les 14 et 15 décembre, cette fois pour tester des pneus slicks.

Lire aussi :

Avec Franco Nugnes

partages
commentaires

Voir aussi :

Wolff : La F1 ne peut pas se cacher face aux problèmes au Moyen-Orient

Plafond budgétaire : Les rivaux de Red Bull voulaient "voir du sang"