Ferrari FXX K - Un test-car hybride de 1050 cv pour Maranello!

En un mot : bestiale ! La nouvelle Ferrari FXX K est un supercar destiné à mener des opérations de Recherche et Développement pour la marque au Cheval cabré

En un mot : bestiale ! La nouvelle Ferrari FXX K est un supercar destiné à mener des opérations de Recherche et Développement pour la marque au Cheval cabré. Le diabolique sera présenté ce weekend sur le tracé de Yas Marina, à Abu Dhabi.

Auto laboratoire, la Ferrari FXX K, avec un K comme ‘KERS’, est un évènement technique pour le Cheval Cabré : il s’agit en effet du premier modèle hybride de Maranello, qui adopte enfin un système de récupération d’énergie cinétique.

La FXX K n’a pas pour vocation de prendre la piste en course, même si sa raison d’être est le circuit. Il ne s’agit en effet que d’un modèle prototype, avec lequel Ferrari mènera d’intenses travaux de développement de ses modèles routiers et sportifs. Un test-car surpuissant, visant bien entendu à intégrer l’hybride sur un modèle de série dans le futur. L’auto n’est ainsi pas homologuée pour prendre la route, où elle dénoterait quoi qu’il en soit avec ses 1050 cv !

Pour atteindre un tel chiffre, on trouve à bord un (très) bruyant V12 développant 860cv, complété par un moteur électrique proposant un boost de 190cv. Pas de silencieux non plus sur les échappements, qui ont fait l’objet d’un travail important. C’est la performance pure qui est visée avec la FXX K, qui dispose de quatre modes hardware de programme d’évaluation des performances : Qualifications (performance maximale sur une distance limitée), Longs Runs (optimisation de la constance), Manual Boost (Relâchement d’un couple maximal à la demande du pilote) et Fast Charge, pour une optimisation de la recharge de la batterie électrique.

Le design aéro est de son côté un mix des enseignements tirés de la compétition via l’engagement en WEC (GT), où Ferrari a gagné consécutivement ces trois dernières années. L’hybridation est de son côté d’inspiration F1.

L’auto est équipée de pneus développés par Pirelli et dotés de capteurs mesurant les contraintes longitudinales, latérales et l’accélération radiale, ainsi que les températures et la pression. Des données qui permettent au software de l’auto de mieux adapter le contrôle de traction automatisé arrivé lui aussi du développement F1 de Maranello.

Avec Autoblog France

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités