Ferrari - Les circuits à fort appui ne nous sont pas favorables

partages
commentaires
Ferrari - Les circuits à fort appui ne nous sont pas favorables
Par : Fabien Gaillard
27 oct. 2016 à 13:57

Ferrari a expliqué qu’il y avait peu de choses à gagner à se concentrer sur des progrès spécifiques pour les circuits à fort appui aérodynamique comme Austin, même si la Scuderia a terminé loin derrière Red Bull.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, Kimi Raikkonen, Ferrari, Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1, Felipe Massa, Williams, Sergio Perez, Sahara Force India F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 , Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H

Deux semaines après des signes encourageants qui avaient été entrevus lors du Grand Prix du Japon, Ferrari n’a pas été en capacité d’égaler le rythme des Mercedes et des Red Bull à Austin, la course ayant en plus été gâchée par un arrêt aux stands raté qui a entraîné l’abandon de Kimi Räikkönen.

Ainsi, malgré le problème mécanique qui a frappé Max Verstappen côté Red Bull, l’avance de l’écurie autrichienne au Championnat constructeurs est désormais de 53 points à trois courses du but, ce qui ne laissera que peu de chances à Ferrari d’inverser la tendance d’ici la fin de saison.

Pour Maurizio Arrivabene, le directeur de la Scuderia, la performance de l’équipe à Austin n’était pas vraiment une grosse surprise, parce que la SF16-H souffre sur les circuits où l'aérodynamisme joue à plein. "Cette piste, qui est une piste à fort appui aérodynamique, n’est pas comparable à Suzuka."

"À Suzuka, nous avons fait quelques progrès, et nous en étions heureux. Mais les caractéristiques de la piste là-bas sont complètement différentes à ici, qui est un tracé à fort appui. Notre rythme n’était pas si mauvais, par rapport à vendredi et samedi. Mais, malheureusement, nous n’avons pas été capables d’atteindre le podium."

Il ne veut cependant pas en faire un point sur lequel Ferrari concentre trop son attention. "Il est clair que les circuits qui ne nous sont pas favorables sont ceux avec un fort appui. C’est tout. Si vous commencez à concentrer votre attention sur la résolution de ce problème cette année, vous perdez du temps sur le développement de l’année prochaine."

"Donc c’est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur des circuits de haute performance comme Suzuka, parce que dans ce cas, vous amenez des pièces à Suzuka et elles peuvent fonctionner et vous fournir des données pour la voiture de l’année prochaine."

De la gomme coincée

Le directeur de l’écurie de Maranello est revenu sur la fin de course de Sebastian Vettel et notamment son arrêt final, qui était plus pour nettoyer l’aileron arrière que pour changer de gommes, tout en aidant l’équipe à retrouver la confiance après l’arrêt manqué avec Räikkönen.

"C’était juste un morceau de gomme qui était sur l’aileron arrière, et l’aileron arrière ne fonctionnait pas. Donc, à un certain point, il nous a appelé et a dit que ce n’était pas facile, et en regardant l’écart entre Sebastian et les autres, nous avons dit ‘OK, rentre et nous allons nettoyer l’aileron arrière’. C’était aussi bien d’avoir un autre arrêt aux stands pour redonner de la certitude à l’équipe."

Article suivant
Débat - Daniil Kvyat, le bon choix pour Red Bull ?

Article précédent

Débat - Daniil Kvyat, le bon choix pour Red Bull ?

Article suivant

Ecclestone veut construire un mur autour des virages

Ecclestone veut construire un mur autour des virages
Charger les commentaires