Ferrari ne s'oppose pas à l'idée de motoriser Red Bull

Maurizio Arrivabene considère que cette option ne serait en aucun cas un problème pour la Scuderia Ferrari.

Le divorce entre Red Bull Racing et Renault se rapproche et semble désormais inéluctable. Celui-ci pourrait prendre corps dès les prochains mois, laissant l’écurie autrichienne en mesure d’utiliser une nouvelle unité de puissance pour la saison 2016. 

Tandis que Mercedes-Benz devrait fermer la porte à une motorisation de Red Bull, l’espoir de l’équipe de Milton Keynes serait désormais de disposer des V6 Ferrari. Une alternative qui prend du poids puisque Maurizio Arrivabene en personne a indiqué qu’il ne s’y opposera pas. 

Esprit de compétition

Interrogé sur le risque sportif que cela pourrait représenter, en renforçant potentiellement un concurrent direct, l’Italien relativise et voit l’équation différemment. 

"C’est très difficile de parler des autres. En théorie ils ont de grands noms, avec [Adrian] Newey comme chef designer, et c’est facile de penser que si on leur donne le moteur, ils construiront un châssis redoutable, ce qui signifiera qu’ils seront vraiment compétitifs", reconnait le directeur de la Scuderia Ferrari. 

Mais Arrivabene est sûr des forces qu’il détient à Maranello et assure qu’il verrait d’un bon œil une concurrence plus forte et plus relevée. 

"Concernant mon équipe, mes ingénieurs et aérodynamiciens connaissent leur travail", rassure-t-il. "Pour cette raison je n’ai pas de problème, et la compétition est belle quand on a un concurrent plus fort." 

"Cela ne signifie pas que demain matin nous donnerons nos moteurs à Red Bull ou Toro Rosso. Mais je ne vois pas de problème à donner notre moteur à une autre équipe, ou de raison d'être effrayé par la concurrence. Ce n’est pas le bon était d’esprit de compétition ou ce que Ferrari représente. Nous nous battons avec tout le monde."

Toro Rosso dans l’attente

Red Bull a déjà eu Ferrari comme partenaire moteur en 2006, tandis que son écurie sœur Toro Rosso a également utilisé les blocs italiens de 2007 à 2013. L’écurie de Faenza pourrait elle aussi être concernée par une motorisation Ferrari, mais Franz Tost refuse de s’avancer sur la question. 

"Comme vous le savez, nous avons un contrat avec Renault, pour le reste nous verrons", rappelle-t-il à Motorsport.com. "Nous avons une bonne relation avec Ferrari, mais cela ne signifie pas que nous serons partenaires à l’avenir. Nous verrons, l’avenir nous le dira. Actuellement nous avons un contrat avec Renault."

Si Ferrari venait à motoriser Red Bull l’année prochaine, cela pourrait également mettre fin à la fourniture d’unités de puissance assurée auprès de Manor. L’ex équipe Marussia pourrait alors tirer les marrons du feu en obtenant le V6 Mercedes, le constructeur allemand se montrant moins frileux à l’idée de motoriser une équipe aux moyens limités. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Mercedes , Ferrari , Manor Racing
Type d'article Actualités
Tags moteur, unité de puissance, v6