Ferrari perdait 7 dixièmes sur Mercedes en ligne droite

Ferrari estime qu'il lui sera "très difficile" de rectifier son déficit de vitesse de pointe, mis en avant sur le circuit du Red Bull Ring ce week-end. Selon les chiffres avancés par la Scuderia, la SF1000 perdait sept dixièmes au tour sur les Mercedes en Autriche, uniquement dans les lignes droites.

Ferrari perdait 7 dixièmes sur Mercedes en ligne droite

La journée de samedi a viré au cauchemar pour Ferrari, qui a vu Sebastian Vettel être éliminé dès la Q2 et Charles Leclerc accrocher péniblement la septième place sur la grille de départ. En course, le quadruple Champion du monde s'est plaint d'une voiture "inconduisible" et a terminé dixième après être parti en tête-à-queue. Leclerc a quant à lui sauvé la face de son équipe en se montrant opportuniste en fin de course et en décrochant une reluisante deuxième place, qui ne traduit toutefois pas le niveau réel de sa monoplace.

Lire aussi :

Ferrari va devoir faire le dos rond avec une deuxième course consécutive sur le même tracé le week-end prochain, tandis que des évolutions majeures sur la voiture sont attendues pour le troisième Grand Prix de la saison, en Hongrie. Et alors que les interrogations autour de l'unité de puissance de Maranello ont repris de plus belle devant cette étonnante chute de performance, Mattia Binotto continue de désigner l'aéro de la voiture comme l'un de ses principaux points faibles.

"Nous devons améliorer notre voiture, car il y a des erreurs de conception, au niveau du comportement de la voiture, en particulier sur le plan aérodynamique", assure le directeur de la Scuderia. "C'est un développement que nous avons repris après le confinement, et j'espère le voir très bientôt en piste. Ce ne sera pas la solution définitive, car il n'y a pas de baguette magique. Ce qui est important pour nous, c'est d'améliorer ce type de comportement."

"Si je regarde les qualifications, il nous manque une seconde par rapport à la pole position. Sur cette seconde, il y a trois dixièmes dans les virages, avec ce dont je viens de parler. Mais il y a ensuite sept dixièmes sur l'unité de puissance dans les lignes droites. Je crois que pour cette partie, ce sera très difficile, car le moteur est gelé pour la saison. La vitesse de pointe dépend aussi de la traînée, et ce n'est pas une question sur laquelle nous allons nous pencher prochainement. Il y a donc un peu de déception après les qualifications, un peu de déception de voir notre vitesse de pointe. Mais nous allons analyser les données et voir ce que nous pourrons faire à l'avenir."

Parmi les chiffres du week-end, les chronos des qualifications ont alimenté les spéculations puisqu'ils ont montré que Ferrari était moins rapide que l'an dernier sur le même circuit. Il n'en fallait pas moins pour raviver le sujet brûlant de l'accord secret passé avec la FIA durant l'hiver au sujet de l'exploitation du moteur en 2019. Et sur cette question, Mattia Binotto botte en touche.

"Honnêtement, je ne me préoccupe pas trop de l'année dernière", assure-t-il. "Je crois que la comparaison ne devrait pas se faire par rapport à l'an dernier mais par rapport à nos concurrents. Nous sommes désormais concentrés sur notre niveau par rapport à la concurrence, en étudiant les résultats en qualifications et en course, pour essayer de régler les problèmes de notre voiture."

partages
commentaires
Alfa Romeo prend une amende mais récupère des points
Article précédent

Alfa Romeo prend une amende mais récupère des points

Article suivant

Test - F1 2020 continue la belle série de Codemasters

Test - F1 2020 continue la belle série de Codemasters
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021