Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
19 jours
23 oct.
Prochain événement dans
31 jours
31 oct.
Prochain événement dans
39 jours
13 nov.
Prochain événement dans
52 jours
04 déc.
Prochain événement dans
73 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
80 jours

Ferrari : Ce qu'a fait Racing Point, c'est "comme copier à un examen"

partages
commentaires
Ferrari : Ce qu'a fait Racing Point, c'est "comme copier à un examen"
Par :

Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia Ferrari, a comparé ce qui était reproché à Racing Point au sujet des écopes de freins de la RP20 au fait de "copier à un examen", alors que Ferrari envisage de faire appel de la décision des commissaires.

Les cinq réclamations déposées par Renault au sujet des écopes de freins de la Racing Point RP20 ont débouché sur une sanction (15 points retirés au classement constructeurs et 400'000 euros d'amende) que d'aucuns dans le paddock ont jugé faible, d'autant plus que l'écurie est dans les faits autorisée à conserver les pièces incriminées (conformes au Règlement Technique mais dont la conception est contraire au Règlement Sportif) avec pour seule sanction une réprimande à chaque Grand Prix.

Jugeant cette décision des commissaires "un peu déconcertante", Racing Point a notifié son intention d'interjeter appel devant la Cour d'appel Internationale de la FIA et de prouver son innocence. Mais la plupart des rivaux souhaitent au contraire que les sanctions soient plus dures et que l'usage des écopes arrière soit proscrit. Ferrari, McLaren, Renault et Williams ont ainsi, elles aussi, signifié vouloir faire appel.

Lire aussi :

Cela et les nombreux commentaires sur la décision, qui ont souvent fait fi de la réalité des faits reprochés à l'écurie en vue d'une simplification du discours visant à accentuer la gravité ou changer la nature de ce qui est reproché, a incité l'actionnaire majoritaire de Racing Point, Lawrence Stroll, à sortir de sa réserve habituelle. Toto Wolff, le responsable de Mercedes, a lui fait part de son soutien à l'écurie de Silverstone.

Du côté de Mattia Binotto, on estime que la décision des commissaires n'est qu'un "point de départ" de l'affaire et que l'infraction à la réglementation était évidente. "Chez Ferrari, nous avons déjà parlé de l'affaire Racing Point vendredi, nous avons déjà dit ce que nous pensons", a déclaré Binotto sur Sky Sports Italia.

"Il y a eu des réclamations, et il y a eu le premier verdict qui a dit que ce que Racing Point a fait est illégal. C'est un point de départ. Stroll et Wolff sont peut-être furieux, mais il y a eu une violation du règlement ici. C'est comme copier à un examen. Il y a ceux qui copient l'examen, et ceux qui réussissent l'examen pour que d'autres le copient."

"Je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit à ajouter à cela. Les faits sont évidents. Nous sommes des adversaires et c'est normal. Chacun cherche son propre intérêt. Nous avons fait part de notre intention de faire appel. Nous pensons que la sanction n'était pas adéquate, et nous avons quatre jours pour le confirmer."

La FIA va revoir la règle sur les messages radio du tour de formation

Article précédent

La FIA va revoir la règle sur les messages radio du tour de formation

Article suivant

Williams a une position "très claire" sur l'appel contre Racing Point

Williams a une position "très claire" sur l'appel contre Racing Point
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari , Racing Point
Auteur Fabien Gaillard