La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur

La chute de performance de Ferrari doit-elle être associée à la manière dont fonctionne son moteur ? Les chiffres des qualifications rouvrent inévitablement la question...

La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur

La séance de qualifications du Grand Prix d'Autriche a livré un verdict sans appel quant à la régression de Ferrari sur le plan de la performance. Une situation qui ne manque pas d'alimenter les spéculations sur le lien éventuel avec la manière de faire fonctionner l'unité de puissance italienne, car les chiffres sont éloquents. Le moteur Ferrari ne semble plus aussi redoutable que l'an passé à la lumière de la feuille des temps, car si la Scuderia essuie un revers évident, c'est aussi le cas des deux écuries clientes qui utilisent son bloc propulseur, Alfa Romeo et Haas F1

Lire aussi :

L'an dernier, sur ce même circuit du Red Bull Ring, Charles Leclerc avait signé la pole position, Kevin Magnussen avait pris la cinquième place sur la grille, tandis que Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi étaient tous les deux en quatrième ligne. Dans le contexte de l'accord secret passé entre la FIA et Ferrari en février dernier et portant sur le fonctionnement de l'unité de puissance, le lien de cause à effet pourrait être établi, le conditionnel étant de mise. 

Les chiffres de samedi sont en tous cas les suivants : le chrono de Leclerc était 0"920 moins rapide que celui de sa pole position 2019, le meilleur temps d'une Haas était à 0"621 de celui de l'an passé, et chez Alfa Romeo ce différentiel grimpe à 1"119. Un gouffre qui ne manque pas de faire parler quand, dans le même temps, presque toutes les autres écuries affichent une progression d'une année sur l'autre sur la piste autrichienne. 

Évolution du chrono en qualifications par rapport à 2019
Mercedes -0"323
Red Bull +0"038
Ferrari +0"920
McLaren -0"473
Renault -0"493
AlphaTauri -0"360
Racing Point -0"929
Alfa Romeo +1"119
Haas +0"619
Williams -0"737

En vitesse de pointe, les Ferrari étaient samedi 10 km/h en retrait par rapport aux Mercedes. Certes les Alfa Romeo étaient parmi les plus rapides devant le radar, mais visiblement au prix d'un appui aérodynamique considérablement sacrifié. Si l'on ajoute le fait que les équipes concurrentes affirment lire sur les données GPS que les Ferrari perdent énormément de temps en ligne droite, le spectre de la controverse de l'an passé ressurgit inévitablement. 

Alors qu'il a déjà plusieurs fois évoqué sa frustration quant à l'accord entre la FIA et Ferrari, Toto Wolff laisse planer un doute qui n'en est pas un. À l'issue de la séance de qualifications, le directeur de Mercedes a été interrogé sur le sujet. Les données évoquées ci-dessus sont-elles une simple coincidence ? 

"Je ne veux pas commenter ça", a-t-il répondu. "Je crois qu'on en a assez dit. Je ne veux pas parler de Ferrari. Il est davantage question de la manière dont les choses sont gérées. Ne revenons pas en arrière. Je crois que tout a été dit, dans les deux sens. Ils n'ont pas montré de grandes performances aujourd'hui. Nous voulons qu'ils soient compétitifs et nous voulons courir contre eux, avec la même réglementation, et rien ne me rendrait plus heureux que si nous avions trois ou quatre écuries compétitives, qui nous en donneraient pour notre argent."

L'Autrichien a également laissé entrevoir des relations tendues avec Mattia Binotto, son homologue chez Ferrari. À la question d'apporter son soutien au directeur de la Scuderia après un tel revers, il a d'abord répondu par un grand silence, puis par une hésitation, avant de se lancer : "J'aimerais remonter le moral de tout le monde chez Ferrari, car c'est une fantastique entreprise, avec des gens fantastiques, mais je n'ai aucune raison de remonter le moral de Mattia. Est-ce suffisant comme réponse ?"

partages
commentaires
Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton

Article précédent

Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton

Article suivant

Todt confirme "une opportunité" pour le Mugello et Imola

Todt confirme "une opportunité" pour le Mugello et Imola
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021