Ferrari va soutenir le gel des moteurs demandé par Red Bull

Ferrari va finalement soutenir le gel des unités de puissance demandé par Red Bull pour 2022, en échange d'une introduction prématurée de la future réglementation moteur.

Ferrari va soutenir le gel des moteurs demandé par Red Bull

Deux semaines après avoir évoqué des "discussions très productives", Christian Horner se réjouira sans doute des mots prononcés ce vendredi à Bahreïn par Mattia Binotto. Fin octobre, Ferrari se disait être "fermement contre le gel des unités de puissance, car cela va à l'encontre de l'esprit de la F1". Les échanges et le travail collectif mené sur le sujet semblent porter leurs fruits, puisque le directeur de Ferrari a annoncé que le fusil avait changé d'épaule à Maranello. Ainsi la Scuderia se dit prête à soutenir ce gel des motorisations, condition importante pour que Red Bull Racing conserve le moteur Honda.

En effet, le motoriste japonais quittera la Formule 1 à l'issue de la saison prochaine, laissant Red Bull et AlphaTauri sans groupe propulseur. Mercedes et Ferrari sont peu enclins à fournir les écuries autrichienne et italienne, tandis que Renault pourrait l'être par la force des choses, conformément à un point de réglementation sur l'obligation de fourniture par le motoriste disposant du plus faible nombre de clients.

Lire aussi :

Chez Red Bull, le scénario privilégié et revendiqué est celui d'une acquisition de la propriété intellectuelle de Honda afin de conserver la nouvelle unité de puissance qui sera introduite en 2021 lors des saisons suivantes. En revanche, afin de limiter les coûts exorbitants que pourrait engendrer le développement de cette unité de puissance par la suite, Red Bull a conditionné cette hypothèse à un gel des moteurs à compter de 2022.

Rapidement, Mercedes s'est prononcé en faveur d'un tel gel. En revanche, Ferrari s'y était opposé jusqu'à présent. C'est ce premier verrou qui a donc sauté aujourd'hui, par la voix de Mattia Binotto, qui précise que cela ne se ferait pas sans contrepartie. Cette dernière consiste à avancer l'introduction du future règlement à 2025 au lieu de 2026.

"Ce que nous avons dit, c'est qu'il y avait déjà un règlement en place avec lequel Red Bull avait une solution, ils pourraient être équipés par d'autres motoristes, ça ne fait aucun doute", explique le directeur de Ferrari. "Nous comprenons aussi que leur intention est de continuer à utiliser le moteur Honda. Nous avons eu des réunions ces derniers jours avec la F1 et la FIA. Chez Ferrari, nous comprenons la situation. Nous soutenons le fait d'essayer d'anticiper d'un an le gel des moteurs car cela voudrait dire aussi essayer d'anticiper à 2025 la nouvelle réglementation des unités de puissance. Connaissant et comprenant la situation, ce n'est pas la première fois que Ferrari agit de manière responsable à cet égard. Nous soutiendrons donc le gel des moteurs en anticipant d'un an les unités de puissance."

"Des discussions sont actuellement en cours avec la FIA, avec la F1, pour savoir si nous devrions envisager un mécanisme de convergence dans le cas où un motoriste se retrouverait vraiment loin en performance par rapport aux autres. Car il aura un gel des performances entres les motoristes pour trois ans. Je crois que ces détails sont importants."

Reste à savoir désormais quelle sera la position de Renault sur la question... Du côté de Red Bull, on a fait savoir récemment qu'une définition claire de la direction à prendre pour son moteur était espérée avant la fin de ce mois de novembre. 

Concernant la future réglementation moteur, qui s'appuiera toujours sur la technologie hybride, des réponses plus précises sont attendues dans le courant de l'année prochaine.

"Pour avoir un tout nouveau format d'unités de puissance en 2025, nous aurons besoin de clarté sur la réglementation d'ici le milieu de l'année [prochaine]", confirme Binotto. "Je pense que ce sera une unité de puissance assez différente d'aujourd'hui car il y a, en tout cas du point de vue de Ferrari, des objectifs importants à établir, par exemple concernant le coût. Ce doit être plus viable au niveau des coûts. Je pense que l'unité de puissance devrait coûter moitié moins cher qu'aujourd'hui. Pour y parvenir et afin de décider quel sera le format technique, c'est un exercice très difficile."

partages
commentaires
EL1 - Lewis Hamilton reprendra bien un peu de désert

Article précédent

EL1 - Lewis Hamilton reprendra bien un peu de désert

Article suivant

Hamilton chez Ferrari : "Ce n'était pas destiné à se faire"

Hamilton chez Ferrari : "Ce n'était pas destiné à se faire"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari
Auteur Basile Davoine
La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ? Prime

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?

Mercedes a quitté Imola en conservant la tête des deux classements généraux mais ne se fait aucune illusion sur la menace que représente Red Bull.

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021

Après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, deuxième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
19 avr. 2021
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021