Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
47 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
54 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
68 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
82 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
103 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
117 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
131 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
138 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
152 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
173 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
215 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
243 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
257 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
271 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
278 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
292 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
306 jours

La FIA ne craint pas un pilotage de plus en plus dangereux

partages
commentaires
La FIA ne craint pas un pilotage de plus en plus dangereux
Par :
12 sept. 2019 à 07:15

Le directeur de course Michael Masi ne redoute pas les effets négatifs que pourrait avoir l'utilisation d'un système d'avertissement via le drapeau noir et blanc.

Utilisé en guise de "carton jaune" depuis sa réapparition au Grand Prix de Belgique, le drapeau noir et blanc a de nouveau été brandi par la FIA à Monza, cette fois à l'encontre de Charles Leclerc. Le Monégasque a ainsi été averti pour sa défense trop rugueuse face à Lewis Hamilton, échappant néanmoins à une sanction. Ce recours va dans le sens de la philosophie voulue par la F1 depuis les événements des Grands Prix du Canada et d'Autriche, mais laisse place aux craintes de certains.

Lire aussi :

L'effet pervers redouté est de voir les pilotes aller trop loin en piste lors des combats rapprochés, un risque qui n'effraie toutefois pas le directeur de course Michael Masi, ce dernier justifiant la position adoptée et renvoyant également les acteurs aux discussions de ces derniers mois sur le sujet. "Je ne pense pas qu'ils agiront plus dangereusement", estime-t-il au sujet des pilotes. "Ils regardent peut-être un peu plus les choses, mais ils sont à la frontière, et on ne peut pas la franchir facilement. Concernant la façon dont ça a fonctionné et les deux manières dont cela a été utilisé jusqu'à présent, je pense que l'objectif a été atteint. Mais il faut juger chaque incident de manière distincte. Je ne crois pas qu'il soit possible de généraliser à tous les niveaux. Il faut étudier chaque incident au cas par cas."

Masi rappelle le souhait des concurrents

Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, devant Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19, Sebastian Vettel, Ferrari SF90, Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S.19, et le reste du peloton au départ

Le directeur de course de la FIA rappelle par exemple que l'utilisation possible du drapeau noir et blanc n'empêche en aucun cas les commissaires de passer plus rapidement au cran supérieur et de décider d'une sanction la situation le nécessite de leur point de vue. "Au final, c'est aux commissaires de décider si quelqu'un est pénalisé", insiste Masi. "Le drapeau noir et blanc c'est moi, mais si les commissaires ont le sentiment qu'il faut plus, ils ont absolument la possibilité de mettre une pénalité. Je pense que [la défense de Leclerc] était rude, et c'est pour cela que la drapeau noir et blanc a été brandi. C'est assez simple pour moi, et c'était presque un copier-coller de ce qu'avait fait Pierre [Gasly] le week-end dernier à Spa, donc l'objectif est atteint."

Michael Masi insiste sur le fait que l'utilisation du drapeau noir et blanc est le fruit d'une requête des équipes et des pilotes pour laisser plus de latitude aux combats en piste. Il réprouve également le fait que les décisions soient irrégulières, alors que l'an passé Max Verstappen avait été sanctionné à Monza pour avoir bougé dans la zone de freinage face à Valtteri Bottas. "Il y a deux choses", estime Masi. "L'une est que l'an dernier, avec Max, il y avait eu un contact. L'autre est que nous devons nous souvenir de certains éléments, et qu'une discussion a eu lieu à Bahreïn avec les pilotes pour les laisser courir, ainsi qu'avec les directeurs d'équipe ensuite, et les directeurs sportifs. Après, il faut analyser, particulièrement dans le contexte de Spa, où nous avions dit que nous allions réintroduire l'utilisation du drapeau noir et blanc. Pierre Gasly, pour un incident similaire à Spa, a reçu ce drapeau. Dans ce cas [Leclerc à Monza], il n'y a pas eu de contact et c'était, pour utiliser une analogie, une faute. C'était un avertissement pour Charles."

Article suivant
Pneus 2020 : derniers tests avec Ocon, Pirelli veut plus de temps

Article précédent

Pneus 2020 : derniers tests avec Ocon, Pirelli veut plus de temps

Article suivant

Les pneus 18 pouces pour la première fois en piste

Les pneus 18 pouces pour la première fois en piste
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Catégorie Course
Lieu Autodromo Nazionale Monza
Auteur Basile Davoine