Vers un drapeau à damier automatisé en F1 ?

Directeur de course de la Formule 1, Charlie Whiting suggère l'introduction d'un système automatisé de drapeau à damier à l'avenir suite à la polémique du Grand Prix du Canada.

Le drapeau à damier a été agité par le top model Winnie Harlow après 69 des 70 tours à Montréal, après qu'un officiel s'est trompé et l'a informée que c'était le dernier tour. Les résultats ont été officialisés à la fin du 68e tour, ce qui a privé Daniel Ricciardo du meilleur tour en course.

Un incident similaire s'est produit au Grand Prix de Chine 2014, tandis que la légende du football qu'est Pelé a manqué le passage du leader à Interlagos en 2002, agitant le drapeau trop tard. Dans le cas de Montréal, il y a par ailleurs une certaine problématique sécuritaire, car des commissaires auraient pu venir sur la piste en croyant que la course était terminée et que les pilotes étaient dans le tour d'honneur, alors que les équipes leur ont demandé de continuer la course.

Whiting envisage désormais que le signal officiel de la fin de course soit affiché sur les feux situés au-dessus de la ligne de départ et d'arrivée et ait la priorité sur le drapeau lui-même pour éviter tout problème.

"Je pense que nous devons probablement réfléchir à un meilleur signal de la fin de course", déclare Whiting. "Le drapeau à damier est traditionnel, mais c'est quelque chose qui, comme nous venons de le voir, est sujet à des erreurs."

"On pourrait, et ce serait assez simple pour nous, mettre un drapeau à damier sur le grand panneau lumineux noir au moment approprié. Mais si on le fait de façon automatique, il faut réfléchir précisément au moment où on le fait, où on l'active. Ce n'est pas si simple, il faut y réfléchir un peu. Nous devons atteindre la situation où les pilotes ne regardent le drapeau à damier que sur le panneau lumineux. S'ils ne le voient pas, alors la course n'est pas terminée."

"Devons-nous aller si loin pour rectifier une situation qui se produit tous les dix ans ? C'est discutable. Mais c'est quelque chose que je vais certainement étudier."

Whiting ajoute qu'il ne prévoit pas d'empêcher la F1 de désigner des VIP pour agiter le drapeau : "Ce n'était pas la faute de cette célébrité, je ne pense pas que ce soit un point à étudier, certainement pas maintenant, en tout cas. Nous devons peut-être analyser d'autres choses, comme le nombre de gens qui montent là-haut parfois. Cela peut être un peu difficile."

"C'est pareil au départ, on fait monter des gens au départ, ils ont tendance à amener leurs amis avec eux, et ça devient un peu bondé."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags fia