La FIA met en place un panel pour éviter les controverses

La FIA a changé sa façon d'évaluer les innovations controversées en Formule 1 : elle a créé un nouveau panel dans l'espoir de limiter les tentations de porter réclamation à l'avenir.

La FIA met en place un panel pour éviter les controverses

Les doutes de Red Bull Racing quant à la légalité du système DAS utilisé par Mercedes l'ont incité à porter réclamation vendredi soir en Autriche. Au final, les commissaires se sont rangés derrière le verdict du délégué technique de la FIA, qui estimait le système légal. Le fait d'avoir dû passer par une réclamation officielle plusieurs mois après la première apparition du DAS lors des essais hivernaux a rouvert le débat sur les procédures d'application de la réglementation et sur la manière d'éviter de telles controverses publiques lors des Grands Prix. 

À l'heure actuelle, avant une course les équipes peuvent seulement sonder l'avis du département technique de la FIA quant à la conformité d'un système. Une réponse définitive sur sa légalité ne peut être donnée que par les commissaires respectifs de chaque Grand Prix. 

Lire aussi :

Président de la FIA, Jean Todt a révélé que l'instance internationale venait d'introduire une nouvelle structure pour éviter des divergences d'opinion sur des sujets sensibles. Il sera désormais possible de s'appuyer sur un groupe d'experts plutôt que sur un seul individu. L'idée de ce panel a été ratifiée par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA le mois dernier. Le but est de pouvoir consulter ces experts pour obtenir leurs conseils en cas de décisions compliquées à prendre. Avec ce procédé, la FIA espère que le fait de délivrer un avis issu de plusieurs experts avant un Grand Prix dissuadera le recours à une réclamation officielle. Cela devrait renforcer la confiance des équipes envers la FIA.

"Les commissaires s'appuient sur l'interprétation de nos experts", explique Todt. "Il y a énormément de pression sur nos experts. C'est pourquoi nous avons décidé que, pour les interprétations sensibles, il y aurait un petit panel de trois experts qui devront dire s'ils sont d'accord ou non avec une interprétation. Ce n'est pas une seule personne qui peut dire oui, c'est noir ou c'est blanc. Ce sera un groupe de trois experts, qui peuvent aussi compter sur la contribution d'un expert électronique et d'un expert moteur pour avoir la réponse."

Néanmoins, Todt précise que la porte reste toujours ouverte si une équipe souhaite porter réclamation contre une autre lors d'un Grand Prix. "Je pense qu'il serait inapproprié de restreindre le fait de pouvoir porter réclamation ou non", ajoute-t-il. 

Pas de commissaires permanents

La nature des réclamations entraîne souvent de nombreuses heures de débat entre les commissaires et crée de la controverse. Selon Todt, ce système est toutefois préférable à celui d'avoir des commissaires permanents. 

"C'est un débat historique", rappelle-t-il sur la question. "Franchement, il y a des plus et des moins. Je pense que nous avons fait des progrès significatifs sur la qualité et le niveau de tous les commissaires, qui sont entraînés chaque année. Ils sont aussi examinés. Nous avons donc un très bon groupe d'experts et nous avons trois ou quatre groupes, ce qui pour nous est la meilleure solution. Personnellement, quand j'avais d'autres responsabilités, je détestais avoir un expert pour toute la saison car j'avais le sentiment que s'il s'opposait à l'équipe, il serait toujours contre elle. Je crois vraiment qu'avoir ces trois ou quatre groupes de très bons éléments est la situation la moins controversée."

Todt s'est également félicité de l'attitude de Red Bull, qui a porté réclamation contre Mercedes vendredi plutôt qu'à l'issue de la course. "Je préfère une équipe qui conteste au début du championnat qu'à la fin d'une course. Je crois que cette approche de Red Bull était très bonne, très directe."

partages
commentaires
Ce que la réclamation de Red Bull nous a appris du DAS

Article précédent

Ce que la réclamation de Red Bull nous a appris du DAS

Article suivant

Qualifs - Bottas d'un rien devant Hamilton, Vettel cale en Q2

Qualifs - Bottas d'un rien devant Hamilton, Vettel cale en Q2
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021