Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
07 août
EL3 dans
06 Heures
:
10 Minutes
:
34 Secondes
04 sept.
EL1 dans
27 jours
11 sept.
Prochain événement dans
33 jours
25 sept.
EL1 dans
48 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
61 jours
23 oct.
Prochain événement dans
75 jours
31 oct.
Prochain événement dans
83 jours

La FIA met en place un panel pour éviter les controverses

partages
commentaires
La FIA met en place un panel pour éviter les controverses
Par :
4 juil. 2020 à 12:50

La FIA a changé sa façon d'évaluer les innovations controversées en Formule 1 : elle a créé un nouveau panel dans l'espoir de limiter les tentations de porter réclamation à l'avenir.

Les doutes de Red Bull Racing quant à la légalité du système DAS utilisé par Mercedes l'ont incité à porter réclamation vendredi soir en Autriche. Au final, les commissaires se sont rangés derrière le verdict du délégué technique de la FIA, qui estimait le système légal. Le fait d'avoir dû passer par une réclamation officielle plusieurs mois après la première apparition du DAS lors des essais hivernaux a rouvert le débat sur les procédures d'application de la réglementation et sur la manière d'éviter de telles controverses publiques lors des Grands Prix. 

À l'heure actuelle, avant une course les équipes peuvent seulement sonder l'avis du département technique de la FIA quant à la conformité d'un système. Une réponse définitive sur sa légalité ne peut être donnée que par les commissaires respectifs de chaque Grand Prix. 

Lire aussi :

Président de la FIA, Jean Todt a révélé que l'instance internationale venait d'introduire une nouvelle structure pour éviter des divergences d'opinion sur des sujets sensibles. Il sera désormais possible de s'appuyer sur un groupe d'experts plutôt que sur un seul individu. L'idée de ce panel a été ratifiée par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA le mois dernier. Le but est de pouvoir consulter ces experts pour obtenir leurs conseils en cas de décisions compliquées à prendre. Avec ce procédé, la FIA espère que le fait de délivrer un avis issu de plusieurs experts avant un Grand Prix dissuadera le recours à une réclamation officielle. Cela devrait renforcer la confiance des équipes envers la FIA.

"Les commissaires s'appuient sur l'interprétation de nos experts", explique Todt. "Il y a énormément de pression sur nos experts. C'est pourquoi nous avons décidé que, pour les interprétations sensibles, il y aurait un petit panel de trois experts qui devront dire s'ils sont d'accord ou non avec une interprétation. Ce n'est pas une seule personne qui peut dire oui, c'est noir ou c'est blanc. Ce sera un groupe de trois experts, qui peuvent aussi compter sur la contribution d'un expert électronique et d'un expert moteur pour avoir la réponse."

Néanmoins, Todt précise que la porte reste toujours ouverte si une équipe souhaite porter réclamation contre une autre lors d'un Grand Prix. "Je pense qu'il serait inapproprié de restreindre le fait de pouvoir porter réclamation ou non", ajoute-t-il. 

Pas de commissaires permanents

La nature des réclamations entraîne souvent de nombreuses heures de débat entre les commissaires et crée de la controverse. Selon Todt, ce système est toutefois préférable à celui d'avoir des commissaires permanents. 

"C'est un débat historique", rappelle-t-il sur la question. "Franchement, il y a des plus et des moins. Je pense que nous avons fait des progrès significatifs sur la qualité et le niveau de tous les commissaires, qui sont entraînés chaque année. Ils sont aussi examinés. Nous avons donc un très bon groupe d'experts et nous avons trois ou quatre groupes, ce qui pour nous est la meilleure solution. Personnellement, quand j'avais d'autres responsabilités, je détestais avoir un expert pour toute la saison car j'avais le sentiment que s'il s'opposait à l'équipe, il serait toujours contre elle. Je crois vraiment qu'avoir ces trois ou quatre groupes de très bons éléments est la situation la moins controversée."

Todt s'est également félicité de l'attitude de Red Bull, qui a porté réclamation contre Mercedes vendredi plutôt qu'à l'issue de la course. "Je préfère une équipe qui conteste au début du championnat qu'à la fin d'une course. Je crois que cette approche de Red Bull était très bonne, très directe."

Ce que la réclamation de Red Bull nous a appris du DAS

Article précédent

Ce que la réclamation de Red Bull nous a appris du DAS

Article suivant

Qualifs - Bottas d'un rien devant Hamilton, Vettel cale en Q2

Qualifs - Bottas d'un rien devant Hamilton, Vettel cale en Q2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble