La FIA envisage de réduire les zones DRS en 2023

La longueur des zones DRS pourrait être réduite pour la saison 2023 de Formule 1, indiquent la FIA et le championnat lui-même.

La FIA envisage de réduire les zones DRS en 2023
Charger le lecteur audio

2023 marquera la treizième saison de Formule 1 depuis l'arrivée du DRS, cet aileron arrière mobile permettant aux pilotes de réduire la traînée de leur monoplace en ligne droite et ainsi d'atteindre une vitesse de pointe plus élevée pour dépasser plus aisément.

S'il est reconnu que le DRS n'existerait pas dans une F1 idéale, le dispositif a été conservé avec la nouvelle réglementation technique de 2022, qui avait notamment pour but de faciliter le fait de suivre une autre monoplace malgré les turbulences aéro. Avec le DRS, certains dépassements sont effectués avant même la zone de freinage, et les instances dirigeantes envisagent donc de réduire la longueur des zones dans lesquelles l'outil peut être utilisé.

"En fait, à certaines courses, il est bien possible que nous devions réduire les zones DRS", déclare Nikolas Tombazis, directeur technique monoplace à la FIA. "Nous ne voulons pas que les dépassements soient, comme l'on dit, inévitables ou faciles. Il faut que ce soit une bataille. Si cela se fait trop vite, on voit juste une voiture approcher, doubler et disparaître. C'est pire que d'être derrière et de se battre, en fait. Il faut trouver le bon équilibre."

Ross Brawn, qui va bientôt quitter son rôle de manager sportif auprès de la F1, a justement récemment déclaré à Motorsport.com que les responsables du championnat n'appréciaient pas non plus l'impact que peut avoir le DRS à ce jour : "La seule chose que nous savons, c'est que les fans, et nous le savons parce que nous n'aimons pas ça, n'aiment pas le [schéma] 'attendre la ligne droite, activer le DRS, dépasser, aller vite, creuser un écart.' Je pense que dans un monde idéal, le DRS devrait uniquement être utilisé pour arriver sur les talons de quelqu'un, afin de pouvoir lancer une attaque en bonne et due forme."

"Je pense que nous ne devrions pas avoir peur de limiter le DRS sur des circuits comme Monza, parce que ça ressemble un peu à 'vous vous mettez derrière quelqu'un, vous appuyez sur un bouton, vous dépassez'. C'est un genre de rituel, n'est-ce pas ? Ce n'est pas très impressionnant. Et donc nous ne devrions pas avoir peur de réduire l'utilisation du DRS quand il s'avère clairement trop puissant."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :
partages
commentaires

Gasly ne changerait son passage chez Red Bull "pour rien au monde"

Albon doit encore revenir à 100% après l'occasion manquée de Monza