Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
3 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
17 jours

Renault : Une évo valant "0,5 s" repoussée pour raison de fiabilité

partages
commentaires
Renault : Une évo valant "0,5 s" repoussée pour raison de fiabilité
Par :
18 mai 2018 à 13:33

La prochaine évolution majeure de Renault est prévue pour le Grand Prix du Canada, septième des 21 manches du championnat ; mais le nouveau MGU-K devrait être introduit séparément.

Jack Aitken, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Sebastian Vettel, Ferrari et Remi Taffin, chef des opérations piste Renault
Bob Bell, Renault Sport F1 Team et Remi Taffin, directeur des opérations bord de piste Renault Sport F1
Remi Taffin, directeur des opérations de Renault Sport F1, lors de la conférence de presse
Jack Aitken, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Jake Dennis, Red Bull Racing RB14
Jake Dennis, Red Bull Racing RB14
Jack Aitken, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Jack Aitken, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33

La saison dernière, le kilométrage accumulé à compter du Grand Prix du Canada représentait environ 10'000 kilomètres : de quoi porter les capacités du MGU-K à la limite de ce qui fut essayé avec succès en essais, d’autant que le calendrier ne comptait que 20 épreuves.

Interrogé sur la manière dont Renault aborde la mise en piste de ses développements en cours de saison, Rémi Taffin, responsable moteur, confirme que la fiabilité est un facteur très sérieusement pris en compte.

"Cela impacte l’introduction. Si nous l’introduisons à la course 7 et qu’il ne tient pas 13 courses, alors il nous faut en utiliser un troisième et prendre une pénalité," explique-t-il pour Motorsport.com.

Cyril Abiteboul, directeur de l’équipe Renault F1, a déjà déclaré que les gains anticipés sur l’unité de puissance 2018 remettront à plat l’écart actuel de performance distançant Renault de Ferrari et Mercedes. Les moteurs actuels du losange ont une "marge" avant l’exploitation de leur performance maximale et Taffin estime que Renault dispose toujours "d’une demi-seconde" dans le package de cette année, qui pourra être libérée progressivement, une fois la sérénité acquise quant au fait que la fiabilité sera assurée pour toute la saison.

"C’est toujours un problème que de devoir repousser le fait d’avoir de la performance en piste mais ce que nous souhaitons est d’avoir de la performance fiable. L’objectif est d’être au moins au niveau du meilleur [moteur] au moment où nous nous lancerons dans l’année prochaine. Il s’agit d’essayer d’introduire la performance au cours de l’année, et d’essayer, si possible, de mettre des choses de 2019 dans le 2018."

Le récupérateur d’énergie tant attendu

Renault tente toujours de valider la fiabilité de son nouveau MGU-K et n’a pas fixé de date d’introduction du système de récupération d’énergie. Le motoriste français a produit le composant en association avec la firme italienne Magneti Marelli sur la base d’une création des bureaux d’étude de Renault Sport en fin de saison dernière. Son introduction a été retardée en raison des résultats acquis sur le banc d'essai, où la fiabilité constatée a évolué entre 8000 et 10'000 kilomètres.

"Il est clair que nous devons travailler sur le poids et qu’il s’agit d’une solution," confie Rémi Taffin. "C’est la raison pour laquelle nous ne nous précipitons pas sur cette solution. Il n’y a pas d’objectif clair sur la date. Je dirais plutôt que l’on se lancera quand ce sera prêt. Il faut être en mesure, du point de vue de la fiabilité, de faire tourner le MGU-K selon nos besoins [d’endurance]."

Le composant, testé l’an dernier, satisfait Renault dans sa mission de récupérer de l’énergie au freinage, destinée à être déployée en puissance électrique. Une pièce maîtresse dans la performance globale du package ERS, qui ne peut connaitre la moindre défaillance, quel que soit son niveau de performance.

Le poids exact du composant demeure inconnu, mais les règles techniques indiquent que la pièce ne peut atteindre un poids inférieur à 7 kg. La version actuelle utilisée par le motoriste est estimée à quelques kilos de plus que la nouvelle.

Article suivant
Alonso : McLaren a rattrapé Renault et Haas

Article précédent

Alonso : McLaren a rattrapé Renault et Haas

Article suivant

Ricciardo : La F1 devrait fournir l'hypertendre à chaque GP

Ricciardo : La F1 devrait fournir l'hypertendre à chaque GP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Scott Mitchell