Découvrez le film "Motorsport Images : An Enduring Legacy"

partages
commentaires
28 janv. 2019 à 14:06

Ce documentaire en quatre parties vous plonge dans les coulisses des clichés emblématiques qui ont fait l'histoire de la Formule 1, en compagnie de leurs auteurs et de personnalités du paddock.

Les histoires qui se cachent derrière les photos les plus emblématiques de la Formule 1 et ceux qui les ont prises sont réunies dans un nouveau film de Motorsport Studio, Motorsport Images : An Enduring Legacy.

Le film dévoile quelques-unes des perles de la collection Motorsport Images, qui rassemble 23 millions de clichés des agences LAT Images et Sutton Images, ainsi que des légendaires portfolios de Rainer Schlegelmilch et Ercole Colombo, et cinquante ans de dessins techniques réalisés par Giorgio Piola.

Première partie

Graham Hill, BRM P57, sideways

Le film débute par les premières photos en noir et blanc, mises en valeur par l'anecdote incroyable de Michael Tee, fondateur de LAT, au sujet de sa photo de Graham Hill prise lors de la saison de son titre mondial en 1962.

Tee avait remarqué que les monoplaces montraient peu les efforts consentis par les pilotes au volant. Hill avait donc délibérément fait glisser l'arrière de sa BRM pour offrir un dérapage photogénique, un tour après avoir fait un signe de la main à Tee.

Cette photo a été synonyme de tremplin pour LAT, et elle fait partie des nombreuses histoires relatant les débuts des photographes vedettes de Motorsport Network. Une séquence d'ouverture dans laquelle l'importance de la photographie en F1 est également évoquée à travers les discours de plusieurs personnalités influentes du paddock.

Deuxième partie

Helen Stewart kisses her husband Jackie Stewart

Cette partie met au défi des photographes comme Colombo, Steven Tee et Schlegelmilch, en leur demandant de choisir leurs clichés préférés de tous les temps. Le choix de Schlegelmilch se porte sur une photo de Jackie Stewart célébrant sa victoire au Grand Prix des Pays-Bas 1968 avec sa femme Helen, et la conversation entre le photographe et Stewart au sujet de cette image, expliquant notamment la main "fantôme" posée sur la visière, dépeint l'événement.

Mais le récit par Sutton de l'incroyable envol de Mika Häkkinen à Adélaïde en 1993 est le plus fort. Il permet de comprendre l'immense concurrence qui oppose les photographes pour obtenir les meilleures images, et met en avant à quel point il est facile de manquer un moment clé ainsi que la réaction a posteriori de Häkkinen, qui l'a mené à faire encadrer la photo dans son bureau.

Voir les photos les plus célèbres de la F1 expliquées par leurs protagonistes est la séquence la plus captivante de la série. On retrouve notamment une courte discussion autour des relations entre plusieurs photographes et Ayrton Senna, avec un témoignage poignant de Keith Sutton.

Troisième partie

Nina Rindt waiting for her husband Jochen to pass by. He died in an accident at Parabolica just moments after this picture was taken

Les années 1970 ont été l'une des périodes les plus glamours et excitantes de la F1, et elles ont coïncidé avec l'avènement de la photographie couleur. C'est ce qui en fait l'une des parties les plus intéressantes du documentaire. La photographie y est presque reléguée au second plan, pour plutôt évoquer la communauté très soudée de la F1 entre les pilotes, les journalistes, les photographes et tous ceux qui voyageaient sur les circuits. Il y est aussi question des nombreuses vies perdues pendant cette décennie, et de l'incidence que cela a eu sur ceux qui suivaient la F1 autour du monde.

Les témoignages de Stewart et de l'ex-patron de la F1, Bernie Ecclestone, ajoutent de la gravité à la réflexion. Schlegelmilch est quant à lui particulièrement intéressant en évoquant son ami proche, Jochen Rindt.

Quatrième partie

Joan Villeneuve, Enzo Ferrari with Gilles Villeneuve at Modena

Les 15 dernières minutes du documentaire se tournent vers l'avenir de la photographie, et sur le travail de numérisation mené par Motorsport Network pour permettre à ces morceaux d'Histoire d'être conservés. Des personnes comme Steven Tee, fils de Michael, sont bien placés pour dire à quel point l'arrivée de la photographie numérique a changé la donne ces dernières années.

L'incidence des changements technologiques ne peut pas être plus claire que dans le cas de Giorgio Piola, qui explique comment le travail d'un dessin détaillé qui lui prenait 45 jours d'efforts peut désormais être soutenu par les animations numériques de Motorsport Studio.

Rendez-vous sur Motorsport.tv pour visionner le film en intégralité et en version française.

Article suivant
Comment Sauber se compare aux écuries de pointe

Article précédent

Comment Sauber se compare aux écuries de pointe

Article suivant

C'était un 28 janvier : la disparition de Prost GP

C'était un 28 janvier : la disparition de Prost GP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1