Flashback : 1966, plus de puissance pour plus d'abandons !

La Formule 1, régulièrement appelée "catégorie reine", se devrait selon de nombreuses opinions de proposer les monoplaces les plus rapides et par association, les plus puissantes du lot

Flashback : 1966, plus de puissance pour plus d'abandons !

La Formule 1, régulièrement appelée "catégorie reine", se devrait selon de nombreuses opinions de proposer les monoplaces les plus rapides et par association, les plus puissantes du lot. Or, durant cinq saisons, la discipline ne remplissait pas cet objectif. En effet, afin de limiter le nombre d'accidents mortels,

les autorités avaient décidé de réduire la cylindrée de 2,5 litres à 1,5 litre

. Peine perdue : les décès étaient toujours aussi nombreux et l'Endurance commençait à faire de l'ombre à la F1.

On annonça donc pour 1966 l'introduction du moteur 3 litres, officiellement pour restaurer l'image de ce sport. Officieusement, il s'agissait d'un appel du pied de la CSI (Commission Sportive Internationale, l'ancien organe sportif de la FIA) aux constructeurs américains pour mettre l'accent sur le caractère mondial de la compétition. La délégation américaine avait même poussé pour que les F1 atteignent 4 litres, ce qui correspondait peu ou prou à la cylindrée de l'USAC (United States Automobile Club, l'ancêtre du CART et de l'actuelle IndyCar). La CSI préféra se limiter à 3 litres.

C'est alors que survint un problème majeur : presque aucune équipe n'était prête à faire un tel saut ! En effet, Coventry Climax, principal motoriste des top teams anglais, fut racheté par Jaguar et refusa de construire un moteur 3 litres. Beaucoup furent pris au dépourvu et eurent recours à des solutions... originales.

Ainsi, Cooper, racheté par un importateur anglais de Maserati, vit ses monoplaces propulsées par un moteur de la marque italienne... qui datait de 1957 ! Plus cocasse encore, BRM se mit en tête d'accoler deux V8 de 1,5 litres pour atteindre la cylindrée maximale, d'où la naissance du BRM H16, l'une des plus fameuses usines à gaz de l'Histoire ! Évidemment, celui-ci n'était pas prêt pour l'ouverture de la saison, pas plus que le V12 Weslake que Dan Gurney devait utiliser pour faire débuter sa propre équipe, Eagle. Lotus comme Eagle eurent recours à des Climax suralimentés à 2 litres pour limiter les dégâts, BRM faisant de même avec ses propres moteurs.

A côté, Ferrari ne pouvait que se frotter les mains. La Scuderia n'avait qu'à convertir son moteur utilisé pour l'Endurance et le tour était joué. Ferrari allait prendre de cours tous les artisans anglais comme en 1961 et faire main basse sur le titre. Le seul rival qui semblait correctement préparé était Brabham. Son fondateur demanda en effet à une firme australienne, Repco, de reconvertir un vieux moteur Oldsmobile pour ses monoplaces. S'il n'était pas le plus puissant, il était le plus homogène avec une bonne fiabilité et un poids proche du minimum réglementaire : 530 kg pour 500 minimum.

Cependant, ce que l'on pouvait craindre se produisit à Monaco : seulement 20 voitures se présentèrent en Principauté, 16 se qualifièrent et 4 furent classées le lendemain ! Fort heureusement pour BRM, la nature du circuit limitait le handicap moteur et permit à Jackie Stewart de s'imposer devant la Ferrari de Lorenzo Bandini. Par la suite, la Scuderia perdit son leader John Surtees, en conflit ouvert avec le team management, et Jack Brabham réussit le carton plein en s'imposant aux championnats pilotes et constructeurs.

Néanmoins, l'appel de la CSI a trouvé un écho à Détroit : Ford allait s'engager pour de bon en Formule 1 à partir de 1967 en proposant l'un des moteurs les plus iconiques de son sport : le Ford Cosworth V8 Double Four Valve (DFV).

partages
commentaires
Bilan saison - Button, attentes déçues mais saison solide

Article précédent

Bilan saison - Button, attentes déçues mais saison solide

Article suivant

Décembre 2013 - La grosse frayeur de Rosberg à Bahreïn

Décembre 2013 - La grosse frayeur de Rosberg à Bahreïn
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021