Force India : la F1 doit régler le fossé entre les top teams et les autres

Le delta de performances entre les trois meilleures équipes et le reste de la grille F1 inquiète Force India, qui pointe du doigt un problème économique.

Le Grand Prix d'Australie a mis en lumière la domination très claire de trois équipes, comme elle était pressentie après les essais hivernaux de Barcelone. Derrière Ferrari, Mercedes et Red Bull à Melbourne, seule la Williams de Felipe Massa a terminé dans le même tour, illustrant le fossé déjà creusé entre les top teams et le reste de la grille. Les chronos en qualifications ont démontré la même chose, puisque Romain Grosjean, le "meilleur des autres" lors de la séance, a pointé à 1"9 du temps de la pole position. 

Aux yeux de Bob Fernley, directeur adjoint de Force India – qui a placé ses deux pilotes dans le top 10 mais à un tour des leaders –, cette situation est provoquée par l'avantage conséquent dont disposent les équipes de pointe sur le plan économique.

"Je pense que ce sera de pire en pire", craint Fernley quant à l'écart de performance entre les trois top teams et le reste de la concurrence. "C'est ce qui est inquiétant, et je pense que c'est ce que Liberty voit comme une très grosse préoccupation pour le spectacle. À juste titre. J'espère que ce sera rectifié dans les mois à venir. Pour le moment, il s'agit simplement de la quantité d'argent que l'on peut dépenser. La disparité est ridicule." 

Fernley plaide toujours pour l'introduction de mesures concrètes permettant de réduire les coûts en Formule 1, mais n'attend aucune solution qui aurait une incidence à court terme au cours de la saison 2017. 

"Je ne crois pas que quelque chose puisse être fait cette saison, mais ça peut arriver progressivement", souligne-t-il. "Nous sommes là où nous sommes, mais le fait est que, s'il y a une volonté de changer les choses et qu'ils [Liberty] le font – ce dont ils ont l'envie, je pense –, cela ne peut qu'être bénéfique à la discipline. Et nous devons être respectueux de ces équipes. Si elles doivent réduire leurs dépenses, nous devons le faire d'une manière qui soit digne. Ce n'est pas de leur faute si elles se trouvent là où elles sont, c'est le processus qui est mauvais." 

BWT, l'accord majeur

Cette saison, Force India a réussi à attirer un sponsor de poids, avec l'arrivée à ses côtés de BWT. Un nouveau partenaire qui a fait virer au rose la livrée des VJM10, et qui place l'équipe dans une situation économique plus confortable, toutefois insuffisante pour combler l'écart avec les top teams. 

"Le bon point, c'est que Vijay [Mallya] est toujours derrière l'équipe, donc avec des paramètres raisonnables, nous n'avons jamais réduit le développement, nous avons toujours pu le mener, et je crois que nous avons pu le prouver l'année dernière et cette année", estime Fernley. "Je ne pense pas que ça [le sponsoring] va faire une énorme différence [dans le développement], cela nous met juste plus à l'aise." 

"J'irais loin pour dire que c'est probablement l'un des plus gros accords commerciaux scellés en Formule 1 depuis un moment. Ce qui me réjouit c'est que, d'abord l'accord est formidable, deuxièmement il se démarque en termes de couleurs, et enfin c'est un secteur industriel qui n'a jamais été vu en Formule 1 jusqu'à présent." 

Sondage mondial des fans 2017
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Force India
Type d'article Actualités
Tags bob fernley, économie