Force India juge l'approche de Haas F1 "discutable"

Le directeur adjoint de Force India, Bob Fernley, a rejoint les rangs des figures du paddock qui se questionnent sur l'approche de l'écurie Haas pour arriver en Formule 1, la qualifiant pour sa part de "discutable".

Force India juge l'approche de Haas F1 "discutable"
Claire Williams, directrice adjointe de Williams
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Robert Fernley, directeur adjoint Sahara Force India F1 Team lors de la conférence de presse de la FIA
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Robert Fernley, Vice-Team Principal Sahara Force India F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16

Haas n'a jamais caché que sa volonté était de se servir du règlement de la Formule 1 pour acheter le plus d'éléments possibles pour sa monoplace, afin de n'avoir à fabriquer ou faire fabriquer que le strict minimum.

Cette volonté a pris corps grâce à un partenariat technique approfondi avec la Scuderia Ferrari dont les éléments équipent la Haas VF-16. Si cette façon de faire n'avait pas vraiment fait l'objet de discussions entre l'annonce de cette politique par Gene Haas et l'arrivée formelle de la structure dans la discipline, des voix s'élèvent aujourd'hui pour la remettre en cause.

Et pour cause : Haas a réussi deux top 6 lors de ses deux premiers Grands Prix grâce à Romain Grosjean, devançant à la loyale des écuries plus établies telles que Williams ou Force India. Ce sont les débuts les plus réussis d'une structure totalement nouvelle depuis bien longtemps, et cela ne laisse pas indifférent.

Pour Bob Fernley, ce modèle est toutefois loin d'être parfait. "Je pense que les principes de la façon dont ils sont arrivés ici, et ce que cela a fait pour Ferrari aussi, sont évidemment discutables", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "Ils sont ici, ce qui est arrivé ne peut plus être fait, donc ils vont devoir se développer."

"Ils connaissent un bon début pour leur passage en F1, nous devons encourager cela. À un certain point, ils vont devoir développer leur propre structure, c'est là que se trouve le challenge. Je pense qu'avec Haas, là où il faudra garder un œil c'est sur la manière dont ils vont progresser tout au long de l'année et lors de la seconde saison."

"Ça sera la clé. Je suis en paix avec cela de bien des façons, c'est bien d'avoir une équipe de qualité qui arrive : un bon management, un bon propriétaire, toutes les choses sont là, et de la réussite au début, et voyons comment ça se déroule. Je pense qu'il faut attendre une année et voir comment ils fonctionnent. À cette époque l'année prochaine, avec les règles 2017, ils devront faire du développement."

Développement

Fernley croit que la structure américaine a en quelque sorte atteint son pic dès le début en disposant d'un matériel à haut niveau de compétitivité, et que le reste de la saison pourrait être moins faste, car le développement est maintenant largement entre les mains de Haas. "Ça pourrait être le cas", explique-t-il. "Mais ils ont les ressources pour pouvoir développer. C'est plutôt de savoir s'ils ont le temps parce que ce n'est pas facile à mettre en place."

"Un des problèmes avec les équipes de Formule 1 est qu'il faut beaucoup de temps pour développer l'infrastructure. Et alors qu'ils ont eu une voiture clé en main, [...] en réalité, maintenant, la voiture doit être développée en permanence."

Positif pour la F1

Si Pat Symonds, le directeur technique de Williams, s'est montré assez réservé concernant l'approche de Haas sur un plan plus philosophique que Fernley, Claire Williams, le directrice adjointe de la structure de Grove, affiche quant à elle son enthousiasme face à une approche différente de celle de son équipe.

"Je les vois comme une menace sur la piste mais je vois seulement cela comme une chose positive pour la F1", a-t-elle déclaré. "Leur modèle est différent du nôtre, mais tous les modèles sont différents. Mais c'est comme ça que vous atteignez la grille."

"Vous travaillez sur la manière d'arriver sur la grille avec les réglementations, c'est ce qu'ils ont fait et, encore une fois, c'est un excellent signal pour la discipline qu'une autre équipe soit arrivée. Le fait qu'ils soient une équipe américaine est, je pense, merveilleux pour la F1 et ils ont fait un travail fantastique à Melbourne et à Bahreïn pour leurs deux premières courses de l'année, donc aussi inquiétant que ce soit pour nous, c'est aussi super pour le sport et nous aimons ce niveau de concurrence."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires
Max Verstappen est-il prêt pour rejoindre un top team ?

Article précédent

Max Verstappen est-il prêt pour rejoindre un top team ?

Article suivant

Comment Manor est devenue une écurie ambitieuse

Comment Manor est devenue une écurie ambitieuse
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021