Force India - Le Groupe Stratégique "injuste" s'oppose à plus de CFD

Le directeur adjoint de l'écurie Force India, Bob Fernley, a de nouveau décrit le Groupe Stratégique de la F1 comme étant "inadapté" après le rejet de la proposition de l'écurie de tendre vers une plus grande utilisation de la CFD.

Devant le Groupe Stratégique, qui est l'une des instances du processus législatif de la F1, constitué à parts égales de représentants de la FIA, des détenteurs des droits commerciaux et des écuries (Mercedes, Red Bull, Ferrari, Force India, Williams et McLaren), l'écurie indienne a proposé un plan favorisant une utilisation plus importante de la CFD (dynamique des fluides computationnelle) pour les écuries qui le souhaitaient.

Avec les restrictions importantes en matière d'essais privés et de soufflerie induites par le règlement de la Formule 1, la FIA garde un œil attentif sur la façon dont les différents moyens de conception et de développement des monoplaces sont utilisés dans leur durée (heures en soufflerie) ou dans la quantité des données autorisées (téraflops en CFD).

Force India a proposé un programme parallèle pour les équipes désireuses de se tourner davantage vers la CFD à l'avenir, avec une technologie qui progresse de plus en plus, tout en délaissant quelque peu la soufflerie.

Mais ce projet a été rejeté par le Groupe Stratégique de la F1, les cinq autres écuries ayant toutes votées contre cette proposition. Fernley perçoit le résultat de ce vote comme une conséquence logique d'une gouvernance de la discipline qui est tournée vers les grosses écuries, en leur permettant de s'opposer aux propositions visant plutôt à aider les petites structures.

"Je pense que ça montre les défauts du Groupe Stratégique", explique-t-il pour Motorsport.com. "Un programme qui a été proposé pour bénéficier à la F1 dans son ensemble, et un progrès technologique en F1 afin de devenir un des principaux représentants de cette technologie, a purement été rejeté sur la base d'intérêts particuliers."

"Et ces intérêts particuliers montrent juste à quel point le concept de Groupe Stratégique est mauvais. Cela confirme juste ce que j'ai toujours dit, qu'il n'est pas adapté. Nous y sommes, mais tout ce que ça fait c'est de nous permettre de voir à quel point point il est injuste."

"C'était une proposition très détaillée et nous pensions qu'elle avait de la valeur. Le concept était de pouvoir aller vers la CFD, si on le voulait, et faire que cela était ouvert à tous. La seule raison pour laquelle les équipes ont voté contre est pour protéger l'avantage qu'elles ont aujourd'hui. C'est juste un refus d'autoriser l'évolution des choses."

Une opportunité manquée

Pour Fernley, c'est une opportunité pour la discipline qui a été manquée, et notamment celle de pouvoir permettre la survie dans des conditions plus favorables de petites écuries tout en orientant la discipline vers une technologie d'avenir.

"Nous savons que la CFD aujourd'hui ne donne pas les résultats que l'on peut obtenir en soufflerie, mais si l'on veut faire progresser la CFD jusqu'au point où elle pourra faire cela, alors il faut lâcher un petit peu plus la bride."

"Pour ces équipes, qui veulent prendre le risque de le faire, surtout celles qui n'ont pas leur propre soufflerie, c'était un chemin qu'elles pouvaient emprunter."

"Ce que nous avons essayé de faire, avec la proposition, était de donner à la F1 l'opportunité d'aller de l'avant avec la technologie de la simulation qui a) va être plus efficace au niveau des coûts et b) est plus pertinente pour l'avenir que les souffleries, qui seront à terme obsolètes. Tout ce que nous avons fait est de retarder ce processus."

"Il faut se souvenir que les équipes de constructeurs ont les ressources pour pouvoir faire évoluer leurs souffleries, elles dépensent des millions dans l'amélioration de leur efficacité, donc elles peuvent utiliser cette efficacité pour gagner encore plus de temps de CFD avec le règlement actuel. Et en faisant cela, elles ont un avantage."

Il est à noter que l'écurie fondée par Vijay Mallya ne possède pas sa propre soufflerie mais utilise celle de Toyota à Cologne, en Allemagne, pour travailler sur ses monoplaces.

Rejet de la proposition de Manor

Toutefois, le projet de Force India n'a pas été le seul qui n'a pas passé l'écueil du Groupe Stratégique puisque Manor - qui ne fait pas partie des équipes habilitées à voter en son sein - proposait pour sa part le développement de l'utilisation de souffleries à l'échelle 50% - moins chères mais moins représentatives - et non plus 60%, qui est devenue la norme.

Un projet qui avait le soutien de Force India. "Ce qu'ils disaient était que si l'on fonctionnait avec une soufflerie à [échelle] 50%, on aurait un désavantage en termes de fidélité [des données], donc on pourrait avoir [droit à] un temps d'utilisation plus important. Je pensais que c'était une proposition juste et raisonnable, et que ça aiderait les équipes comme Manor à progresser."

"Une équipe comme Manor n'a pas voix au chapitre. Ils peuvent proposer des choses au Groupe Stratégique, cinq équipes votent contre, et vraiment sans aucune raison autre que la protection des leurs propres intérêts. Nous voulons que la discipline soit concurrentielle."

"Il y a des fois où il faut permettre un petit peu de flexibilité, et je ne pense pas qu'il s'agissait d'une proposition déraisonnable."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Force India , Manor Racing
Type d'article Actualités
Tags bob fernley, cfd, groupe stratégique, robert fernley, réglement, soufflerie