Force India, le meilleur rapport performance/budget en F1

Force India a signé le meilleur résultat de son histoire au championnat des constructeurs 2015 avec la cinquième place. Comment l'écurie basée à Silverstone obtient-elle le meilleur rapport performance/budget?

Il y a huit ans, le magnat des affaires indien Vijay Mallya voulait implanter le nom de son pays sur la carte des sports mécaniques, ce qu'il a fait en rachetant l'écurie Spyker fin 2007. L'Inde pouvait ainsi se targuer d'avoir sa propre écurie dans la catégorie reine du sport automobile, Mallya ayant rebaptisé sa nouvelle acquisition du nom de Force India, tout en fixant l'objectif de développer les talents nationaux.

Après une année d'apprentissage en 2008, l'écurie a goûté au succès en 2009 avec la pole position historique de Giancarlo Fisichella au Grand Prix de Belgique, avec un podium à l'arrivée. La deuxième place obtenue par le vétéran italien demeure le meilleur résultat de l'équipe après 150 courses.

Force India a continué à progresser lors des saisons suivantes, passant de la septième à la cinquième place du championnat des constructeurs entre 2010 et 2015.

Une régularité remarquable

Bien que 2014 demeure le meilleur bilan comptable de l'équipe avec 155 points, ce n'est que cette année que Force India s'est invité dans le top 5 des constructeurs, menaçant même Red Bull en fin de saison grâce à l'arrivée d'une voiture B bien meilleure et innovante.

Huit années pour passer de dixième à cinquième, cela peut paraître long, mais tandis que des écuries comme Williams, Lotus et même McLaren ont vu leur niveau de performance varier énormément, Force India a démontré une régularité remarquable, comme le montre ce graphique.

De plus, battre des écuries comme Williams et McLaren avec un budget annuel inférieur à 120M€ relève presque de l'exploit, d'autant que Force India n'a pas le luxe de recevoir les primes réservées par la FOM aux écuries "historiques".

Fiancièrement, l'écurie n'a jamais vraiment eu la vie facile, mais cela n'a jamais fait chuter le niveau de performance, ce qui montre qu'il est plus important d'utiliser son argent de façon intelligente que d'en avoir plein les poches. En effet, l'écurie peut légitimement se considérer comme ayant le meilleur rapport performance/budget dans la F1 d'aujourd'hui. Mais comment y est-elle parvenue?

L'appui de Mercedes

Les premières bases ont été posées en 2009, lorsque Force India a quitté Ferrari pour les moteurs Mercedes, lançant un partenariat à long terme avec le constructeur allemand, ce qui a porté ses fruits au moment de l'adoption des V6 turbo hybrides en 2014.

Un autre aspect important est le choix des pilotes, toujours sensé. L'écurie a pu compter sur des pilotes propres et réguliers tout au long de son histoire, notamment Fisichella, Adrian Sutil et Paul di Resta, qui n'étaient jamais loin de tirer le meilleur de leur matériel.

Le duo actuel, composé de Sergio Pérez et Nico Hülkenberg, peut être considéré comme l'un des plus solides de la grille : ils ont offert à l'équipe deux nouveaux podiums, et Hülkenberg s'avère très régulier dans les points, sans atteindre les pics de performance de son coéquipier.

Force India a refusé de céder aux sirènes des "pilotes payants" qui auraient pu enrichir l'écurie davantage que ne le font Pérez et Hülkenberg, à raison, puisque c'est notamment grâce à leurs résultats que l'écurie a attiré plusieurs partenaires commerciaux.

Une nouvelle soufflerie

En début d'année, Force India a par ailleurs pris la décision cornélienne d'utiliser la soufflerie TMG à Cologne, anciennement utilisée par Toyota F1, estimant ne pas pouvoir tirer davantage de ses propres infrastructures. Cela a porté ses fruits immédiatement, avec une voiture B très performante arrivée à mi-saison, qui a permis à Force India de signer son meilleur résultat au championnat des constructeurs et d'être régulièrement dans le top 10.

La stabilité du management de l'équipe s'est également avérée utile : le directeur technique Andrew Green, le directeur sportif Andy Stevenson, le directeur d'équipe adjoint Robert Fernley et le directeur des opérations Otmar Szafnauer sont tous présents depuis suffisamment longtemps pour que l'écurie se développe sûrement.

Bien que Force India ait d'excellentes raisons de se satisfaire, pas le temps de se reposer sur ses lauriers en Formule 1, où la course n'est pas que sur la piste mais aussi en-dehors.

Cependant, la réglementation technique restant relativement stable pour 2016, avec un bonus financier apporté par ce top 5 au championnat ainsi que de nouveaux sponsors (et un partenariat potentiel avec Aston Martin), l'équipe pourrait commencer à menacer Williams et Red Bull pour la troisième place du championnat.

Et si elle y parvient, ce sera avec la satisfaction d'avoir dépensé largement moins d'argent qu'à Grove ou à Milton Keynes.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Giancarlo Fisichella , Paul Di Resta , Adrian Sutil , Nico Hülkenberg , Sergio Pérez
Équipes Force India
Type d'article Analyse
Tags fernley, green, mallya, stevenson, szafnauer