Force India s’inquiète de l’avenir de la F1

Bob Fernley, Team Principal adjoint de Force India, croit que la Formule 1 doit s’inquiéter de dangers qui la menacent.

Fernley vise surtout l’incertitude qui règne autour de plusieurs équipes et le risque de voir les grilles de départ fondre comme neige au soleil.

Lotus a évité le pire et attend des nouvelles de Renault concernant son rachat. Par contre, Red Bull Racing et Toro Rosso, pour le moment privés de moteurs pour la saison 2016, sont sur la corde raide.

Plusieurs autres écuries sont menacées par des difficultés économiques, et Fernley croit que l’hiver sera difficile à passer pour certaines d’entre elles si rien n’est fait.

Ce que nous redoutions tant l’an dernier recommence à poindre à nouveau”, de dire Fernley à Motorsport.com.

Nous voyons la pauvre écurie Lotus placée sous une pression financière énorme. Si tout va bien, ça pourrait être résolu. Mais cette situation est symptomatique des accords qui nous gèrent. Les écuries Lotus, Force India et Williams n’obtiennent pas les revenus nécessaires provenant de la distribution des profits commerciaux.

“À l’autre bout de l’échelle, où l’argent coule à flots, nous redoutons que Red Bull décide de quitter, car cela risque aussi d’arriver. Les choses m’inquiètent aux deux bouts de l’échelle. Selon moi, les écuries privées et indépendantes forment l’épine dorsale de la F1. Sans elle, la F1 va souffrir”.

La menace Red Bull

Si Fernley précise que les patrons d’écuries ne peuvent pas faire grand chose pour éviter qu’une écurie comme Red Bull, quitte la F1, il ajoute que des efforts doivent être investis afin de soutenir les petites équipes en proie à des soucis financiers.

Parlant des impacts qu’aurait un retrait de Red Bull de la F1, Fernley affirme : “Je crois que ça serait triste de voir Red Bull partir, car elle a fait de bonnes choses pour la F1. Par contre, la F1 est plus important que Red Bull, et elle continuera. En moins de six mois, tout le monde aura oublié que Red Bull a couru en F1. C’est normal. Ça serait la même chose si Force India quittait la F1. Les gens diraient ‘Force quoi’?

Fernley poursuit : “Vous devez l’accepter, C’est ça, la F1. C’est un monde dur et impitoyable. Par contre, nous ne devons pas perdre des écuries qui sont exclues. Si une écurie décide de quitter la F1 pour ses propres raisons, que ce soit suite à une décision de son conseil d’administration ou une décision d’un individu, comme c’est le cas avec Red Bull qui ne peut plus courir selon ses standards, alors nous ne pouvons rien faire. Toutefois, nous pouvons influencer le modèle d’affaires existant, celui qui gère le fonctionnement des écuries indépendantes”.

Le milieu de peloton

Fernley suggère que la F1 devrait s’unir afin d’aider les écuries indépendantes, celles qui resteront en F1 - beau temps, mauvais temps, au lieu de plier pour faire plaisir aux manufacturiers.

Si vous voulez être compétitif en F1 et non pas juste participer, eh bien, cela a un prix. Vous pouvez être une écurie comme Manor, qui participe, ou vous pouvez être une équipe comme Lotus, Force India, Toro Rosso ou Williams, qui est compétitive. Le milieu de peloton possède une valeur”, de dire Fernley.

Les revenus provenant des sponsors ne peuvent compenser ces différences entre les écuries, et c’est le fait que tout l’argent disponible aille à un seul bout de l’échelle qui cause autant de problèmes. Alors si cet argent [des revenus commerciaux] était distribué de façon plus équitable, et que nous nous débarrassions de ce modèle de gouvernance ridicule basé sur le Groupe stratégique, nous pourrions alors peut-être revoir un peu plus de stabilité”.

Force India et Sauber ont logé des plaintes à l’union Européenne à propos de la distribution des revenus commerciaux de la F1 qui pourraient violer la loi de la compétition.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Force India
Type d'article Actualités