Comment Force India assurait sa survie face au manque d'argent

Directeur technique de Racing Point, Andrew Green est revenu sur les énormes difficultés financières subies par l'écurie lorsqu'elle s'appelait encore Force India, avant le rachat par un consortium mené par le milliardaire Lawrence Stroll à l'été 2018.

Comment Force India assurait sa survie face au manque d'argent

L'équipe Force India a longtemps eu le plus petit budget du plateau, et si elle est parvenue à faire des merveilles – notamment la quatrième place du championnat des constructeurs en 2016 et en 2017 – cela n'a pas été une mince affaire. Le besoin de faire des économies était omniprésent, comme se le rappelle Andrew Green, directeur technique de la future structure d'usine Aston Martin, dans le podcast Beyond The Grid.

Lire aussi :

"Il n'était pas vraiment logique que nous soyons sur la grille", indique Green quant au printemps 2018, quelques mois avant que l'écurie ne soit placée sous administration. "Nous étions à l'agonie. Nous peinions à payer… À un moment, nous n'avions pas de quoi mettre du papier dans les imprimantes. Nous avons adopté une philosophie à l'époque : 'Il faut dépenser notre argent avec sagesse'. Et le dépenser avec sagesse, cela signifie le dépenser pour la voiture et faire la course. Et si nous pouvons nous en tirer sans mettre du papier dans la photocopieuse ou sans tondre la pelouse devant l'usine – on aurait dit une prairie ! – alors qu'il en soit ainsi. Nous nous disions que nous n'étions pas là pour l'esthétique mais que nous étions là pour faire la course."

"Tout le monde était d'accord, tout le monde était conscient que nous souffrions à cause du manque d'argent. Nous savions que nous ne gâchions pas le moindre centime. Nous faisions des réunions pour réévaluer comment nous allions dépenser le peu d'argent dont nous disposions, et c'était ça tous les jours. C'était vraiment beaucoup de travail. Ce n'est pas ce que je m'attendais à faire en tant que directeur technique, à ce stade de ma carrière. On s'imagine être davantage focalisé sur la voiture, tirer le meilleur de la voiture et la mener dans la bonne direction d'un point de vue technique. Oui, on fait tout ça. Mais les contraintes financières étaient juste monumentales. Cela prenait le dessus sur notre journée de travail."

Andrew Green, directeur technique, Force India

Andrew Green sous les couleurs de Force India en 2017

La crise était telle que l'équipe devait réfréner les ardeurs de ses pilotes Sergio Pérez et Esteban Ocon, qui avaient d'ailleurs une certaine tendance à s'accrocher en course. Pourtant, leurs patrons se montraient très clairs sur la nécessité de garder la monoplace intacte. "À chaque fois !" affirme Green. "À chaque fois qu'ils montaient dans la voiture et que ce n'était pas les qualifications. Puis en qualifications, nous leur disions : 'C'est pour ça qu'on est là, vas-y !'. Mais lors de chaque autre séance, dès le premier jour des essais hivernaux, on leur rabâchait : 'Cette voiture, c'est la seule que tu aies. Si tu la casses, tu ne fais pas la course'."

"C'était dur pour eux. Dur. Car ils ont besoin d'explorer les limites de la voiture avant d'aborder les qualifications. Et nous les freinions, en ce sens. Mais ils s'y sont habitués. Et ils savaient ce qui était attendu d'eux. Nous savions qu'il y avait toujours un gain de temps entre les essais libres et les qualifications. Nous avions toujours ça dans la poche. C'était bien. Mais c'était aussi vraiment difficile à gérer. Car quand on commence à piloter la voiture de manière plus agressive… ça change. Les caractéristiques de la voiture changent, les pneus changent complètement. Il nous fallait donc prévoir ça, et nous avons appris à anticiper ce qu'allait faire la voiture le samedi après-midi. Cela faisait partie de l'équation."

Racing Point est désormais dans une situation bien plus favorable grâce au budget insufflé par ses nouveaux propriétaires, avec davantage de ressources financières comme humaines.

partages
commentaires
Renault : Mercedes continuera-t-il d'aider Racing Point en 2022 ?

Article précédent

Renault : Mercedes continuera-t-il d'aider Racing Point en 2022 ?

Article suivant

C'était un 21 juin : Gilles Villeneuve résiste jusqu'au bout

C'était un 21 juin : Gilles Villeneuve résiste jusqu'au bout
Charger les commentaires
Pourquoi un retour des moteurs hurlants n'est pas si impensable Prime

Pourquoi un retour des moteurs hurlants n'est pas si impensable

Il n'y a pas que la lutte entre Verstappen et Hamilton qui oppose les patrons de Red Bull et de Mercedes : la nature des moteurs 2025 de Formule 1 fait également l'objet de désaccords. Mais les espoirs d'avoir des unités de puissance bruyantes, sources d'émotions fortes tout en étant respectueuses de l'environnement ne sont pas forcément opposés.

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021

Après le Grand Prix de Hongrie, onzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
2 août 2021
Pourquoi Mercedes semble dans le match sur un "circuit Red Bull" Prime

Pourquoi Mercedes semble dans le match sur un "circuit Red Bull"

Mercedes a terminé les essais du vendredi au Hungaroring avec un net écart sur Red Bull grâce au rythme de Valtteri Bottas qui a dominé les EL2. Mais il y a d'autres raisons pour lesquelles l'équipe des Flèches d'Ébène est satisfaite de ses progrès jusqu'à présent sur un circuit que de nombreux observateurs considèrent comme favorable à Red Bull.

Formule 1
31 juil. 2021
Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull Prime

Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull

Le rejet par la FIA de la demande de Red Bull de réexaminer l'accident du Grand Prix de Grande-Bretagne entre Lewis Hamilton et Max Verstappen a peu surpris dans le monde de la Formule 1.

Formule 1
30 juil. 2021
À quel point les F1 de 2022 seront-elles différentes du modèle présenté ? Prime

À quel point les F1 de 2022 seront-elles différentes du modèle présenté ?

La F1 de 2022 présentée ces derniers jours ne se retrouvera pas à l'identique sur la grille la saison prochaine. Les équipes ont la liberté de mettre leur patte dans plusieurs zones clés, et elles ne vont pas s'en priver.

Formule 1
28 juil. 2021
Les signes de la très bonne santé de la F1 Prime

Les signes de la très bonne santé de la F1

Le calendrier de la Formule 1 est peut-être encore perturbé par la pandémie qui affecte les voyages, mais, selon Mark Gallagher, le business lui-même est fondamentalement fort grâce à la rivalité épique sur la piste et à l'arrivée constante de nouveaux sponsors.

Formule 1
27 juil. 2021
L'avantage inattendu de la course sprint Prime

L'avantage inattendu de la course sprint

Le test des courses sprint en Formule 1 à Silverstone a suscité des réactions mitigées samedi, mais il restait à savoir quel serait son impact sur le Grand Prix de dimanche. Alors que les fans s'émerveillaient du départ de Fernando Alonso, une leçon clé permettait d’anticiper l’accident survenu à Copse le lendemain.

Formule 1
25 juil. 2021
Les conséquences cachées du crash de Verstappen Prime

Les conséquences cachées du crash de Verstappen

Les limitations budgétaires mises en place en 2021 n'ont de cesse d'amener les équipes de pointe à devoir faire de nouveaux compromis pour limiter les dépenses. Ceux-ci sont particulièrement ressentis en situations d'accidents causant d'importants dégâts.

Formule 1
24 juil. 2021