FR3.5 - L'indépendant Nico Müller veut voir plus grand

ToileF1 a récemment rencontré Nico Müller, pilote de premier plan en Formule Renault 3

ToileF1 a récemment rencontré Nico Müller, pilote de premier plan en Formule Renault 3.5. Depuis plusieurs années, Müller est aux avant-postes de toutes les disciplines dans lesquelles il court : après avoir écrasé le championnat 2009 de Formule Renault 2.0 suisse (neuf victoires et trois 2e places en douze courses), il passe les deux saisons suivantes en GP3, se classant troisième, puis quatrième du championnat.

2012 voit le jeune Suisse logiquement accéder à l'échelon supérieur : la Formule Renault 3.5. Il se classe neuvième du championnat pour sa première saison, accumulant les places d'honneur, et s'est affirmé en 2013 : l'actuel cinquième du classement général a remporté deux victoires notables à Monaco et sous la pluie au Hungaroring.

Quelle est son opinion sur ses performances actuelles ? Pourquoi n'est-il toujours pas lié à une écurie de F1 ? Quelles perspectives d'avenir s'offrent à lui ? C'est ce que nous avons essayé de savoir dans cette entrevue.

Cette saison, vous vous battez aux avant-postes malgré un plateau très compétitif. Quel est votre point de vue sur vos performances ?

On a eu quelques bas qui n’étaient pas nécessaires, cette saison, c’est surtout ça qu’il faut améliorer dans ces deux dernières courses de la saison, mais on a aussi eu de très bons weekends comme Monaco, Budapest, où on a marqué beaucoup de points. On a eu nos highlights de la saison, et là, il faut essayer de marquer beaucoup de points pour lutter pour la troisième place du championnat à Barcelone.

Qu’avez-vous préféré : gagner à Monaco, ou gagner au Hungaroring avec 26 secondes d’avance ?

Ce n’est pas une question : c’est vraiment Monaco qui est super spécial, il n’y a pas de discussion là-dessus. À Budapest, c’était impressionnant de gagner avec un avantage comme ça, mais Monaco, ça compte quand même un petit peu plus.

Vous êtes le seul pilote de Formule Renault 3.5 de haut de tableau à ne pas être lié à une équipe de Formule 1 [avec Nigel Melker]. Avez-vous déjà eu des contacts, et si oui, avec qui, et pourquoi cela n’a-t-il pas marché ?

On a eu des contacts, mais à ce moment-là, ça n’a rien donné, parce que si on fait quelque chose, il faut que ça ait vraiment un gros avantage pour moi, sinon je préfère être indépendant et prendre mes propres décisions. On va voir ce qui se passe dans le futur, et on essaie de finir cette année de la meilleure des façons. Cela va tout faciliter.

Vous avez fait des essais pour Audi, en DTM. Est-ce une piste sérieuse ?

Je ne sais pas, honnêtement. À ce moment-là, je suis content de pouvoir faire ce test-là, mais à la fin, on ne sait jamais ce qui va se passer dans le futur. J’ai bien aimé la voiture, j’ai bien aimé l’équipe, et ça peut être une option pour le futur, je crois. On va voir. C’est toujours un bon contact ; avoir un contact avec Audi, ça aide. On ne sait jamais ce qui se passe dans le futur.

Et pour l’an prochain, quel est votre objectif ?

En ce moment, on est en train de discuter pour le GP2, pour les World Series aussi. On va aussi voir ce qui est possible pour le budget, c’est toujours un peu ça la fin qui va décider du chemin. J’aimerais bien faire un petit pas en avant. Si on refait les World Series, le but, ce sera de gagner ; si on va en GP2, on essaiera de faire du mieux possible pour la première année. On va voir ; je crois qu’en ce moment, on doit se concentrer sur cette saison, et après, en octobre, quand on aura fini Barcelone, on va voir.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nigel Melker , Nico Müller
Type d'article Actualités