François Cevert : "Il aurait réussi dans n'importe quoi"

François Cevert faisait l'unanimité auprès des gens qui l'ont fréquenté

François Cevert faisait l'unanimité auprès des gens qui l'ont fréquenté. On l'a vu, Jackie Stewart n'a jamais été le dernier pour vanter ses mérites. Cependant au départ, une certaine méfiance régnait, y compris chez Ken Tyrrell. Cependant, l'ancien marchand de bois admit sans détours que Cevert a su le convaincre.

"Bien sûr j'ai vu tout de suite qu'il avait beaucoup de talent. Mais je me demandais s'il accepterait de se plier à la discipline d'un vrai professionnel. Au début j'ai cru qu'il voulait seulement courir pour le plaisir, et alors ça n'aurait pas suffit. Et en fait, je me suis trompé".

Son employeur en Endurance tint le même discours. Cevert courait pour Matra, et Jean-Luc Lagardère eut tout le loisir de constater qu'il détenait une perle rare.

"C'était un garçon très sûr de lui, qui pouvait très rapidement donner à une voiture sur un circuit sa véritable limite. De tous les pilotes que j'ai vus, deux seuls m'ont véritablement frappé : Stewart et François" disait-il à l'époque.

"Lui tout autant que Stewart avait ce don, cette fantastique qualité de donner l'impression d'agir très paisiblement, très facilement, tout en étant déjà à la limite. Ses dons lui servaient mais en plus il était d'une conscience extraordinaire et c'est ce mélange du don absolu et de l'effort acharné comme s'il n'avait pas ce don qui plaisait beaucoup".

François Guiter n'allait pas certainement pas les contredire. C'est en grande partie grâce à cet homme, responsable de la célèbre "Filière Elf" que les pilotes français ont envahi les grilles des années 70 et 80. Lui non plus n'a pas oublié son poulain et est lui aussi convaincu qu'il allait remporter le titre mondial à son tour.

"C'était un ami très cher" disait-il en 2008 pour F1 Racing lors des 35 ans de sa mort. "Il avait un charme fou [...]. Étant fils de grand bijoutier, il aurait pu faire tout à fait autre chose. Mais il avait vraiment la passion de la course. Il m'avait dit un jour « Une fois Champion du Monde, je me retirerai et j'irai vendre des vins français en Amérique ». Je ne sais pas s'il l'aurait fait. Mais il aurait certainement été Champion du Monde en 74 après la retraite de Stewart".

"Il aurait réussi dans n'importe quoi. Ce fut la course automobile"

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jackie Stewart , François Cévert
Type d'article Actualités