Frijns déplore l'importance des pilotes payants

Robin Frijns n’a sans doute pas choisi la bonne équipe pour accepter un volant en F1

Robin Frijns n’a sans doute pas choisi la bonne équipe pour accepter un volant en F1. Pilote de réserve Caterham, où le Directeur d’Equipe, Cyril Abiteboul, assume totalement le fait que les pilotes doivent apporter leur pierre à l’édifice d’un point de vue financier (Kobayashi pilote gratuitement en 2014 et Ericsson apporte un budget), Frijns regrette l’importance de l’argent dans la montée des jeunes talents en F1.

Frijns dispose d’un palmarès impressionnant dans les séries inférieures, affichant sur son CV le titre 2012 de Formule Renault3.5, la couronne 2011 de Formule Renault Eurocup et le titre 2010 Formule BMW, le tout à l’âge de 22 ans. Une situation qui l’autorise à penser que preuve est faite de sa valeur intrinsèque. Mais voilà, le Néerlandais n’apporte pas de liquidités pour un volant de titulaire en F1 et n’a pu faire valoir son poste de pilote de réserve Sauber en 2013. Cette saison, Frijns, déjà connu pour être un borné, a par ailleurs décidé de ne pas s’octroyer de programme en GP2, la grille étant largement dominée par des pilotes payants.

Le monde n’est pas juste ; tout a rapport à l’argent”, se plaint le Hollandais dans El Confidencial. “Ça a toujours été une question d’argent, mais pas autant. La crise a commencé il y a quatre ans et les équipes souffrent vraiment. Et avec le changement pour le V6 cette année, cela coûte encore plus”.

Il faut donc se satisfaire de peu.

J’ai changé de manager et ai eu cette opportunité avec Caterham. Je suis plus impliqué dans le team que je ne l’étais [avec Sauber] ; j’ai plus de temps en piste, ce qui est assez rare de nos jours. Je sens qu’ils croient en moi, et c’est très important”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Robin Frijns
Équipes Sauber
Type d'article Actualités