Frustré, Norris tance la manœuvre "stupide" de Pérez

Le podium est une performance remarquable pour Lando Norris, et pourtant, le pilote McLaren n'est pas complètement satisfait.

Frustré, Norris tance la manœuvre "stupide" de Pérez

Si l'on avait proposé le podium à Lando Norris avant ce Grand Prix d'Autriche, il aurait sûrement signé. Auteur d'une performance incroyable en qualifications, où la pole position ne lui a échappé que d'un souffle, Norris s'élançait de la première ligne pour la première fois de sa carrière et s'y est maintenu au départ, mais Sergio Pérez lui a fait l'extérieur au virage 4. Le Britannique ne l'entendait pas de cette oreille et a tassé son rival dans les graviers à la sortie de la courbe, ce qui lui a valu cinq secondes de pénalité.

Lire aussi :

Par la suite, Norris n'a pas opposé de résistance excessive à Lewis Hamilton et s'est fait doubler par Valtteri Bottas lorsqu'il a purgé sa pénalité dans les stands, mais il a maintenu un excellent rythme par la suite et a pu reprendre l'avantage sur un Hamilton dont la Mercedes était légèrement endommagée au niveau du fond plat, franchissant la ligne d'arrivée à deux secondes du dauphin finlandais – d'où ce mélange de frustration et de satisfaction.

"C'était passionnant, mais je suis déçu car nous aurions dû être deuxièmes", déclare Norris. "Je trouvais vraiment qu'au premier tour, c'était la course. [Pérez] a essayé de faire l'extérieur, ce qui est un peu stupide, et il est sorti de la piste tout seul, je ne l'ai même pas poussé. Je suis frustré, mais aussi content de la troisième place, nous avions un très bon rythme."

Contre toute attente, Christian Horner (directeur de Red Bull Racing) est d'accord avec l'analyse du pilote McLaren, bien que son pilote en ait souffert. "Pour moi, c'est de la course dure", assure Horner. "Je ne m'attendais pas à voir une pénalité pour Lando. Une fois qu'ils ont infligé cette pénalité, ils n'avaient pas d'autre choix que de mettre la même pour la manœuvre de Sergio sur Charles [Leclerc]."

Et sans surprise, le son de cloche est similaire pour Andreas Seidl, directeur de McLaren Racing : "Je ne comprends pas cette pénalité. C'est le début de la course, c'est normal que ça se batte de manière serrée. Lando était sur la trajectoire. Pour reprendre les mots de Michael Masi, un pilote de karting sait que s'il va à l'extérieur il va se retrouver dans les graviers. Je ne comprends pas, il n'a rien fait de stupide."

Norris avait-il une réelle chance de jouer la deuxième place face à Bottas par la suite ? "Je pense que nous avions un bon rythme, je tenais facilement le sien, même dans l'air sale, mais ce n'était pas suffisant pour entrer dans le DRS : dès que je me rapprochais à près d'une seconde, j'avais trop de difficultés", répond l'intéressé.

"C'est agréable de savoir que nous pouvons être à ce niveau et nous pouvons nous battre avec eux, c'est probablement la première course depuis de nombreuses années où nous nous sommes réellement battus avec une Mercedes et la Red Bull. Espérons pouvoir continuer comme ça la prochaine fois", conclut l'Anglais, qui s'est rapproché de la troisième place du classement général avec 101 points contre 104 pour Pérez et 92 pour Bottas.

partages
commentaires
Lando Norris élu "Pilote du Jour" du GP d'Autriche 2021
Article précédent

Lando Norris élu "Pilote du Jour" du GP d'Autriche 2021

Article suivant

Championnat - Verstappen s'envole face à Hamilton

Championnat - Verstappen s'envole face à Hamilton
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021