Un gamer néerlandais devient pilote de simulateur McLaren

McLaren a un nouveau pilote de simulateur : Rudy van Buren, qui vient de remporter la compétition World's Fastest Gamer organisée par l'écurie britannique.

Un gamer néerlandais devient pilote de simulateur McLaren
Charger le lecteur audio

Plus de 30'000 personnes ont participé à World's Fastest Gamer lors de son lancement au mois de mai, mais des phases qualificatives ont permis de déterminer l'identité de 12 finalistes, qui ont été invités au McLaren Technology Centre de Woking pour être départagés sur le simulateur de l'équipe.

Devant faire leurs preuves sur des circuits comme Indianapolis, Suzuka et Interlagos, participant même à une édition virtuelle des 24 Heures du Mans, les candidats ont été éliminés les uns après les autres, jusqu'à ce que Rudy Van Buren triomphe de son compatriote Freek Schothorst en finale dans un "test de vitesse, de compétences d'ingénierie et de capacité à régler, peaufiner et développer une F1".

"Chaque garçon qui commence le karting rêve de la F1, et à un certain moment, ce rêve se volatilise", déclare van Buren, qui a été Champion de karting des Pays-Bas en 2003. "Maintenant, en remportant World's Fastest Gamer, je peux revivre ce rêve. C'est la plus incroyable des expériences et les mots ne peuvent pas décrire ce que je ressens."

Directeur de l'eSport chez McLaren, Ben Payne se félicite du succès d'une compétition suivie par "plus de 10 millions de personnes".

"Nous avons démontré la véritable valeur de l'eSport en F1. Cette compétition a motivé tout le monde chez McLaren à travailler encore plus dur l'an prochain pour assurer que cette compétition devienne plus grande et meilleure. Nous travaillons déjà pour consolider et améliorer la position de World's Fastest Gamer comme compétition de courses virtuelles prééminente dans le monde", conclut Payne.

partages
commentaires
Bratches : La critique du nouveau logo, "une bonne chose pour la F1"
Article précédent

Bratches : La critique du nouveau logo, "une bonne chose pour la F1"

Article suivant

Horner : L'arrivée d'Alfa Romeo montre que Ferrari ne veut pas partir

Horner : L'arrivée d'Alfa Romeo montre que Ferrari ne veut pas partir