Gasly : "La 2e meilleure position de départ pour Toro Rosso"

Pierre Gasly était radieux, samedi après-midi, après les qualifications du Grand Prix du Brésil. Celles-ci lui permettront de prendre le départ depuis la sixième position de la grille, dimanche après-midi.

Gasly : "La 2e meilleure position de départ pour Toro Rosso"

Pierre, vous êtes "le meilleur des autres" avec un sixième temps en qualifications vous faisant passer cinquième sur la grille à la faveur de la pénalité de Charles Leclerc. Heureux ?

Ouais, super heureux ! Super heureux ! Je veux dire, pour une équipe de milieu de plateau comme la nôtre, c'est notre pole position. C'est donc super de faire ce tour et d'obtenir ma meilleure qualification de la saison avec Toro Rosso et sur une piste où nous savions que ce serait vraiment, vraiment avec très peu de marge. Ça fait du bien.

Vous attendiez-vous à être classé si haut ?

Non, nous savions que nous étions plutôt compétitifs, mais nous savions qu'à tout moment nous pouvions être sortis en Q1, comme ce fut le cas pour Daniil [Kvyat], ou peut-être aller jusqu'en Q3, mais il n'y avait qu'environ trois dixièmes entre le septième et le 15e. Et puis nous savons que d'habitude, le samedi, d'autres personnes trouvent un peu plus de performance en qualifications faisant un peu monter le moteur. On ne s'y attendait pas, c'est probablement pour ça que c'est encore meilleur !

Et puis, oui, à cause de la pénalité de Charles, on part de la P6. C'est la deuxième meilleure position de départ pour Toro Rosso. C'est incroyable de faire ce tour, mais c'est [dimanche] que nous marquons les points et à la fin, c'est ce qui compte le plus. Nous sommes en bonne position pour la course, mais il est maintenant important de finir le travail.

Lire aussi :

L'équipe se bat pour la sixième place du championnat, est-ce que ça signifie que vous devez faire encore plus attention ?

Nous devons prendre chaque course de la même façon, avec la même approche. Vous savez, on ne veut jamais avoir d'accident ni donner sa position facilement. C'est donc toujours un équilibre délicat, c'est sûr. On verra ! Il y a beaucoup de pression au sein de l'équipe pour revenir à la sixième place, avec l'argent impliqué pour l'année prochaine. C'est génial d'être dans cette position, mais maintenant nous devons marquer des points.

Avez-vous eu du mal à battre les McLaren jusqu'ici ce week-end ?

Battre les McLaren n'est jamais facile. Nous avons essayé d'aborder les choses comme d'habitude ; nous avons un peu changé la voiture par rapport à [vendredi]. Parce que même si nous étions assez rapides [vendredi], j'avais l'impression qu'il y avait plus de performance à venir. Je suis vraiment satisfait du travail que l'équipe a fait parce que [samedi] la voiture était vraiment comme j'en avais besoin. Donc je pense, pour revenir à votre question, qu'il est toujours difficile de battre les McLaren.

Lire aussi :

Comment gérer à l'aveugle la stratégie sur les longs runs par rapport au niveau de vos rivaux, sur un plateau si resserré ?  

Vous devez vous fier aux informations que vous avez sur les autres. La température de la piste, essentiellement, et toutes les informations que vous pouvez prendre. Mais peut-être aussi être un peu plus concentré et ouvert d'esprit, pour réagir sur le moment. Ça ne va pas être facile pour eux. Pareil pour nous. Je pense que c'est proche, entre un et deux arrêts. Alors oui, on verra ça en course. Dans ces conditions, je pense que nous partons dans la meilleure position possible pour le milieu de plateau. Nous devons donc en tirer le meilleur parti.

Est-ce votre meilleure journée depuis 2018 ? Avez-vous atteint votre meilleure forme de l'année ?

C'est toujours difficile de répondre à cela. Mais j'ai dit à l'équipe que je suis vraiment heureux et vraiment satisfait du travail que nous faisons. Je crois que c'est notre quatrième Q3 de suite, ce que je n'ai pas fait l'année dernière et que l'équipe n'a pas non plus fait cette année. Je suis donc très heureux de cette constance et du fait que chaque week-end, ils m'offrent une voiture toujours compétitive et tout ce dont j'ai besoin. Je pense que la compréhension avec les ingénieurs et moi-même est vraiment bonne. J'en suis ravi. Mais en fin de compte, ce sont les qualifications. C'est le plaisir du pilote, vous savez, d'être le plus rapide possible sur un tour. Mais nous devons nous assurer d'être aussi compétitifs en course.

Lire aussi :

Pourquoi vous en sortez-vous beaucoup mieux dans la deuxième moitié de la saison ?

Eh bien, il y a beaucoup de choses mises ensemble, mais je pense que c'est clairement dû à la façon dont nous travaillons. Je pense que nous avons réussi à tout extraire de la voiture, ce qui n'était pas le cas au début de l'année.

La voiture n'était donc pas à votre goût chez Red Bull ?

En fin de compte, ce n'était pas le plus gros problème ou le plus grand facteur limitant de la performance. Mais il est clair qu'au début de l'année, nous n'exploitions pas le potentiel de la voiture, ce que nous faisons maintenant et vous pouvez le voir avec les résultats : c'est très clair.

Propos recueillis par Oleg Karpov et Edd Straw  

partages
commentaires
Sainz promet une course "d'attaque maximale"
Article précédent

Sainz promet une course "d'attaque maximale"

Article suivant

Mercedes souffre plus que prévu de l'altitude

Mercedes souffre plus que prévu de l'altitude
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021