Gasly : "Je me voyais déjà dans les airs..."

Deux semaines après la mésentente qui a causé leur accrochage en course à Shanghai, Pierre Gasly et Brendon Hartley ont connu une nouvelle péripétie en piste : cette fois-ci en qualifications, et cette fois-ci avec une issue miraculeuse.

Gasly : "Je me voyais déjà dans les airs..."
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13 et Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13
Plat sur un pneu de Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13 sort large
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13 signe des autographes pour les fans
Charger le lecteur audio

Lancé dans un tour rapide, qui aurait d'ailleurs pu lui permettre d'éviter l'élimination en Q1, Pierre Gasly est arrivé à pleine vitesse sur son coéquipier, au ralenti suite à une crevaison. Situé au milieu de la trajectoire, Brendon Hartley a littéralement surpris le Français, qui par un réflexe aussi salvateur qu'inespéré a réussi à l'éviter pour tirer tout droit dans l'échappatoire.

Sans aucun doute, le différentiel de vitesse entre les deux Toro Rosso aurait conduit à un drame en cas de contact, et Gasly ne cachait pas s'être fait la frayeur de sa vie.

"Ça faisait assez peur… j'étais derrière Brendon, j'étais sept dixièmes plus rapide que mon tour le plus rapide, et je ne sais pas ce qui est arrivé à Brendon et je suis arrivé à 320 km/h et il était quasiment arrêté", décrit le Normand. "Je me voyais déjà dans les airs et je ne sais pas comment je l'ai évité, mais c'était un moment assez effrayant. S'il a une crevaison, ça ne l'aide pas, je suis sûr qu'il ne l'a pas fait exprès, mais il était sur la trajectoire, et je ne savais pas s'il allait aller à gauche ou à droite."

Hartley conscient de sa faute

Dès sa descente de voiture, Hartley avait conscience du drame évité de peu et de son entière part de responsabilité. Le Néo-Zélandais a d'ailleurs immédiatement présenté des excuses à son voisin de garage. 

"J'ai tapé le mur, au début je pensais que je n'avais pas de souci, mais dans les gauches rapides je me suis rendu compte que j'avais un problème, j'ai essayé de comprendre", raconte-t-il. "Quand j'ai vu Pierre dans mes rétroviseurs j'ai essayé de m'écarter, je dois aller le voir et m'excuser d'avoir quasiment causé un énorme accident. Ce n'était pas une bonne journée. C'est arrivé très vite, j'aurais dû être plus alerte pour sortir de la trajectoire, c'est ma faute."

Si la place est avant tout au soulagement, après cette catastrophe évitée de peu, Toro Rosso doit se reconcentrer vers une course qui s'annonce difficile, puisque les deux STR13 figureront sur les deux dernières lignes dimanche.

"La course est super à Bakou, on sait que tout peut arriver avec la voiture de sécurité, avec les accidents, tout est possible, on doit rester concentré", se rassure Gasly. "On a plus de rythme que là où on en est après les qualifications."

partages
commentaires
McLaren toujours loin de la Q3...
Article précédent

McLaren toujours loin de la Q3...

Article suivant

Les duels en qualifications après l'Azerbaïdjan

Les duels en qualifications après l'Azerbaïdjan
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021