Déçu, Gasly ne "comprend pas" la stratégie de Toro Rosso

partages
commentaires
Déçu, Gasly ne
Par : Basile Davoine
7 oct. 2018 à 16:15

Après avoir longtemps évolué dans le top 10 du Grand Prix du Japon, Pierre Gasly a finalement échoué à la porte des points.

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, devance Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11, Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, Charles Leclerc, Sauber C37, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, et Fernando Alonso, McLaren MCL33, au départ
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso, sur la grille
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, devance Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11, et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Le casque de Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, rentre au stand
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, sur la grille
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, devance Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, and Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Brendon Hartley, Toro Rosso, et Pierre Gasly, Toro Rosso, se félicitent
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, rentre au garage
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13

Avec deux monoplaces présentes en Q3, Toro Rosso avait atteint le premier objectif fixé depuis l'introduction de l'évolution Honda. Malheureusement, devant les fans du motoriste nippon, la course a livré un tout autre verdict. Longtemps dans les points, Pierre Gasly a tout fait pour accrocher la dixième place, avant de céder dans les derniers tours face à la Renault de Carlos Sainz.

Pour le Français, la déception est palpable au micro de Canal+ : "J’ai pris un bon départ, j’arrive à doubler Brendon [Hartley], il y a Vettel qui passe après dans le premier secteur, mais dans l’ensemble c’était bien, on a réussi à rester proche de Romain [Grosjean]."

Gasly a bien maîtrisé son début de course malgré une unité de puissance qui, comme pour les qualifications, n'étaient pas aussi bien optimisée que celle de son coéquipier. "On n’a pas pu vraiment changer les réglages moteur comparé à hier, la FIA n’a pas voulu", explique-t-il. "C’était un peu plus compliqué en termes de puissance aujourd’hui."

Lire aussi :

Mais le regret se situe avant tout du côté de la stratégie pour Pierre Gasly, qui était le dernier en piste avec les gommes supertendres quand ses rivaux directs avaient déjà effectué un passage par les stands. Un scénario qu'il peine à comprendre, et qui lui a coûté un temps précieux.

"Je ne sais pas pourquoi nous avons fait durer le premier relais à ce point, quatre ou cinq voitures nous ont fait l'undercut. C'était assez difficile par la suite", déplore le futur pilote Red Bull. "Le premier relais était bien. Après, la stratégie, je pense qu’il faut qu’on regarde mais j’ai les deux Force India derrière moi et après mon arrêt au stand je suis derrière les Williams. La stratégie n’était pas vraiment bien. On a eu du cloquage rapidement. Je suis un peu déçu."

Interrogé sur la dixième place perdue face à Sainz dans les dernières boucles, Gasly ne prend même pas le temps de s'y attarder. "Je ne veux pas en parler", lâche-t-il avant de relancer son interrogation au sujet de la stratégie de son équipe : "Nous avons fait la moitié de la course à la septième place, et après l'arrêt au stand, nous étions 12e ou 13e. J'ai tenté de survivre aux 20 derniers tours, mais c'était assez difficile."

Hartley sans motricité

Pour Toro Rosso et Honda, la donne n'a pas été facilitée par le départ compliqué de Brendon Hartley, qui s'élançait pourtant depuis le sixième rang sur la grille de départ. Une position dont le Néo-Zélandais n'a pas profité bien longtemps. 

"De mon côté, au départ, j'avais vraiment peu de motricité hors de la trajectoire, et énormément de patinage", explique Hartley. "J'ai donc beaucoup fait surchauffer mes pneus pendant les cinq ou six premiers tours. Je souffrais vraiment avec la motricité. J'ai perdu trois ou quatre places avant le deuxième virage."

"Je n'ai pas l'impression que ma procédure de départ était mauvaise, il faut que je regarde ce qui s'est passé avec les ingénieurs. Mais ensuite les pneus ont énormément surchauffé à l'arrière. C'est tellement sensible que ça a vraiment affecté tout mon premier relais. Ils sont revenus ensuite et, à la fin du relais, les chronos commençaient à être un peu plus compétitifs. J'aurais pu rester en piste un peu plus longtemps, mais..."

"Lorsque nous nous sommes arrêtés, j'étais derrière les deux Williams. Il m'a fallu quelques tours pour doubler Lance Stroll. J'ai fait un bon dépassement sur Sirotkin, puis je me suis retrouvé coincé derrière Marcus Ericsson. J'avais beaucoup plus de rythme, mais avec les problèmes de motricité que j'avais, je ne pouvais pas doubler et j'ai commencé à souffrir de cloques sur le pneu. Je crois que l'autre voiture a eu le même problème."

"Nous avons été plutôt bons avec les pneus tout au long de l'année, et sur ce Grand Prix c'était l'inverse. Il faut que l'on comprenne ce qui s'est exactement passé aujourd'hui, mais nous sommes clairement déçus de ne pas avoir une seule voiture dans les points après des qualifications aussi prometteuses hier."

Prochain article Formule 1
Magnussen : "C'est Leclerc qui me percute, pas l'inverse"

Article précédent

Magnussen : "C'est Leclerc qui me percute, pas l'inverse"

Article suivant

Whiting : Verstappen mérite "clairement" sa pénalité

Whiting : Verstappen mérite "clairement" sa pénalité
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Lieu Suzuka
Pilotes Pierre Gasly
Équipes Toro Rosso Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Réactions