Gasly trouve les moteurs Honda et Renault "assez similaires"

Pierre Gasly et Brendon Hartley dressent un bilan positif au sujet de l'unité de puissance Honda, à l'aube du premier Grand Prix de la saison, en Australie.

Les pilotes Toro Rosso sont idéalement placés pour comparer leur groupe propulseur actuel à celui de Renault, puisqu'ils ont piloté la STR12 motorisée par le Losange lors des dernières courses de la saison passée.

On sait déjà, grâce aux essais hivernaux, que Honda a fait un pas en avant par rapport à 2017, aussi bien en matière de performance que de fiabilité – ce pour le plus grand plaisir de la petite Scuderia, qui entame sa collaboration avec le motoriste nippon, et de ses pilotes.

Interrogé sur les différences entre les moteurs Renault et Honda, Pierre Gasly répond : "Je dois dire que j'ai été agréablement surpris par la souplesse à Barcelone, nous n'avons eu aucun problème à ce sujet. C'était très constant sur les quatre jours que j'ai faits dans la voiture."

"Par rapport à Renault, je dirais qu'il n'y a pas de grande différence. Au final, c'est assez similaire, c'est très constant à faible vitesse. Il reste des choses que nous pouvons mieux faire dans certaines conditions de piste, mais dans l'ensemble, je pense que c'était vraiment similaire."

L'enjeu pour Honda sera de maintenir un rythme de développement effréné, au fil d'une saison où les évolutions seront théoriquement rares, avec la nécessité d'effectuer sept Grands Prix par unité de puissance en moyenne. Gasly est toutefois conscient que malgré les progrès du groupe propulseur japonais, cet objectif pourrait être difficile à atteindre.

"Nous nous efforçons d'avoir autant d'évolutions que possible, mais bien sûr, nous savons que nous n'avons que trois moteurs, donc il faut voir exactement quel est le meilleur moment pour apporter ces évolutions", poursuit le Français. "Car ça va être très dur, ne serait-ce que faire toute la saison avec ces trois moteurs. Il est encore tôt, mais ils ont déjà prévu des évolutions, nous ne savons simplement pas à quelles courses nous allons en disposer."

Gasly fait en tout cas preuve d'un optimisme certain quant à une collaboration qui ne fait que commencer entre Toro Rosso et Honda : leur accord porte sur trois ans.

"Bien sûr, Honda ne peut pas rattraper tout son retard en trois ou quatre mois, mais ils ont un très grand projet quant à la collaboration à moyen terme et à long terme, et ils sont en train de faire ce qu'il faut, ils travaillent très dur", ajoute le Champion GP2 2016. 

Hartley encouragé

Du côté de Brendon Hartley, le son de cloche est le même. Bien que le double Champion du monde d'Endurance soit prompt à minimiser sa légitimité pour s'exprimer sur un tel sujet, il est encouragé par ce qu'il a constaté en Catalogne.

"Du point de vue du pilote, nous avons une pédale d'accélérateur et énormément de puissance sur le train arrière", analyse Hartley. "Ce qui se passe derrière ça est très compliqué – tous les différents systèmes et règles concernant le MGU-K et le MGU-H."

"Mais de mon expérience à Barcelone, la puissance était libérée de façon très efficace, sans accroc. C'était même mieux que ce que j'ai connu l'an passé. Il se passe beaucoup de choses compliquées, mais pour le pilote, c'est assez invisible, donc c'est dur pour moi de donner une comparaison. Mais franchement, la performance était très encourageante lors des essais, tout comme la fiabilité."

Propos recueillis par Adam Cooper et Andrew van de Burgt

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Brendon Hartley , Pierre Gasly
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités