Gasly demande la "puissance maximale" à Toro Rosso

Alors que la sixième place du championnat des constructeurs est en jeu, Pierre Gasly a demandé à Toro Rosso de le laisser utiliser son moteur Renault à sa pleine puissance, malgré des inquiétudes légitimes au niveau de la fiabilité.

Gasly demande la "puissance maximale" à Toro Rosso
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso à la photo d'équipe
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Charger le lecteur audio

Les STR12 ont été frappées par de nombreuses défaillances au niveau de l'unité de puissance récemment, et on sait le Losange sur la corde raide au niveau du kilométrage et de la fiabilité en cette fin de saison. D'où une certaine angoisse au sein de la structure de Faenza.

Cependant, les performances ne sont pas au rendez-vous. À Abu Dhabi, Pierre Gasly ne s'est qualifié que 17e, son coéquipier Brendon Hartley 20e et bon dernier. Devant ce manque de compétitivité, le Français préfère utiliser le plein potentiel de son moteur, quitte à risquer l'abandon, plutôt que d'effectuer une course anonyme en queue de peloton.

"Le problème pour moi, c'est que j'ai un vieux MGU-H, qui a presque cassé au Brésil", explique Gasly. "Il faut savoir quels risques nous voulons prendre pour la course, parce que nous savons qu'il y a la possibilité d'abandonner si nous attaquons trop. Personnellement, je leur ai dit que je voulais y aller à fond les ballons, parce que pour moi, ça ne sert à rien de jouer la sécurité et de me battre pour la 17e place, au final ça ne change rien."

"Je leur ai dit et répété que je voulais la puissance maximale, je préfère me battre pour des places plus élevées et que la voiture lâche à la fin plutôt que d'être en mode safe et d'être impuissant en ligne droite, que je sois coincé derrière quelqu'un ou dépassé [par quelqu'un]. Pour moi, ça ne sert à rien. Autant prendre des risques et voir comment ça se passera."

La sixième place en jeu

L'enjeu est important, puisque Toro Rosso ne compte que quatre points d'avance sur Renault et six sur Haas à la sixième place du classement général. Chuter à la huitième position représenterait une perte de 5,50M€ en primes de fin de saison.

"Je vois Franz [Tost, directeur d'équipe] vraiment stressé, autant que nous, parce qu'au final, si nous voulons être compétitifs l'an prochain, c'est vraiment important de garder cette sixième place, car elle aura un impact sur le développement", souligne Gasly, qui continuera de faire équipe avec Hartley chez Toro Rosso pour sa première saison complète en Formule 1.

Or, la menace Renault est bien réelle, puisque Nico Hülkenberg occupe sur la grille de départ d'Abu Dhabi une septième place qui permettrait au Losange de surpasser Toro Rosso sur le fil au championnat. Mais en course, l'Allemand aura sur ses talons un Sergio Pérez et un Esteban Ocon affamés...

"Espérons que la Force India sera suffisamment rapide. Je pense qu'actuellement, la seule chose que nous puissions faire, c'est prier demain matin pour que Hülkenberg finisse huitième", sourit Gasly.

"Non, objectivement, nous tenterons tout, mais quand on regarde le déficit de rythme, d'abord nous devrions dépasser toutes les voitures qui sont bien plus rapides que nous en ligne droite, ce qui n'est pas facile, puis il y a un gros écart. Regardez Stoffel, 13e, il était presque neuf dixièmes plus rapide que nous. Nous pouvons nous battre pour la 13e ou la 14e place, mais après, il y a un gros écart."

 
partages
commentaires
Trois moteurs par an, "une vraie folie" pour Horner
Article précédent

Trois moteurs par an, "une vraie folie" pour Horner

Article suivant

Le changement de nom de Force India compromis

Le changement de nom de Force India compromis
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021