Gérer la chaleur de Sepang, par Riccardo Ceccarelli

La Malaisie est un endroit exigeant lorsqu’il s’agit de piloter en F1

La Malaisie est un endroit exigeant lorsqu’il s’agit de piloter en F1. Le climat est chaud et humide, avec de réels risques d’orage en fin de journée pour arranger les choses. Ces caractéristiques font du Grand Prix de Malaisie l’un des "plus difficiles de la saison" selon les pilotes, qui doivent supporter des températures proches de 40°C et perdent environ trois kilos en course. Pour les mécaniciens, harnachés et en combinaison, le Grand Prix n’est pas plus aisé.

"Le plus gros problème que peuvent rencontrer les pilotes en Malaisie, c’est le coup de chaud,"explique Riccardo Ceccarelli, le médecin de l’équipe, "Nous ne sommes pas trop inquiets en ce qui concerne la déshydratation parce que lorsque vous transpirez dans de telles conditions, la sueur ne s’évapore pas et elle reste sur votre peau. C’est la raison pour laquelle nous nous sentons toujours un peu humides à Sepang. Cela dit, parce que la sueur ne s’évapore pas, elle fait grimper la température du corps et peut aboutir à un coup de chaud. Cela peut causer une baisse significative du niveau de concentration."

Afin d’éviter ce problème, la plupart des équipes ont développé leurs propres solutions destinées à garder leurs pilotes "au frais". De la glace sèche est un remède bien connu : elle est mise dans le casque, les chaussures, les gants, avant que le pilote les enfile. C’est une solution à court terme mais chaque degré gagné compte ! Une bonne aération du casque est importante, également, car garder la tête froide, littéralement, est une priorité. Lorsque le timing le permet, Riccardo recommande également de prendre une douche froide juste avant le départ, lorsque la voiture est sur la grille.

Les pilotes doivent aussi suivre scrupuleusement les indications du docteur afin de s’acclimater le plus vite possible. "Il est important de s’entraîner dès l’arrivée en Malaisie afin de s’habituer au nouvel environnement," poursuit Riccardo. "Il faut également modifier le régime alimentaire : manger léger, des fruits et des légumes, parce qu’un repas lourd sera très exigeant pour la digestion, et fera monter la température du corps."

Les pilotes devront également s’hydrater en permanence pendant le week-end. Le mélange de Robert inclut des sels minéraux, du potassium, du magnesium. La gourde embarquée dans la voiture joue également un grand rôle. Vitaly, pour sa part, préfère un mélange sucré au goût de thé au citron, car cela reste facile à boire même s’il chauffe dans le cockpit.
L’équipe elle aussi devra se surveiller. En fait, 4000 bouteilles d’eau seront utilisées en quatre jours en Malaisie. C’est deux fois ce que consomme l’équipe en Europe. De plus, l’équipe utilisera 1000 bouteilles de boisson isotonique et 1000 boîtes de soda.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités