Gérer les pneus, un défi qu'aime relever Rosberg

Cette année encore plus qu'en 2011, la gestion des pneumatiques lors d'un week-end de course est la principale inconnue pour les stratèges de chaque équipe

Cette année encore plus qu'en 2011, la gestion des pneumatiques lors d'un week-end de course est la principale inconnue pour les stratèges de chaque équipe.

On a pu constater depuis le début de la saison que les performances d'une monoplace pouvait changer du tout au tout en l'espace de seulement deux ou trois tours. Vous pouvez être le plus rapide à un tour donné et vous retrouver à l'agonie quelques boucles plus tard.

Cette caractéristique des gommes Pirelli version 2012 donne ainsi un côté à la fois excitant et imprévisible aux courses. Certains n'aiment pas trop, comme Michael Schumacher, mais d'autres semblent apprécier, à l'instar de Nico Rosberg : "C'est tout simplement un jeu très différent," estime-t-il.

"Nous avons déjà vu cette année que lorsque vous passez d'une condition à une autre, d'un circuit à un autre, d'une température à une autre, etc... des voitures différentes sont meilleures vis-à-vis des pneus, donc il y a un très gros défi d'ingénierie pour comprendre pourquoi, s'adapter et essayer d'être celui qui comprend le mieux les pneus."

"Cela peut vraiment être la clé de la saison, donc nous travaillons dur pour essayer de comprendre [la gestion des pneus] plus vite que les autres," poursuit le pilote Mercedes.

"Personnellement, je pense que c'est super pour la saison. Nous avons eu quatre vainqueurs en quatre courses. Ça ne pourrait pas être mieux pour la Formule 1. Aussi durant les courses, avec la dégradation des pneus et tous les dépassements, nous avons vécu beaucoup de courses excitantes."

Une monoplace qui fait bien travailler les pneumatiques qu'elle chausse est une voiture dont l'aérodynamique a été bien étudiée. Les équipes doivent donc sans cesse tenter d'améliorer leur package en apportant continuellement des nouveautés.

Et Rosberg est conscient que, malgré une domination sans conteste lors du Grand Prix de Chine, Mercedes ne dispose pas d'une marge suffisante et doit progresser dans plusieurs domaines.

"Hé bien, nous ne sommes pas encore les meilleurs, donc nous devons bien entendu nous améliorer dans certains domaines. Je pense que nous avons beaucoup progressé récemment ; nous étions loin sur la première course en Australie et même dans des conditions plus difficiles à Bahreïn, nous étions là ou pas très loin, battant par exemple McLaren et Ferrari."

"Nous semblons donc être meilleurs et avancer dans la bonne direction. Nous avions la voiture la plus rapide en Chine durant tout le week-end donc nous allons très vite de l'avant," conclut l'Allemand.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Nico Rosberg
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités