Formule 1
28 mars
Événement terminé
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
EL1 dans
5 jours
C
GP du Portugal
02 mai
Course dans
21 jours
09 mai
Prochain événement dans
25 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
64 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
81 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
113 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
141 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
148 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
168 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
172 jours
10 oct.
Course dans
182 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
197 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
204 jours
07 nov.
Course dans
211 jours

Quand la gestion des pneus était "étrangère" à Hamilton

La première saison de l'ère Pirelli avait probablement été la plus difficile de la carrière de Lewis Hamilton, en raison d'une gestion des pneus ardue.

Quand la gestion des pneus était "étrangère" à Hamilton

En quatorze saisons de Formule 1, Lewis Hamilton n'a été battu par son coéquipier que deux fois. Il y a eu la fameuse année 2016, où le titre mondial lui a échappé pour cinq petits points face à Nico Rosberg, mais aussi la campagne 2011, la première de l'ère des pneus Pirelli à dégradation rapide. Le pilote McLaren n'y est monté que six fois sur le podium – à peine mieux qu'en 2009 ou qu'en 2013 – tandis que son coéquipier Jenson Button se classait dans le top 3 à douze reprises et accrochait même le titre honorifique de vice-Champion derrière l'intouchable Sebastian Vettel.

Lire aussi :

"En 2011, Pirelli est arrivé, et cela a changé le pilotage nécessaire en course", analyse Mark Temple, ingénieur chez McLaren depuis 2003, dans le podcast F1 Nation. "L'idée selon laquelle il fallait rouler lentement pour aller vite était étrangère à Lewis. C'était une année difficile pour lui en dehors – il se passait beaucoup de choses dans sa vie – mais ce point particulier lui a vraiment donné du fil à retordre plus que tout à ce moment-là. D'autant que son coéquipier était Jenson [Button], le maître en la matière quand il s'agit d'aller vite en roulant lentement. Cela l'a un peu déstabilisé."

En effet, c'était globalement une période compliquée pour Hamilton, qui avait connu des hauts et des bas dans sa relation avec sa compagne Nicole Scherzinger, avait critiqué les nombreuses pénalités que lui infligeaient les commissaires et, après le Grand Prix de Belgique, avait tweeté la télémétrie de son coéquipier pour se plaindre d'une différence entre ses réglages et ceux de Button… sans se rendre compte qu'il s'agissait en réalité des données du pilote d'essais Oliver Turvey.

Lewis Hamilton, McLaren MP4-26 fait un blocage de roue

La gestion des pneus Pirelli était toutefois son plus gros problème, même si un moment "Eurêka !" a eu lieu au Grand Prix d'Espagne 2012, où il a largement signé la pole position avant d'être rétrogradé à la 24e et dernière place de la grille en raison d'une quantité de carburant insuffisante dans son réservoir. Cela ne l'a pas empêché de remonter au huitième rang, devant Button, grâce à une stratégie à deux arrêts qu'il est le seul pilote du plateau à avoir fait fonctionner.

"C'est à Barcelone qu'il a connu cet eurêka", poursuit Temple. "En 2011, il résistait au besoin d'aller plus doucement pour gérer les pneus d'une manière particulière, mais en 2012 à Barcelone, [après] cette fantastique pole position, nous avons été rétrogradés en fond de grille à cause d'une erreur dans la quantité de carburant en qualifications."

"Le seul moyen de doubler à Barcelone – on ne peut pas dépasser – est de faire mieux que tout le monde quant à la gestion des pneus, et cela a été une sorte de déclic. Il s'est concentré là-dessus, a renversé la situation, et à partir de cette course, pendant le reste de cette année-là et de sa carrière, il a vraiment compris l'importance de cet aspect."

Temple a été particulièrement impressionné par cette remontée de Hamilton dans des conditions difficiles. "D'une certaine manière, c'est typique de Lewis : il est à son meilleur niveau quand il est mis en difficulté. S'il connaît un mauvais vendredi, son coéquipier peut s'inquiéter pour samedi. S'il connaît un mauvais samedi, son coéquipier peut s'inquiéter pour dimanche. Il y a un peu de stress, de frustration, il se plaint à la radio – nous avons tous entendu Lewis à la radio – mais il évacue tout ça, il s'y met, et à l'étape suivante, il débarque et il domine", conclut-il.

Lewis Hamilton, McLaren MP4-26 fait un blocage de roue

partages
commentaires

Voir aussi :

Button : Les propriétaires de Williams n'ont "pas peur du changement"

Article précédent

Button : Les propriétaires de Williams n'ont "pas peur du changement"

Article suivant

La F1 est "en discussion avec d'autres constructeurs"

La F1 est "en discussion avec d'autres constructeurs"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes McLaren
Auteur Benjamin Vinel
L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1 Prime

L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1

Daniel Ricciardo a été parmi les pilotes les plus virulents ces derniers mois pour dénoncer l'exploitation, selon lui à outrance, des images des accidents par la Formule 1. Une vision des choses compréhensible bien qu'excessive et vaine.

Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen Prime

Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen

Juste avant de jouer la victoire au Grand Prix de Bahreïn avec une Red Bull finalement dominatrice, Max Verstappen a accordé une longue interview à Motorsport.com. Ses progrès depuis ses débuts, ses espoirs pour la saison à venir, la fin du règne de Hamilton... il s'est confié sur ces sujets en détail.

Formule 1
8 avr. 2021
Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres Prime

Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres

Les débuts en Formule 1 de Nikita Mazepin, à Bahreïn, n'ont duré que quelques mètres, mais une saison complète l'attend grâce à ses soutiens financiers. En 1993, Marco Apicella n'a, lui, été pilote de Grand Prix que pendant 800 mètres. Voici son histoire.

Formule 1
7 avr. 2021
Leclerc : "Être en colère et impatient n'est pas constructif" Prime

Leclerc : "Être en colère et impatient n'est pas constructif"

Alors que vient de débuter la saison 2021 de F1, Charles Leclerc s'est longuement confié à Motorsport.com. Un entretien exclusif dans lequel il aborde l'arrivée de Carlos Sainz, sa vision de la F1, la crise sanitaire et, bien sûr, ses objectifs avec Ferrari.

Formule 1
6 avr. 2021
Un jour, Porsche a gagné en F1... connaissez-vous la 804 ? Prime

Un jour, Porsche a gagné en F1... connaissez-vous la 804 ?

Au-delà des férus de F1 et d'histoire du sport automobile, quels sont ceux capables de citer l'unique victoire de Porsche dans la discipline en tant que constructeur ? Nombreux sont peut-être aussi ceux qui ignoraient l'existence d'un engagement d'usine du constructeur allemand...

Formule 1
5 avr. 2021
Le timing cauchemardesque qui pourrait entraver Mercedes Prime

Le timing cauchemardesque qui pourrait entraver Mercedes

Même s'ils n'avaient pas la voiture la plus rapide, Mercedes et Lewis Hamilton ont remporté le Grand Prix de Bahreïn de Formule 1. Toutefois, un développement poussé de la W12 afin de surpasser la Red Bull RB16B ne pouvait pas tomber au plus mauvais moment.

Formule 1
4 avr. 2021
Les pilotes de Formule 1 partis à l'assaut de la NASCAR Prime

Les pilotes de Formule 1 partis à l'assaut de la NASCAR

Si Daniel Ricciardo a la possibilité d'essayer une NASCAR très prochainement, l'Australien ne sera pas le premier pilote de Formule 1 à dompter une stock-car et son moteur V8 survitaminé. Avant lui, une dizaine de stars de la F1 ont goûté au sport mécanique le plus populaire des États-Unis.

Formule 1
2 avr. 2021
Pourquoi la "famille" passe toujours en premier chez Williams Prime

Pourquoi la "famille" passe toujours en premier chez Williams

La nomination de François-Xavier Demaison en tant que nouveau directeur technique de l'écurie Williams est la dernière manifestation de la mission du nouveau PDG Jost Capito de préserver le caractère "familial" de l'écurie. Il faudra du temps avant que cela ne prenne effet, mais il est convaincu que c'est la bonne approche.

Formule 1
1 avr. 2021