L'accident de Spa aurait pu coûter cher à Giovinazzi

Après son accident à Spa-Francorchamps, Antonio Giovinazzi s'est retrouvé sous la menace directe de perdre son baquet en Formule 1. Sa réaction une semaine plus tard a inversé la tendance.

L'accident de Spa aurait pu coûter cher à Giovinazzi

Conservé par Alfa Romeo pour la saison 2020, Antonio Giovinazzi a sauvé son baquet au terme de sa première saison complète en Formule 1. Pourtant, la menace planait sur l'avenir de l'Italien, et le couperet n'était pas loin de tomber après son accident survenu lors du Grand Prix de Belgique. Alors huitième et en passe de marquer des points, il avait perdu le contrôle de sa monoplace à deux tours de l'arrivée. Mais dès la semaine suivante à Monza, il avait pris la neuvième place et rassuré sur ses capacités. Un rebond salvateur, si l'on en croit Frédéric Vasseur.

"C'était un gros choc pour tout le monde dans l'équipe [l'accident à Spa] car c'était une bonne opportunité", se souvient le directeur de l'écurie auprès de Motorsport.com. "Antonio était revenu de nulle part, et dans l'un des derniers tours il a eu cet accident. Nous avons eu une discussion difficile avec Antonio, car ce genre de choses peut décider d'une carrière. Nous réfléchissions à l'avenir. Nous avons dû nous réunir la semaine suivante et discuter de la situation, et il a eu une très bonne réaction."

Lire aussi :

Le rendez-vous du Grand Prix d'Italie a ainsi pris des allures de test ultime, dans un contexte alors compliqué pour Giovinazzi. "Il y avait beaucoup de pression, des tonnes d'invités, c'était la course à domicile d'Alfa Romeo, il était en conférence de presse donc il allait avoir énormément de questions au sujet de Spa", souligne Vasseur. "C'était le moment de réagir. Je crois qu'il a fait du très bon boulot, la pression était là. À Monza et Singapour, il a bien fait les choses, c'était bien de voir Antonio mener la course. C'était une très bonne réaction."

Après une première partie de saison compliquée, le pilote italien a su redresser la barre pour notamment afficher une plus grande régularité en course, tout en se mettant au niveau de son coéquipier Kimi Räikkönen en matière de rythme. "Dans mon esprit, la manière de réagir d'Antonio à Monza était très importante", insiste Vasseur. "C'était le vrai coup de pouce. Le problème pour Antonio est que nous étions en perte de performance lorsqu'il était au top. On peut être devant son coéquipier, mais [ça se voit moins] si c'est pour la 14e ou 15e place. Si c'est pour la sixième ou la septième, tout le monde parle de vous."

Le mouvementé Grand Prix du Brésil a ensuite permis de traduire cette progression en résultat concret, avec la cinquième place décrochée par Giovinazzi derrière Räikkönen. "Une chose est de se montrer dans l'équipe, l'autre est de marquer des points car dans le paddock, tout le monde est focalisé uniquement sur les résultats", rappelle Vasseur. "C'est difficile de faire une véritable analyse si l'on n'est pas impliqué au quotidien. Quelque part, ça retire un poids des épaules."

Propos recueillis par Scott Mitchell  

partages
commentaires
Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1

Article précédent

Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1

Article suivant

Steiner a cru le duo Grosjean-Magnussen devenu "ingérable"

Steiner a cru le duo Grosjean-Magnussen devenu "ingérable"
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021