Le GP d'Abu Dhabi, "presque un championnat en soi" pour Renault

Septième du championnat constructeurs avant la dernière manche de la saison, le constructeur français peut aspirer à gagner une position précieuse, mais peut aussi redouter d'en perdre une.

Le GP d'Abu Dhabi, "presque un championnat en soi" pour Renault
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17 au stand
Fernando Alonso, McLaren MCL32, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17, Felipe Massa, Williams FW40, lors du tour de formation
Bob Bell, Renault Sport F1 Team et Remi Taffin, directeur des opérations bord de piste Renault Sport F1
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Casque de Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, avec des brins de laine
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team

Bien que la cinquième place qui constituait l'objectif de début de saison soit hors d'atteinte, Renault va aborder le dernier Grand Prix de la saison avec encore une belle carte à jouer. Avec quatre points de retard sur Toro Rosso, l'écurie française peut encore espérer ravir la sixième place du championnat constructeurs à la structure de Faenza.

Pour y parvenir, le Losange a tout de même tout intérêt à placer ses deux pilotes, Nico Hülkenberg et Carlos Sainz, dans les points, tandis que Toro Rosso traverse une période difficile sur le plan de la fiabilité avec son bloc… Renault, et compose avec un line-up fraîchement renouvelé.

L'enjeu est de taille, d'autant que tout en pensant à cette sixième place, le constructeur français doit également regarder derrière, Haas ne pointant qu'à deux points. Au soir du Grand Prix d'Abu Dhabi, le classement final revêtira l'importance que l'on sait pour l'attribution des primes.

"Cette course est presque un championnat en soi", prévient le directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul. "Nous sommes plongés dans une intense bataille où tout reste à faire face à Toro Rosso et Haas. N’importe laquelle de ces équipes pourrait terminer entre la sixième et la huitième place, d’où notre extrême implication durant notre préparation. Nous devrons avoir une approche offensive, puisqu’il nous faut cinq points de plus que Toro Rosso pour obtenir la sixième position, tout en restant prudent, car nous n’en avons que deux d’avance sur Haas."

"Nous pouvons être optimistes quant à nos chances. Abu Dhabi marquera la quatrième collaboration de Nico et de Carlos. Nous avons déjà eu deux doubles entrées en Q3. Ils travaillent bien ensemble et ils se poussent mutuellement dans la bonne direction. Cela nous permet de cibler précisément où progresser et accélérer l’introduction d’éléments contribuant à notre performance. Quel que soit le résultat du week-end, nous avons d’ores et déjà conquis la confiance d’un bon duo de pilotes pour la saison prochaine."

Calculer la prise de risque

Après avoir inscrit un petit point avec Nico Hülkenberg à Interlagos, Renault sait qu'il lui faut être plus performant sur le tracé de Yas Marina pour espérer accrocher cette fameuse sixième place. Mais la prise de risque ne devra pas non plus se faire au trop grand détriment d'une fiabilité trop fragile cette année…

"Nous étudierons le rapport risque-bénéfice afin de maximiser nos chances de ravir la sixième place du championnat à Toro Rosso. Nous nous battrons pour chaque point", assure Bob Bell, directeur de la technologie à Enstone.

"La performance de la R.S.17 et notre capacité à l’exploiter ont grandement progressé. Nous avons pêché dans la concrétisation comptable le dimanche après-midi. Le niveau de la monoplace ne fait pas de doute et nous avons connu tout au long de la saison une nette tendance à la hausse. Nous avons beaucoup avancé dans notre compréhension de ce qui doit être fait pour améliorer la voiture. Cela se poursuivra en 2018."

partages
commentaires
Souvenir - Stefan Bellof, la flèche brisée
Article précédent

Souvenir - Stefan Bellof, la flèche brisée

Article suivant

La FIA a remboursé les frais d'inscription 2017 de Manor

La FIA a remboursé les frais d'inscription 2017 de Manor
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021