GP de Chine : ce qu'ont dit les pilotes

Retrouvez les déclarations de tous les pilotes après le Grand Prix de Chine remporté à Shanghai par Daniel Ricciardo.

Vainqueur : Daniel Ricciardo (Red Bull Racing)

Vainqueur : Daniel Ricciardo (Red Bull Racing)
1/20

"Je ne sais pas, on dirait que je ne gagne jamais des courses ennuyeuses ! C'est toujours fun. C'était inattendu. Il y a 24 heures, je m'attendais à partir en fond de grille. Merci aux gars, ils sont justement récompensés de leur travail. Les mécaniciens de Red Bull Racing ont travaillé d'arrache-pied."

"C'était trépidant, j'ai vu le panneau SC au virage 14 et ils m'ont appelé au stand. C'était décisif. L'équipe a pris cette décision décisive."

"L'équipe a fait un double arrêt sous Safety Car, cela nous a donné de l'adhérence au restart. Nous ne pensions pas que ça allait durer si longtemps, mais c'était fun. Une fois conscients que nous avions le rythme, c'était fou, vraiment très fun. Je ne sais pas quoi dire d'autre. En EL3, je pensais partir du fond de grille. L'équipe est récompensée d'avoir réussi à participer aux qualifications."

"J'imagine que le plan était d'essayer de tenir. Gagner, c'est sympa, mais nous ne savons pas vraiment... Notre rythme était très bon aujourd'hui, mais ça va s'équilibrer en Europe. Les trois équipes ont eu leurs moments. C'est une bonne journée."

2e : Valtteri Bottas (Mercedes)

2e : Valtteri Bottas (Mercedes)
2/20

"La course se passait très bien pour nous, nous étions compétitifs, mais les autres se sont arrêtés sous Safety Car et nous nous sommes retrouvés en difficulté. C'est décevant, nous avons tout donné. Tout avait l'air d'être sous contrôle, je n'ai pas eu de dégradation majeure à la fin. Nous aurions pu réussir, mais ça arrive."

"Il faut se contenter de la deuxième place. Ce n'était pas notre objectif après ce début de course. Nous avons fait du très bon travail avec l'undercut, le timing de l'arrêt au stand était parfait. Nous avons finalement perdu la victoire. Nous sommes quand même la première voiture qui n'ait fait qu'un arrêt. Je suis quand même déçu, car la victoire m'a échappé."

3e : Kimi Räikkönen (Ferrari)

3e : Kimi Räikkönen (Ferrari)
3/20

"Je pense que nous avons pris un bon départ mais nous nous sommes un peu fait bloquer et doubler dans les premiers virages. J'ai eu un peu de mal à suivre les autres. Ce n'était pas si mal, mais c'était loin d'être idéal."

"Nous sommes restés en piste très longtemps, donc nous avons eu un peu de chance avec la voiture de sécurité. J'avais le rythme avec les mediums, mais à la fin il nous aurait fallu les pneus tendres pour passer."

4e : Lewis Hamilton (Mercedes)

4e : Lewis Hamilton (Mercedes)
4/20

"J'étais dans un no man's land aujourd'hui, je n'avais pas le rythme. J'ai essayé de sauver les meubles. J'avais des pneus plus usés, ça ne s'est pas arrangé."

"À l'évidence, nous avons une dure bataille qui nous attend, surtout de mon côté. Je dirais de mon côté, mais aussi pour nous en tant qu'équipe. Nous manquons de performance. Hier et aujourd'hui, c'était un désastre de mon côté. Je dois rectifier ça et retrouver mon niveau de performance normal. Sinon, d'autres points importants vont être perdus."

"Heureusement qu'il y a eu des incidents aujourd'hui, ils nous ont maintenus dans la bataille."

5e : Max Verstappen (Red Bull Racing)

5e : Max Verstappen (Red Bull Racing)
5/20

"Je le [Vettel] voyais en difficulté avec les pneus, il a essayé de freiner tard et a un peu bloqué l'arrière. Mais c'est ma faute. C'est facile à dire après, mais j'aurais dû attendre. Ça arrive. Je pense que nous avons tous été dans cette position, dans cette situation. Cela ne se passe pas comme j'aimerais que ça se passe, mais je n'ai pas besoin de me calmer. Il faut que je revienne plus fort à la prochaine course."

6e : Nico Hülkenberg (Renault)

6e : Nico Hülkenberg (Renault)
6/20

"Au départ, tout le monde semblait avoir peu d’adhérence tant les voitures glissaient partout ! Dès le départ, nous étions sur une stratégie à deux arrêts. Il fallait donc faire durer les pneus tout en maintenant un bon rythme. Cela a payé. La voiture de sécurité a joué en notre faveur en nous facilitant les choses, mais je pense que le résultat aurait été le même sans cela. Aujourd’hui, le rythme était bon et nous étions les meilleurs des autres. C’est loin d’être une mauvaise journée et nous empochons huit points au terme d’une course très amusante !"

7e : Fernando Alonso (McLaren)

7e : Fernando Alonso (McLaren)
7/20

"C'était une course amusante. À la fin, la voiture de sécurité nous a nui un petit peu car nous venions juste de nous arrêter. Si nous avions patienté deux tours de plus, nous aurions pu gagner quelques places. Je crois que nous étions dixième et les Haas avaient des pneus usés, nous aurions pu les doubler. J'ai dû me défendre face à Carlos [Sainz], qui était un peu plus rapide que nous, mais j'ai eu de la chance car j'avais la Haas devant qui me motivait."

"À la fin, Vettel perdait du temps avec une voiture endommagée et il restait deux tours. Je voyais que c'était impossible de le doubler dans la ligne droite, même avec le DRS, je ne pouvais pas le rattraper. Alors dans le premier virage, où il avait des problèmes, il sortait très large à cause de sa voiture endommagée, et j'ai essayé de le passer à l'intérieur. Ça a fonctionné au premier essai. Nous devons être satisfaits."

"Sa voiture était endommagée, il était clairement handicapé. C'est encore une septième place, des points en plus. Les courses ont lieu le dimanche, pas le vendredi ni le samedi, et le dimanche, nous faisons le travail. Mais comme nous l'avons dit à Bahreïn, nous manquons encore beaucoup de vitesse. Nous en sommes conscients. Ça nous rend un peu triste de ne pas donner à McLaren les résultats que nous nous attendions à avoir, mais j'espère que ça viendra bientôt."

8e : Sebastian Vettel (Ferrari)

8e : Sebastian Vettel (Ferrari)
8/20

"Je ne l'ai vu que très tard. J'ai laissé un peu de place. Franchement, je pensais qu'il [Verstappen] allait me dépasser plus tôt. Je n'avais aucune intention de résister, on voyait très bien qu'ils étaient trop rapides, Daniel et lui, avec leurs pneus neufs. Il a commis une erreur, ça arrive avec ce vent dans la ligne droite. Cela a compromis notre résultat à tous les deux. Cela peut très bien arriver à quelqu'un qui a fait 300 Grands Prix. Il ne faut pas oublier que ces décisions sont très difficiles à prendre. C'est comme ça."

9e : Carlos Sainz (Renault)

9e : Carlos Sainz (Renault)
9/20

"Encore les deux voitures dans les points, bien joué ! J’ai pris un excellent départ, mais une Red Bull m’a tassé au premier tour. J’ai alors perdu quelques places mais je suis revenu derrière Nico. Dès lors, nous avons réussi à couvrir nos deux arrêts avec l’aide de la voiture de sécurité. Dans mon dernier relais, le trafic derrière Alonso et Magnussen a trop fait souffrir mes pneus. Je devais les préserver pour en profiter en fin de course. C’était vraiment serré avec Vettel… Je pense que je l’aurais eu avec un tour de plus ! Dans l’ensemble, je suis content de marquer de nouveaux points, mais je dois encore travailler avec mes ingénieurs pour avoir pleinement confiance au volant."

10e : Kevin Magnussen (Haas F1)

10e : Kevin Magnussen (Haas F1)
10/20

"J'ai été malchanceux avec la voiture de sécurité. Notre stratégie était payante au début, mais ensuite la voiture de sécurité est entrée au mauvais moment. Nous n'avons pas tiré profit de notre stratégie comme ça aurait dû être le cas autrement. Je ne sais pas si nous aurions dû nous arrêter. C'était un choix difficile. Je pense simplement que la voiture de sécurité est intervenue à un moment malheureux, et ça fait que nous n'avons pas pu marquer plus qu'un point. Ça va quand même, mais nous espérions un peu plus. C'est une longue saison, et j'espère que nous continuerons à marquer des points. Je suis fier de la manière dont l'équipe est performante. Nous devons continuer comme ça."

11e : Esteban Ocon (Force India)

11e : Esteban Ocon (Force India)
11/20

"Il y a plein de choses [à raconter]. Déjà au départ je me fais pousser dans l’herbe, après on était bien dans les points pendant toute la course mais il y a le Safety Car. On n’a pas pris le bon choix de pneus, je reste coincé derrière Romain [Grosjean] pendant cinq ou six tours, qui défend sa vie... C’était un peu limite."

"Ce qu’il faut retenir c’est qu’on était quand même solide en rythme, il n’y a pas une voiture qui nous a doublés. Nous étions très proches de marquer des points aujourd'hui, mais les événements ne nous ont pas aidés. C'est une course de plus lors de laquelle les choses ne jouent pas en notre faveur, mais le rythme était compétitif donc nous nous concentrons sur les points positifs."

12e : Sergio Pérez (Force India)

12e : Sergio Pérez (Force India)
12/20

"Le départ a été horrible. Le premier tour a été chaotique pour moi, beaucoup de problèmes. Je me suis fait tasser par une Renault, et après, j'ai eu du mal à éviter les problèmes. Au moins, nous sommes plus proches de la concurrence. Hier, nous avons fait un pas en avant. Aujourd'hui, la position en piste était très importante. Nous progressons et espérons signer de bons résultats bientôt."

13e : Stoffel Vandoorne (McLaren)

13e : Stoffel Vandoorne (McLaren)
13/20

"Je ne suis pas vraiment satisfait. Ce n'était pas une bonne journée pour nous. Nous étions un peu trop lents avec tous les types de gommes. Je crois que notre rythme en lui-même était convenable, mais dépasser ici était plus difficile que sur les courses précédentes, donc je n'ai pas pu beaucoup progresser."

"Je pense que nous n'avons aucune excuse cette année. Red Bull montre que c'est possible de gagner des courses. Je crois qu'il y a beaucoup de travail à faire. C'est à nous de faire un meilleur boulot."

14e : Lance Stroll (Williams)

14e : Lance Stroll (Williams)
14/20

"C'était à nouveau un excellent départ, comme à Bahreïn, j'ai gagné cinq ou six places. Après ça, je crois que nous avons tiré le maximum de la voiture. Nous n'avons pas été très chanceux avec la voiture de sécurité, car ceux qui étaient sur une stratégie à deux arrêts en ont eu un gratuit devant nous."

"Je pense que c'était possible de battre Force India, pas en rythme pur, mais avec le bon départ et tout ce qui suivait. C'est un peu dommage, mais je suis vraiment content de la course. Nous avons mené notre stratégie à bien et je crois que nous avons fait tout ce que nous pouvions."

15e : Sergey Sirotkin (Williams)

15e : Sergey Sirotkin (Williams)
15/20

"C'était une course difficile. Je n'avais rien à perdre donc j'ai dû me battre au départ. J'ai essayé de gagner des places, mais quand on est en milieu de peloton, c'est difficile de faire quelque chose et je crois que j'aurais pu mieux faire. Ensuite, j'ai vraiment eu du mal à trouver le rythme. C'était assez difficile de trouver la fenêtre d'exploitation des pneus et c'était un premier relais très dur. À certains moments, quand j'avais piste dégagée, ça se stabilisait un peu, mais dans l'ensemble c'était vraiment compliqué."

"Nous avons fait un arrêt pour chausser un nouveau train de pneus mediums, puis des tendres pendant la voiture de sécurité. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais ils avaient beaucoup moins de grip que les mediums, et nous avons perdu beaucoup de terrain. Nous avons simplement essayé d'aller jusqu'au bout de la course."

16e : Marcus Ericsson (Alfa Romeo Sauber)

16e : Marcus Ericsson (Alfa Romeo Sauber)
16/20

"J'ai pris un bon départ, mais j'ai ensuite perdu des places après être allé légèrement hors piste dans l'un des virages. Dans l'ensemble, la course s'est déroulée en deux phases. La première partie en pneus tendres : j'étais plutôt en difficulté avec l'équilibre, qui n'était pas génial. Après être passé aux pneus mediums, j'ai rattrapé l'arrière du milieu de peloton et je pouvais suivre leur rythme. Une fois que nous aurons étudié les données, nous pourrons commencer à nous préparer pour le prochain Grand Prix en Azerbaïdjan."

17e : Romain Grosjean (Haas F1)

17e : Romain Grosjean (Haas F1)
17/20

"Il y a un chat noir ! Il s’est passé que j’étais sur un arrêt, c’était extrêmement dur à faire. Le premier relais se passe pas trop mal mais je repars dans le trafic et je ne passe pas la Force India devant moi. À partir du moment ou la voiture de sécurité est sortie, je savais que ce serait la catastrophe. Les pneus étaient à 50°C. Ce sont des pneus qui ne sont pas bons du tout. La voiture était inconduisible. J’étais sur un arrêt, les autres autour de moi sur deux arrêts, je savais que c’était mort."

"Ça fait trois courses de suite que je n’ai pas de chance, ça commence à être un petit peu dur. On aurait pu faire 7 et 8 et il y a le Safety Car au mauvais moment. Ça fait beaucoup..."

18e : Pierre Gasly (Toro Rosso)

18e : Pierre Gasly (Toro Rosso)
18/20

"De mon côté, il n'y avais rien que je puisse faire... C'est clair qu'à la télé, ça paraît très mauvais pour moi, mais suite à ce que nous avions dit, il était très clair que nous allions échanger nos places à cet endroit-là, et je ne me serais jamais attendu à ce qu'il tourne ainsi. Bien sûr, si nous avions été en bataille, je n'aurais pas tenté ça, car je me serais attendu à ce qu'il ferme la porte. Mais là, je m'attendais à ce qu'il laisse de la place, mais il ne l'a pas fait, parce qu'il ne m'a pas vu."

"C'est dommage, parce que s'accrocher avec son coéquipier, c'est évidemment la dernière chose qu'on veut. Nous nous sommes mal compris, je m'attendais à ce qu'il fasse quelque chose et il s'attendait à autre chose. La priorité est désormais de nous assurer de mieux communiquer la prochaine fois et d'en tirer des leçons ensemble."

"La journée a été dure. Surtout le premier relais. Je pense qu'ensuite, le rythme était très bon en tendres, avant le contact avec Brendon, car après, ma direction était tordue, mon avant gauche était tordu, donc c'était vraiment difficile à piloter, l'équilibre était très mauvais. Le week-end a été bien dur dans l'ensemble, nous n'avions clairement pas le rythme par rapport à nos principaux rivaux. Nous devons comprendre pourquoi nous avons perdu tant de performance en l'espace d'une semaine. Nous avons des réglages différents, mais... nous aurons beaucoup de choses à analyser."

19e : Charles Leclerc (Alfa Romeo Sauber)

19e : Charles Leclerc (Alfa Romeo Sauber)
19/20

"C'était un week-end positif dans l'ensemble, sur le plan personnel. En qualifications, j'étais content de mon tour, content de mes sensations dans la voiture. Bien sûr, nous n'étions pas là où nous voulions être. Mais il y a des week-ends comme ça. Nous devons travailler pour le prochain week-end et espérer que ce soit mieux à Bakou."

"En course, je crois que nous attendions plus, et il y avait plus à faire. Nous avons pris un assez bon départ, fait un bon premier tour dans lequel nous avons gagné des places. Puis il y a eu un très bon relais en pneus tendres. Avec les mediums, les trois premiers tours étaient plutôt positifs. C'était difficile de rester derrière Pierre à cause de la perte d'appui aérodynamique. Puis je suis parti en tête-à-queue dans le premier virage."

"Je crois que nous devons encore analyser ça, car en regardant les données, il y a quelque chose qui ne va pas. Je suis le premier à le dire quand je fais une erreur, mais cette fois, je crois qu'il y a eu quelque chose d'autre. Nous avons aussi constaté des dégâts sur le fond plat. Nous ne savons pas encore vraiment ce qui les a causés, si c'était avant le tête-à-queue ou après."

"C'est dommage, car après le tête-à-queue nous étions très, très lents dans toutes les portions à haute vitesse. Nous devons analyser ce qui s'est passé, mais jusque-là c'était une course positive, c'est quelque chose dont nous devons nous satisfaire. Le résultat final n'est pas celui que nous voulions mais comme je l'ai dit, il y a beaucoup de points positifs."

20e : Brendon Hartley (Toro Rosso)

20e : Brendon Hartley (Toro Rosso)
20/20

"C'était clairement un petit malentendu. Nous étions sur des stratégies différentes, nous avions également échangé nos positions dans le premier relais car j'étais en difficulté sur les ultratendres. Je l'ai laissé passer à la sortie du virage 14, et la deuxième fois qu'on me l'a demandé, je prévoyais de faire pareil mais il a dû penser que je lui ouvrais la porte en entrée de virage, ce qui n'était pas le cas. C'était donc clairement un malentendu. Il a cru que je le laissais passer, mais je comptais le laisser passer en sortie de virage."

"Au final, nous étions très loin d'avoir le même rythme qu'à Bahreïn pour jouer les points aujourd'hui. C'est sûrement une journée à oublier pour nous tous. Notre objectif est désormais de comprendre pourquoi nous avons tellement perdu en compétitivité d'un week-end sur l'autre."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Sous-évènement Course
Circuit Shanghai International Circuit
Type d'article Réactions
Tags shanghai, verbatim